Aller à…
RSS Feed

Toujours à propos de l’article de rue 89


par la Bourbonnaise

Ohl la la , cette histoire de Mounaf Tlass fait rigoler un peu les Syriens dans leur vie quotidienne désormais sombre et hasardeuse ! Faut vraiment pas bien connaître la Syrie et pas seulement son beau monde et pas seulement à Damas pour savoir qui était le clan Tlass ! Au Parti socialiste, chez Hollande ,Fabius et les autres la règle !
Dans la famille Tlass, bien sûr le père, d’une famille ou clan de Rastane. Avant que cette ville ne tombe « en dissidence » (ce qui d’ailleurs a étonné les Syriens) Rastane s’était doté de belles villas et de pas mal de fric qui arrivait direct des bonnes relations amicales et de luttes d’autrefois de la famille avec le vieux chef Assad !
Moustafa, le père, était un général qui aimait aussi la littérature, la poésie (toute la Syrie rigolait des poèmes envoyés à toutes les starlettes du monde dont Gina mais bien d’autres !), mais il aimait aussi dédier son ouvrage à la rose de Damas…je vous ferais des extraits si nécessaire ! Les poèmes et la prose étaient travaillés ou (ré)écrits par un français poète attaché au bureau militaire…) mais la bibliothèque Tlass était pourvue en livres et devant les livres, de toutes les armes ou autres cadeaux exposés mais qui étaient là pour faire plus joli !
Les femmes de Rastane en costume de leur campagne s’installaient dans le couloir du bureau militaire : salle d’attente remplie de tous ceux qui avaient un service à demander : une maison, ou autre chose. Tlass toujours souriant et affable, écoutait tout le monde, et elles repartaient en général contentes avec en plus un petit ou un grand cadeau selon leur rang. Il puisait dans le stock de tous les cadeaux qu’il recevait. Ayant un problème d’appareil photo alors que je faisais un tour de Syrie pour un livre, une amie bien connue pria pour moi un de ses proches : un général de me dépanner !

Un jeune militaire arriva bientôt à mon lieu de séjour pour me livrer un bel appareil. Photos faites, je rendis l’appareil à ce proche chargé d’ailleurs de la cartographie de Syrie je crois. Tous mes amis s’esclaffèrent : « Il ne fallait pas le rendre ! Tu n’as pas compris ? C’était un cadeau et maintenant la personne qui l’a rapporté l’a gardé… ! quel dommage ! mais Tlass étaitaussi connu pour sa maison d’édition Dar Tlass, qui publia et publie toujours en payant bien, divers auteurs syriens et autres sans doute !
Dans la famille Tlass, Madame : mère des enfants : famille très respectée au nom très connu , d’Alep et qui joua un grand rôle dans l’histoire de l’indépendance syrienne . Mais, la dame Tlass, d’une branche pas aussi reconnue ! La famille Jabri d’Alep était de ses grands propriétaires terriens de villages et pas de fermes…mais rien à dire ; Tout en intelligence, cultivée, dévouée et etc ; . Madame Tlass, elle, installée à Damas : .je crois une femme un peu paumée dans cette histoire et dont l’intérêt de son grand homme pour les belles dames et sa réelle occupation au côté du raïs semblait voler très haut au dessus de la tête ! !
Dans la famille enfants, de la soeur, Rue 89 résume tout et d’abord le luxueux mariage avec le vieux milliardaire Ojjeh…les fils auxquels la famille organisa également de richissimes fêtes très coûteuses pour leurs fiançailles ou mariages !

C’est en route pour tout savoir, mais encore le goût du grand luxe MAIS comme nombre de fils à papa de tous ces hommes puissants des politiques ou des économies arabes ou d’ailleurs, y compris de Neuilly sur Seine !

D’ailleurs, la Syrie a toujours compté et même avant les mandats franco- anglais et avant et pendant l’indépendance et à l’arrivée du Baath – qui bouleversa ce monde de nantis descendants depuis des années pour un autre en phase montante – un nombre imposant de richissimes hommes d’affaires et de clans influents et très soudés (une assabiya de très riches et pas du tout, tous alaouites ! des super actifs mais montés d’autres clans avec le Baath !

L’histoire des Aalouites tous avec les Assad de leur montagne, ça c’est une de ces inepties relayées sans vergogne, par des journalistes ignares dont ceux qui sévissent à France 24 ou ailleurs !
Enfin le plus drôle est certainement d’entendre notre Fabius malin se réjouir de la défection de ce “grand général syrien” cet indispensable relai de ce “massacreur de Bachar al Assad” d’après nos deux futés “géotrouvetout et jesaistouten politiquemoyenorientale” et en particulier comme l’assurait Fabius à sa conférence : grands connaisseurs de cet admirable pays la Syrie que l’on aime et que l’on s’active à sauver ! (on sait cela depuis les croisades !)
Les médias relayèrent, tous unanimes, que c’était un coup très dur porté à al Assad et un très grand succès de l’opposition (avec son mort ressuscité, son chef désormais kurde aprés Ghalioun le parfait ’inconnu du peuple syrien et dont en plus celui- ci, une fois de plus navré, relevait que son nom se traduisait Monsieur Pipe, un chef ce nom ce n’étaitpas possible pour ce peuple déjà atterré ! et Madame Kodmani formée à Washington à la Fondation Ford,) mais bon !
C’est dit ailleurs, Tous savent mais sauf Fabius, que ce dissident illustre peut se passer de notre accueil de réfugié politique que l’on devra – un de plus -inscrire à l’OFPRA. Il doit savoir beaucoup de choses ; ce doit être aussi payant et pas la peine de faire la tournée des pays arabes défenseurs de la démocratie la vraie, avec respect des droits de la femme surtout (notre réelle raison d’être en ( entendu à Sciences Pô),des hommes aussi, et qui ont une constitution, eux, d’après Fabius-la-France : celle qui respecte les traités et pas comme, suivez mon regard, ces pays de conférence en conférence de luxe -la prochaine au Maroc chez notre ami le Roi ami de tous les amateurs de soleil de luxe) mais qui se débinent sur le terrain !