Aller à…
RSS Feed

Ukraine. La réponse de l’Occident face à la réalité du terrain


les 7 du quebec

Robert Bibeau

Juin 25

Par Moon of Alabama – Le 18 juin 2022

Ce matin, j’ai regardé une discussion d’une heure (vidéo) entre « experts » du Center for Strategic & International Studies montrant leur évaluation de la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Je dois dire que ces gens ne savent rien de pertinent. Ils semblent n’avoir jamais entendu parler du conseil de Sun Tsu disant « Connais ton ennemi » :

Sun Tzu disait : « Pour connaître votre ennemi, vous devez devenir votre ennemi », mais comment devenir votre ennemi ? Vous devez vous mettre à la place de votre ennemi afin de pouvoir prédire ses actions.

Pas une seule fois les gens du CSIS n’ont considéré le point de vue de la Russie ou ses intentions réelles. Ils parlent de telle ou telle option américaine mais ne considèrent pas une seule fois comment l’autre partie y réagirait.

L’un des « experts » du CSIS affirme que la Russie avait prévu de prendre Kiev mais a échoué. Prendre Kiev avec quoi ? Il y avait environ 20 à 30 000 soldats russes près de Kiev, qui compte quelque 3 millions d’habitants. Historiquement, il faut un soldat pour 40 civils pour occuper une ville ou un pays après la fin des combats. La Russie aurait eu besoin de plus de deux fois et demie le nombre de troupes qu’elle avait placé autour de Kiev pour prendre et tenir la ville.

Plusieurs des « experts » du CSIS ont déjà occupé des postes élevés au sein de la sécurité de l’État. Avec des gens comme eux, il n’est pas étonnant de voir à quel point le plan américain visant à entraîner la Russie dans une longue guerre en Ukraine est en train de mal tourner.

Comme l’écrit justement Daniel Larson : Nous aurions dû savoir que les sanctions contre la Russie ne fonctionneraient pas comme prévu.

L’autre acteur du jeu est beaucoup plus conscient de la situation réelle et prend en compte et prédit correctement les réactions des États-Unis.

Jeudi, le ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie, Sergey Lavrov, a accordé trois interviews à différents organes de presse.

La première avec TASS est assez courte.

Transcription : Interview du ministre des affaires étrangères Sergey Lavrov avec l’agence de presse TASS, St Petersbourg, 16 juin 2022.

La deuxième interview avec la BBC montre un Lavrov acerbe qui rappelle plusieurs fois à l’intervieweur que de nombreuses choses cruelles se sont produites en Ukraine avant le début de l’« Opération militaire spéciale » le 24 février, que les négociations avaient échoué et que les obligations de l’Ukraine en vertu des accords de Minsk n’avaient pas été respectées. L’intervieweur essaye pourtant toujours de négliger ce contexte historique et de faire porter la responsabilité de cette guerre à la Russie. Lavrov appelle cela une forme de « cancel culture ».

BBC : Vidéo avec sous-titres anglais. Transcription : Interview du ministre des Affaires étrangères Sergey Lavrov avec la chaîne de télévision BBC, Saint-Pétersbourg, 16 juin 2022

Question : Mais la situation a changé il y a quatre mois …

Sergey Lavrov : La situation n’a pas changé. Nous revenons à ce pour quoi les accords de Minsk ont été coordonnés : protéger les Russes du Donbass, qui ont été trahis par les Français et les Allemands. Les Britanniques ont également joué un rôle de premier plan. Tous nos collègues occidentaux ne cessaient de dire qu’ils étaient incapables de faire respecter les accords de Minsk par Kiev. …

Question : Aux yeux de l’Occident, la Russie est responsable de ces personnes. Pensez-vous que la condamnation à mort …

Sergueï Lavrov : Je ne m’intéresse pas du tout aux « yeux de l’Occident ». Je m’intéresse uniquement au droit international, selon lequel les mercenaires ne sont pas des combattants. Donc rien de ce qui est important à vos yeux n’a d’importance.

La dernière interview de Lavrov est accordée à une chaîne de télévision russe. C’est la plus longue mais aussi la meilleure. Elle explique très bien la position de la Russie et est facile à comprendre.

Transcription : Interview du ministre des affaires étrangères Sergey Lavrov avec la chaîne NTV, Saint-Pétersbourg, 16 juin 2022

Le lendemain des interviews de Lavrov, le président Vladimir Poutine tenait un discours au 25e forum économique de Saint-Pétersbourg. La transcription est ici :

Texte complet du discours de Vladimir Poutine au SPIEF, 17 juin 2022

Le discours est long, mais la deuxième partie concerne les mesures économiques intérieures de la Russie et ne présente pas beaucoup d’intérêt. Je recommande de lire la première partie dans son intégralité mais en voici quelques extraits :

Un résultat direct des actions et événements des politiciens européens cette année sera la poursuite de la croissance des inégalités dans ces pays, ce qui, à son tour, divisera encore plus leurs sociétés, et le point en question n’est pas seulement le bien-être mais aussi l’orientation des valeurs des différents groupes dans ces sociétés.

En effet, ces inégalités sont supprimées et balayées sous le tapis. Franchement, les procédures et élections démocratiques en Europe et les forces qui arrivent au pouvoir ressemblent à une façade, car des partis politiques presque identiques vont et viennent, alors qu’au fond les choses restent les mêmes. Les véritables intérêts des personnes et des entreprises nationales sont de plus en plus relégués à la périphérie.

Une telle déconnexion de la réalité et des demandes de la société conduira inévitablement à une montée du populisme et des mouvements extrémistes et radicaux, à des changements socio-économiques majeurs, à la dégradation et au remplacement des élites à court terme. Comme vous pouvez le constater, les partis traditionnels perdent tout le temps. De nouvelles entités font surface, mais elles ont peu de chances de survie si elles ne sont pas très différentes de celles qui existent déjà. …

Soit dit en passant, les Américains ont adopté des sanctions sur nos engrais, et les Européens ont suivi. Plus tard, les Américains les ont levées parce qu’ils ont vu ce que cela pouvait donner. Mais les Européens n’ont pas reculé. Leur bureaucratie est aussi lente qu’un moulin à farine au 18ème siècle. En d’autres termes, chacun sait qu’il a fait une bêtise, mais il lui est difficile de revenir sur ses pas pour des raisons bureaucratiques. …

La structure même des sanctions occidentales reposait sur la fausse prémisse selon laquelle, sur le plan économique, la Russie n’est pas souveraine et est extrêmement vulnérable. Ils se sont tellement laissés emporter par la diffusion du mythe de l’arriération de la Russie et de sa faible position dans l’économie et le commerce mondiaux qu’ils ont apparemment commencé à y croire eux-mêmes.

En planifiant leur blitzkrieg économique, ils n’ont pas remarqué, ils ont simplement ignoré les faits réels montrant la façon dont notre pays a changé au cours des dernières années.

Exactement.

Le magazine National Defense a interviewé le commandant logistique des forces terrestres ukrainiennes, qui a donné quelques détails révélateurs.

NOUVELLE : L’Ukraine à l’industrie de la défense américaine : Nous avons besoin d’armes de précision à longue portée

Tout d’abord, vous devez comprendre que la ligne de front est longue de 2 500 kilomètres. La ligne de front où il y a des combats actifs fait plus de 1 000 kilomètres. C’est la distance de Kiev à Berlin. …

Pensez-y : une brigade occupe environ 40 kilomètres de la ligne de front. Cela signifie que pour couvrir le conflit en combat actif, nous avons besoin de 40 brigades. Chaque brigade représente 100 véhicules de combat d’infanterie, 30 chars, 54 systèmes d’artillerie – juste pour une brigade, et nous en avons besoin de 40.

Je ne vais pas parler des missiles guidés antichars ou des armes guidées antichars pour l’instant. Je ne parle que des armes lourdes. Au jour d’aujourd’hui, nous avons environ 30 à 40, parfois jusqu’à 50% de pertes d’équipement à la suite de combats actifs. Donc, nous avons perdu environ 50 %. … Environ 1 300 véhicules de combat d’infanterie ont été perdus, 400 chars, 700 systèmes d’artillerie.

Je pense que ces chiffres de pertes sont sous-évalués. La liste quotidienne de l’arsenal russe compte plus du double de ces chiffres comme détruits. Bien que cette liste soit très probablement gonflée (comme toutes les listes de ce type le sont inévitablement), je doute qu’elle le soit à ce point.

Le colonel Markus Reisner, de l’académie militaire d’Autriche, présente un exposé (vidéo) sur « l’équipement lourd » que l’Ukraine a perdu et que l’« Occident » est en train de remplacer.

Selon lui, l’Ukraine a commencé la guerre avec 2416 chars et autres véhicules blindés, 1509 pièces d’artillerie de campagne et mortiers, 535 MRLS, etc. (L’Ukraine disposait également de dépôts supplémentaires contenant des armes rouillées dans divers états). Elle a en outre reçu 250 chars et autres véhicules blindés, ainsi que quelque 200 pièces d’artillerie de campagne et 50 MLRS.

Elle compte au total 21 brigades actives, 14 autres en réserve et diverses unités de soutien. C’est moins que les 40 que le commandant ukrainien estime nécessaires pour couvrir la ligne de front et aucune réserve. Le matériel nouvellement livré pourrait permettre de constituer une ou deux brigades supplémentaires. Mais avec un taux de perte de 50 %, au moins la moitié de tout cela a probablement déjà disparu.

L’Ukraine ne constitue pas de réserves permettant de lancer une contre-attaque, mais semble envoyer tout ce qui vient de l’« Occident » directement sur la ligne de front. Au total, c’est bien trop peu pour remplacer les pertes quotidiennes et certainement pas assez pour créer des forces de contre-attaques.

Le commandant logistique ukrainien mentionne également que les obusiers livrés par les États-Unis sont très vulnérables :

Malheureusement, nous n’avons pas la possibilité aujourd’hui de faire renvoyer les équipements fournis par l’étranger vers un atelier de réparation, simplement en raison de contraintes de temps. C’est pourquoi nous discutons ici des pièces de rechange afin que nous puissions entretenir et réparer cet équipement sur le terrain.

Par exemple, les systèmes d’artillerie M777 sont vraiment susceptibles d’être endommagés par l’artillerie ennemie. Pour chaque batterie de M777, il y a six pièces.

Après chaque bataille d’artillerie, nous devons prendre deux pièces d’artillerie et les ramener à l’arrière pour les entretenir car certains sous-systèmes sont endommagés par les éclats d’obus. Cela se produit tous les jours.

Je parie que l’équipement de l’ère soviétique est beaucoup moins enclin à s’endommager sous le feu.

Enfin, mais pas des moindres, permettez-moi de vous recommander un excellent essai d’Aurélien sur l’avenir de l’« Occident » au fur et à mesure que la nouvelle réalité s’installe.

Les charnières de l’histoire grincent

L’avenir se développera, pas nécessairement à l’avantage de l’Occident.

Cependant, les nations occidentales continuent à agir comme si elles étaient économiquement et militairement supérieures, et à essayer de contraindre les nations dont elles dépendent économiquement, ainsi qu’à mener une guerre par procuration contre une nation qui a plus de capacités de combat en Europe qu’elles. …

En ce sens, l’Ukraine est un test de solidité pour l’OTAN et de l’UE, ainsi que du système multilatéral plus large, dominé par l’Occident, dont ils font tous deux parties. L’OTAN, en particulier, vient d’être confrontée à exactement le genre de situation à laquelle ses fondateurs s’attendaient – l’exercice de la puissance militaire russe – et elle n’a effectivement rien fait. Aucune déclaration, aucune sanction, aucune livraison d’armes ne peut changer ce fait, qui à son tour change tout. L’OTAN et l’UE peuvent prolonger la guerre, causer davantage de souffrances et détruire de nombreuses économies, y compris la leur. Mais elles ne peuvent pas affecter fondamentalement le résultat, et la nature de leurs réponses, sous la posture de surface, démontre qu’elles le savent. …

Il existe désormais une autre nouvelle normalité : une Europe dans laquelle la Russie est la plus grande puissance militaire et un Occident dépendant largement de la Russie, de la Chine et de l’Inde pour sa prospérité économique. Ce n’est pas nouveau, bien sûr, mais c’est une honte que personne ne l’ait remarqué avant.

Et la raison en est que l’« Occident », dans son arrogance, a trop longtemps écouté de faux « experts » comme ceux du CSIS.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Source: Ukraine. La réponse de l’Occident face à la réalité du terrain | Le Saker Francophone

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x