Aller à…
RSS Feed

Terrorisme en Syrie


Écrit par Djamel Zerrouk
Damas toujours debout contre Al Qaïda

Damas mène une guerre contre des groupes très bien armés de la nébuleuse terroriste Al-Qaïda, a déclaré le ministre syrien de l’Information Omrane al-Zohbi lors d’une réunion avec les employés de son ministère, tenue à Damas, annonce  lundi l’agence officielle Sana.

«Actuellement, l’Etat syrien et ses partisans sont confrontés à Al-Qaïda et à la coalition du Qatar (Coalition nationale de l’opposition syrienne, créée en novembre à Doha, ndlr), qui représente les dirigeants politiques des Frères musulmans aspirant à faire revenir dans l’histoire de la Syrie les pages noires de leur présence », a indiqué le ministre. Il a aussi souligné que la Syrie avait besoin de soutiens médiatiques, consistant à couvrir objectivement et pleinement tout ce qui se passe dans le pays. «Nous ne fixons pas de limites aux journalistes. La seule condition est que leur travail ne menace pas la souveraineté nationale de la Syrie », a affirmé le responsable. Les médias occidentaux publient régulièrement des informations fournies par l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) basé à Londres. Le ministère russe des Affaires étrangères a plusieurs fois déclaré que le niveau de compétence de cette organisation laissait planer le doute sur la fiabilité de ses informations.  Selon les diplomates russes, relayés par l’agence Ria Novosti, l’Observatoire  est composé de deux personnes (directeur et secrétaire-interprète). Le chef de l’Observatoire, Rami Abdel Rahmane, n’a pas terminé ses études secondaires. Dans une interview accordée aux médias, M. Abdel Rahmane a affirmé  résider en permanence à Londres où il tient un snack-bar. De son côté M. Medvedev, Premier ministre russe, dans un entretien accordé à l’AFP et au Figaro, affirme que le soutien apporté par la France à la Coalition nationale de l’opposition syrienne est « très discutable » et « juridiquement inacceptable ». « Conformément aux principes du droit international approuvés par l’Onu, aucun pays ni aucun Etat ne doit entreprendre d’action visant à renverser  par la force le régime en place dans un pays tiers. Du point de vue du droit international, il est inadmissible de soutenir une autre force politique lorsque celle-ci se retrouve être le principal adversaire du gouvernement légitime d’un pays », a déclaré le chef du gouvernement russe. Il a rappelé que la Russie, contrairement aux idées existantes, «ne soutient ni le régime Assad ni l’opposition. Nous avons une position neutre», a assuré M. Medvedev en soulignant que la seule solution était l’ouverture de négociations entre les parties en conflit et l’organisation de nouvelles élections.

lejeuneindependant.net