Aller à…
RSS Feed

Un journaliste se livre : « Jamais depuis la seconde guerre mondiale l’information n’a été aussi muselée »


Le journal de SCOTT.net
Sott.net Edition E-mail pour le 15 déc. 2016

Les Maîtres du Monde

Un journaliste se livre : « Jamais depuis la seconde guerre mondiale l’information n’a été aussi muselée »

Fawkes News
2016-12-15 20:08:00
Dans cette entrevue, Laurent Mauduit parle cash et explique parfaitement pourquoi la presse est en état de déliquescence avancée. On comprend mieux pourquoi personne ne l’invite pour qu’il parle de son livre. Laurent Mauduit est cofondateur de Mediapart, ancien chef du service économique de Libération et ancien directeur adjoint de la rédaction du Monde. Autant dire qu’il sait de quoi il parle.

Laurent_Mauduit.jpg

Son livre, « Main basse sur l’information » est sorti il y a une semaine, pourtant, il est très probable que personne n’en a entendu parler jusque là et pour cause. Le seul article paru dans la presse pour la sortie de son livre (hormis celui de Mediapart qui n’est accessible qu’aux abonnés) a été publié sur…son propre blog hébergé sur le Huffington Post.

Voilà de quoi montrer que les médias sont seuls juges de ce qui convient d’être dit ou non au public. Cela ne s’applique évidemment pas que pour la sortie d’un livre…
Comment

Itinéraire autour du monde du Pentagone pour faire du business militaire

Manlio Dinucci
Mondialisation Canada
2016-12-15 14:01:00
Aujourd’hui arrive en Italie le chef du Pentagone Ash Carter qui, au nom de l’administration sortante Obama, est en train de faire « le tour du monde pour remercier les troupes USA déployées en Asie, Moyen-Orient et Europe et rencontrer d’important partenaires et alliés ». Le tour a commencé le 3 décembre en Californie, où a tenu le discours de clôture au « Forum Reagan », qui lui a remis le prix « La paix à travers la force ».

1019395407.jpg

Carter s’est ensuite rendu au Japon, où il a passé en revue les troupes USA et rencontré le ministre de la défense Inada. Le Japon, qui contribue avec 1,6 milliards de dollars annuels à la permanence de 50 mille soldats étasuniens sur son territoire, est particulièrement important comme base avancée des systèmes de missiles USA dirigés contre la Chine dans un «but défensif » et, précise le Pentagone, est un allié « en mesure de défendre d’autres pays qui puissent être attaqués ».
Commentaire : Lire aussi :

Un accord ? Et après ? Les sanctions contre l’Iran sont prolongées avec l’autorisation d’Obama mais sans sa signature

La propagande anti-russe progresse en Occident

« Krieg über alles »: le Pentagone a encore besoin de plus de guerres

Le Pentagone dit au Sénat américain que les guerres vont continuer durant des dizaines d’années

Comment

Un accord ? Et après ? Les sanctions contre l’Iran sont prolongées avec l’autorisation d’Obama mais sans sa signature

Sputnik
2016-12-15 13:12:00

Commentaire : Les sanctions en cours actuellement contre l’Iran devaient s’achever en fin d’année. Le Sénat US a voté – avec 99 voix pour et zéro contre – la prolongation de sanctions qui ne sont pas liées à l’accord sur le nucléaire iranien adopté à la mi-2015. Accord signé qui avait en partie pour but la levée de ces sanctions économiques, un autre bras armé de l’Empire. Où va nous conduire ce nouveau tour de « passe-passe mensonges » à la sauce US ?

Le guide suprême iranien Ali Khamenei affirmait que l’Iran réagirait à une prolongation des sanctions étasuniennes, et que l’accord nucléaire ne doit pas devenir un outil pour mettre la pression sur le peuple iranien. La République islamique a promis des représailles à la suite de ce vote, qu’elle juge contraire à l’accord conclu en juillet 2015.

Les USA tireront profit de l’accord sur le nucléaire jusqu’à obtenir ce qu’ils veulent vraiment : un changement de régime. Mais l’Iran n’est pas la Syrie…

Bien que le président américain Barack Obama ait refusé de signer la loi autorisant la reconduction pour dix ans des sanctions contre l’Iran, les particularités du droit américain ont permis le renouvellement des sanctions en dépit de l’abstention du chef de l’Etat.

Commentaire : Selon Le Monde : Josh Earnest, porte-parole de la Maison Blanche a annoncé que « l’extension de l’Iran Sanctions Act a force de loi sans la signature du président ». À quoi sert donc un président alors ? Avec une façade déjà décrépite, l’Empire s’effrite, comme la coquille d’un œuf porteur d’une nouvelle vie, mais quelle sera donc cette nouvelle vie ? Dans quelle(s) direction(s) allons-nous même si la plupart d’entre elles nous mène droit dans le mur ?

1017110944.jpg

Le président américain Barack Obama a refusé d’apposer sa signature sur la loi prolongeant pour dix ans les sanctions contre l’Iran. Pourtant, la mesure est entrée en vigueur malgré l’absence de signature de M. Obama, relate Associated Press.

Le 1er décembre, le Sénat américain a voté une prolongation de dix ans des sanctions contre l’Iran, qui interdisent notamment aux sociétés américaines de faire du commerce avec Téhéran. Les restrictions actuelles devaient expirer en fin d’année. Afin d’entrer en vigueur, la loi devait être promulguée par le président sortant Barack Obama.

Cependant, M. Obama n’a pas signé le document dans les délais impartis. De ce fait, la loi est entrée en vigueur sans la signature du chef de l’Etat, comme le prévoit la Constitution des Etats-Unis.

M. Obama a montré de la sorte son désaccord avec cette décision, la Maison Blanche estimant que le renouvellement des sanctions contre l’Iran n’est pas une mesure nécessaire et peut en outre porter atteinte à l’accord nucléaire. Le président iranien Hassan Rohani a auparavant menacé les Etats-Unis de représailles en cas de signature par Barack Obama de la loi sur la reconduction des sanctions contre l’Iran. Selon M. Rohani, la réintroduction des mesures restrictives viole l’accord conclu précédemment sur le nucléaire iranien qui implique la suppression de certaines sanctions contre Téhéran.

Commentaire : Le gouvernement iranien n’a quant à lui guère apprécié la décision du Congrès étasunien de prolonger de dix ans les sanctions à son encontre. Mohammad Javad Zarif, ministre des affaires étrangères de l’Iran a déclaré le 3 décembre dernier « [Cela] montre à la communauté internationale que les Etats-Unis ne sont pas fiables. L’Amérique va à l’encontre de ses engagements ».

Comment

Enfant de la Société

Eva Bartlett : en deux minutes elle démolit la rhétorique des médias traditionnels sur la Syrie (vidéo)

Les Moutons Enragés
2016-12-15 06:36:00
Nous savons déjà, mais apparemment certains journalistes l’ignorent. Les médias occidentaux se basent-ils toujours sur des sources crédibles dans leur reportages sur la Syrie ? La réponse de cette journaliste canadienne a laissé sans voix son interlocuteur. Christopher Rothenberg, du journal norvégien Aftenposten pose 2 questions à Eva Bartlelt et commence par dire ceci : « En tant que journaliste je ne suis pas sûr de pouvoir apprécier d’autres considérations, que les considérations empiriques du terrain. »

eva.jpg

Sauf que nous mon Chris, on n’est pas sûrs de pouvoir apprécier vos prétendues considérations empiriques du terrain, à cause de vos nombreux bidonnages les plus innovants de l’année 2016.