Aller à…
RSS Feed

Un point de vu russe sur les nouvelles règles de la guerre globale


par Robert Bibeau

Par Robert Coalson ?? Source Huffington Post

PEREVALNE, UKRAINE – 05 MARS : Des troupes sous commandement russe se rassemblent avant de monter dans des camions près de la base militaire ukrainienne qu’elles bloquent, le 5 mars 2014 à Perevalne, en Ukraine. Pendant ce temps, des troupes paramilitaires armées, dont des cosaques armés de fusils Kalashnikov et de véhicules blindés de transport de troupes, ont commencé à creuser à l’extrémité nord de la Crimée, autour d’Armyansk, dans ce qui semble être un effort pour définir la nouvelle frontière entre la Crimée et l’Ukraine. (Photo par Sean Gallup/Getty Images)

PRAGUE – Lorsque la crise en Ukraine s’est dramatiquement aggravée en novembre dernier et dans les semaines qui ont suivi, j’ai été impressionné par la capacité de l’État russe à mobiliser tant d’outils différents dans sa tentative de déstabilisation de son voisin. Il est apparu très rapidement que les politiciens russes, les journalistes, les organisations prétendument non gouvernementales, les entreprises publiques, les groupes de réflexion, l’armée, les tribunaux, les agences gouvernementales et la Douma travaillaient tous à partir des mêmes instructions pour les mêmes objectifs. À l’époque, j’ai fait remarquer sur Twitter que la crise montrait l’efficacité tactique de « l’État unitaire » que le président russe Vladimir Poutine construit depuis 1999.

En juin, je suis tombé sur un article assez obscur du général Valery Gerasimov, chef d’état-major de la Fédération de Russie, et j’ai été frappé de voir à quel point il reflétait mes observations sur le déroulement de la crise ukrainienne.

Gerasimov écrit comment « un État parfaitement prospère peut, en l’espace de quelques mois, voire de quelques jours, se transformer en une arène de conflit armé féroce, devenir la victime d’une intervention étrangère et sombrer dans un réseau de chaos, de catastrophe humanitaire et de guerre civile ».

Cet objectif est atteint, écrit Gerasimov, par « une large utilisation de mesures politiques, économiques, informationnelles, humanitaires et autres mesures non militaires appliquées en coordination avec le potentiel de protestation de la population ». L’objectif est de « créer un front opérationnel permanent sur l’ensemble du territoire de l’État ennemi. »

L’article de Gerasimov est d’un grand intérêt pour les spécialistes militaires, mais il est aussi d’un intérêt plus large. Il est très révélateur de l’opinion de la Russie sur l’Occident – en particulier les États-Unis – qui, selon le Kremlin, mène régulièrement de telles opérations dans le monde. La vision des affaires mondiales présentée dans cet article reflète à mon avis avec précision un courant important de la pensée du Kremlin. Après tout, elle est présentée dans une publication obscure et son exposition à des publics étrangers n’aurait pas pu être prévue.

Il présente également une évaluation franche et assez négative de la science militaire russe. Gerasimov note que ce domaine a été entravé dans le passé par « une attitude méprisante à l’égard des idées nouvelles », que l’Union soviétique a payées « en grandes quantités de sang » pendant la Seconde Guerre mondiale. En lisant entre les lignes, on pourrait apprendre beaucoup de cet article sur les relations entre l’armée et le gouvernement et sur les écoles concurrentes au sein même de la structure de sécurité.

Enfin, je pense que cet article offre une leçon pour l’Occident. Le gouvernement russe est intentionnellement entouré de secret, mais il est loin d’être aussi impénétrable que l’était le gouvernement soviétique. Il existe une énorme quantité d’informations importantes et révélatrices qui doivent être recherchées, traduites et intégrées dans le débat plus large sur les relations de la Russie avec l’Occident et son rôle dans le monde. Mais très peu de ces informations dépassent le cercle restreint des spécialistes. Et cela s’avère être une erreur très coûteuse.

Voici ma traduction des parties clés de l’article du général Gerasimov, paru sur « Military-Industrial Kurier« le 27 février 2013.

Au XXIe siècle, nous avons constaté une tendance à brouiller les frontières entre les états de guerre et de paix. Les guerres ne sont plus déclarées et, une fois commencées, elles se déroulent selon un modèle peu familier. L’expérience des conflits militaires – y compris ceux liés aux révolutions dites « colorées » en Afrique du Nord et au Moyen-Orient – confirme qu’un État parfaitement prospère peut, en l’espace de quelques mois, voire de quelques jours, se transformer en une arène de conflit armé féroce, devenir la victime d’une intervention étrangère et sombrer dans un réseau de chaos, de catastrophe humanitaire et de guerre civile.
Les leçons du « printemps arabe »

Bien sûr, il serait plus facile de dire que les événements du « printemps arabe » ne sont pas des guerres et qu’il n’y a donc aucune leçon à tirer pour nous, les militaires. Mais c’est peut-être le contraire qui est vrai : ces événements sont précisément typiques de la guerre au XXIe siècle. En termes d’ampleur des pertes et des destructions – les conséquences sociales, économiques et politiques catastrophiques – ces conflits d’un nouveau genre sont comparables aux conséquences de toute guerre réelle. Les « règles de la guerre » elles-mêmes ont changé. Le rôle des moyens non militaires pour atteindre des objectifs politiques et stratégiques s’est accru et, dans de nombreux cas, leur efficacité a dépassé celle de la force des armes. L’orientation des méthodes de conflit appliquées s’est modifiée dans le sens d’une large utilisation de mesures politiques, économiques, informationnelles, humanitaires et autres mesures non militaires – appliquées en coordination avec le potentiel de protestation de la population. Tout cela est complété par des moyens militaires de caractère caché, y compris la réalisation d’actions de conflit informationnel et les actions des forces d’opérations spéciales.

L’utilisation ouverte des forces – souvent sous le couvert du maintien de la paix et de la régulation des crises – n’est utilisée qu’à un certain stade, principalement pour obtenir un succès final dans le conflit. De là découlent des questions logiques : Qu’est-ce que la guerre moderne? A quoi l’armée doit-elle être préparée ? Comment doit-elle être armée ? Ce n’est qu’après avoir répondu à ces questions que nous pouvons déterminer les orientations de la construction et du développement des forces armées à long terme.

Pour ce faire, il est essentiel d’avoir une compréhension claire des formes et des méthodes d’utilisation de l’application de la force. De nos jours, à côté des dispositifs traditionnels, des dispositifs non standard sont développés. Le rôle des groupes de forces mobiles, de type mixte, agissant dans un espace unique de renseignement-information grâce à l’utilisation des nouvelles possibilités des systèmes de commandement et de contrôle s’est renforcé. Les actions militaires deviennent plus dynamiques, actives et fructueuses. Les pauses tactiques et opérationnelles que l’ennemi pouvait exploiter disparaissent. Les nouvelles technologies de l’information ont permis de réduire considérablement les écarts spatiaux, temporels et informationnels entre les forces et les organes de contrôle.

Les engagements frontaux de grandes formations de forces aux niveaux stratégique et opérationnel appartiennent progressivement au passé. Les actions à longue distance et sans contact contre l’ennemi deviennent le principal moyen d’atteindre les objectifs de combat et opérationnels.

La défaite des objets (unités) de l’ennemi est menée dans toute la profondeur de son territoire. Les différences entre les niveaux stratégique, opérationnel et tactique, ainsi qu’entre les opérations offensives et défensives, sont effacées. L’application de l’armement de haute précision prend un caractère de masse. Les armes basées sur de nouveaux principes physiques et des systèmes automatisés sont activement incorporées dans l’activité militaire. Les actions asymétriques se sont généralisées, permettant d’annuler les avantages de l’ennemi dans un conflit armé.

Parmi ces actions, on peut citer l’utilisation des forces d’opérations spéciales et de l’opposition interne pour créer un front opérationnel permanent sur l’ensemble du territoire de l’État ennemi, ainsi que des actions, des dispositifs et des moyens d’information qui sont constamment perfectionnés. Ces changements continus se reflètent dans les doctrines des principaux États du monde et sont utilisés dans les conflits militaires. Déjà en 1991, lors de l’opération Tempête du désert en Irak, l’armée américaine a réalisé le concept de « global sweep, global power » et d’« opérations air-sol ». En 2003, lors de l’opération « Iraqi Freedom », les opérations militaires ont été menées conformément à la « perspective unique 2020 ». Aujourd’hui, les concepts de « frappe globale » et de « défense antimissile globale » ont été élaborés, qui prévoient la défaite d’objets et de forces ennemis en quelques heures à partir de presque n’importe quel point du globe, tout en assurant la prévention de dommages inacceptables en cas de contre-attaque ennemie. Les États-Unis mettent également en œuvre les principes de la doctrine d’intégration globale des opérations visant à créer en très peu de temps des groupes de forces très mobiles et de type mixte.

Dans les conflits récents, de nouveaux moyens de conduire des opérations militaires sont apparus qui ne peuvent être considérés comme purement militaires. Un exemple en est l’opération en Libye, où une zone d’exclusion aérienne a été créée, un blocus maritime imposé, [et] des entrepreneurs militaires privés ont été largement utilisés en étroite interaction avec les formations armées de l’opposition. Nous devons reconnaître que, si nous comprenons l’essence des actions militaires traditionnelles menées par des forces armées régulières, nous n’avons qu’une compréhension superficielle des formes et moyens asymétriques. À cet égard, l’importance de la science militaire – qui doit créer une théorie complète de ces actions – est croissante. Les travaux et les recherches de l’Académie des sciences militaires peuvent y contribuer.
Les tâches de la science militaire

Dans une discussion sur les formes et les moyens des conflits militaires, nous ne devons pas oublier notre propre expérience. Je veux parler de l’utilisation d’unités de partisans pendant la Grande Guerre patriotique et de la lutte contre les formations irrégulières en Afghanistan et dans le Caucase du Nord. Je tiens à souligner que pendant la guerre d’Afghanistan, des formes et des moyens spécifiques de conduite des opérations militaires ont été élaborés. Au cœur de celles-ci se trouvent la vitesse, les mouvements rapides, l’utilisation intelligente de parachutistes tactiques et de forces d’encerclement, qui, tous ensemble, permettent d’interrompre les plans de l’ennemi et de lui faire subir des pertes importantes. Un autre facteur influençant l’essence des moyens modernes de conflit armé est l’utilisation de complexes automatisés modernes d’équipements militaires et la recherche dans le domaine de l’intelligence artificielle. Alors qu’aujourd’hui nous avons des drones volants, les champs de bataille de demain seront remplis de robots marchant, rampant, sautant et volant. Dans un avenir proche, il est possible qu’une unité entièrement robotisée soit créée, capable de mener des opérations militaires de manière indépendante. Comment combattre dans de telles conditions ? Quelles formes et quels moyens utiliser contre un ennemi robotisé ? De quel type de robots avons-nous besoin et comment les développer ?

Aujourd’hui déjà, nos esprits militaires doivent réfléchir à ces questions. La série de problèmes la plus importante, qui requiert une attention soutenue, est liée au perfectionnement des formes et des moyens d’application des groupes de forces. Il est nécessaire de repenser le contenu des activités stratégiques des Forces Armées de la Fédération de Russie. Dès à présent, des questions se posent : Un tel nombre d’opérations stratégiques est-il nécessaire ? Lesquelles et combien d’entre elles seront nécessaires à l’avenir ? Jusqu’à présent, il n’y a pas de réponses. Il existe également d’autres problèmes que nous rencontrons dans nos activités quotidiennes. Nous sommes actuellement dans la phase finale de la formation d’un système de défense de l’espace aérien (VKO).

De ce fait, la question du développement de formes et de moyens d’action utilisant les forces et les outils de la VKO est devenue d’actualité. L’état-major général y travaille déjà. Je propose que l’Académie des sciences militaires y prenne également une part active. L’espace d’information ouvre de larges possibilités asymétriques pour réduire le potentiel de combat de l’ennemi. En Afrique du Nord, nous avons été témoins de l’utilisation de technologies permettant d’influencer les structures étatiques et la population à l’aide de réseaux d’information. Il est nécessaire de perfectionner les activités dans l’espace d’information, y compris la défense de nos propres objets.

L’opération visant à contraindre la Géorgie à la paix a révélé l’absence d’approches unifiées de l’utilisation des formations des forces armées en dehors de la Fédération de Russie. L’attaque de septembre 2012 contre le consulat américain dans la ville libyenne de Benghazi, l’activation des activités de piraterie, [et] la récente prise d’otages en Algérie confirment l’importance de créer un système de défense armée des intérêts de l’État en dehors des frontières de son territoire. Bien que les ajouts à la loi fédérale « Sur la défense » adoptée en 2009 permettent l’utilisation opérationnelle des forces armées de la Russie en dehors de ses frontières, les formes et les moyens de leur activité ne sont pas définis. En outre, les questions visant à faciliter leur utilisation opérationnelle n’ont pas été réglées au niveau interministériel.

Il s’agit notamment de simplifier la procédure de franchissement des frontières des États, l’utilisation de l’espace aérien et des eaux territoriales des États étrangers, les procédures d’interaction avec les autorités de l’État de destination, etc. Il est nécessaire d’organiser le travail conjoint des organisations de recherche des ministères et agences concernés sur ces questions. L’une des formes d’utilisation de la force militaire à l’extérieur du pays est le maintien de la paix.

En plus des tâches traditionnelles, leur activité pourrait inclure des tâches plus spécifiques telles que des tâches spécialisées, humanitaires, de sauvetage, d’évacuation, d’assainissement et autres. À l’heure actuelle, leur classification, leur essence et leur contenu n’ont pas été définis. En outre, les tâches complexes et multiples du maintien de la paix que, éventuellement, les troupes régulières devront accomplir, supposent la création d’un système fondamentalement nouveau pour les préparer. Après tout, la tâche d’une force de maintien de la paix est de désengager les parties en conflit, de protéger et de sauver la population civile, de coopérer à la réduction de la violence potentielle et de rétablir la vie pacifique. Tout cela exige une préparation académique.
Contrôle du territoire

Dans les conflits modernes, il est de plus en plus important d’être capable de défendre sa population, ses objets et ses communications contre l’activité des forces d’opérations spéciales, compte tenu de leur utilisation croissante. La résolution de ce problème passe par l’organisation et la mise en place d’une défense territoriale. Avant 2008, lorsque l’armée comptait plus de 4,5 millions d’hommes en temps de guerre, ces tâches étaient exclusivement assumées par les forces armées. Mais les conditions ont changé. Désormais, la lutte contre les forces de diversion-reconnaissance et de terrorisme ne peut être organisée que par l’implication complexe de toutes les forces de sécurité et de maintien de l’ordre du pays. L’état-major général a commencé ce travail. Il est basé sur la définition des approches de l’organisation de la défense territoriale qui ont été reflétées dans les modifications de la loi fédérale « Sur la défense ».

Depuis l’adoption de cette loi, il est nécessaire de définir le système de gestion de la défense territoriale et d’imposer légalement le rôle et la localisation dans ce système des autres forces, des formations militaires et des organes des autres structures de l’État. Nous avons besoin de recommandations bien fondées sur l’utilisation des forces et des moyens inter-agences pour l’accomplissement de la défense territoriale, des méthodes de lutte contre les forces terroristes et de diversion de l’ennemi dans les conditions modernes. L’expérience de la conduite des opérations militaires en Afghanistan et en Irak a montré la nécessité d’élaborer – en collaboration avec les organes de recherche d’autres ministères et agences de la Fédération de Russie – le rôle et l’étendue de la participation des forces armées dans la régulation post-conflit, d’élaborer la priorité des tâches, les méthodes d’activation des forces, et d’établir les limites de l’utilisation de la force armée. […]
On ne peut pas générer des idées sur commande

L’état actuel de la science militaire russe ne peut être comparé à l’épanouissement de la pensée militaro-théorique dans notre pays à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Bien sûr, il y a des raisons objectives et subjectives à cela, et il n’est pas possible de blâmer quelqu’un en particulier pour cela. Ce n’est pas moi qui ai dit qu’il n’était pas possible de générer des idées sur commande. Je suis d’accord avec cela, mais je dois aussi reconnaître une autre chose : à cette époque, il n’y avait pas de personnes ayant des diplômes supérieurs et il n’y avait pas d’écoles ou de départements militaires universitaires. Il y avait des personnalités extraordinaires avec des idées brillantes. Je les qualifierais de fanatiques dans le meilleur sens du terme. Peut-être n’avons-nous pas assez de gens comme ça aujourd’hui. Des gens comme, par exemple, Georgy Isserson, qui, malgré les opinions qu’il s’était forgées dans les années d’avant-guerre, a publié le livre « Nouvelles formes de combat ». Dans ce livre, ce théoricien militaire soviétique a prédit :

La guerre en général n’est pas déclarée. Elle commence simplement avec des forces militaires déjà développées. La mobilisation et la concentration ne font pas partie de la période qui suit le début de l’état de guerre, comme ce fut le cas en 1914, mais se déroulent, sans qu’on le sache, bien avant. (Voir ceci en complément de Georgy Isserson: L’Art de la guerre (Sun Tzu) – les 7 du quebec : https://les7duquebec.net/archives/269798

Le destin de ce « prophète de la patrie » s’est déroulé de manière tragique. Notre pays a payé en grandes quantités de sang pour ne pas avoir écouté les conclusions de ce professeur de l’Académie d’état-major général. Que pouvons-nous en conclure ? Une attitude méprisante envers les nouvelles idées, les approches non standard, les autres points de vue, est inacceptable dans la science militaire. Et il est encore plus inacceptable que les praticiens aient cette attitude envers la science.

En conclusion, je voudrais dire que quelles que soient les forces de l’ennemi, quel que soit le niveau de développement de ses forces et de ses moyens de lutte armée, il est possible de trouver des formes et des méthodes pour les surmonter. Il aura toujours des vulnérabilités et cela signifie que des moyens adéquats pour s’opposer à lui existent. Nous ne devons pas copier les expériences étrangères et courir après les pays leaders, mais nous devons les dépasser et occuper nous-mêmes des positions de premier plan. C’est là que la science militaire joue un rôle crucial. L’éminent spécialiste soviétique des questions militaires, Alexandre Svechin, a écrit :

Il est extraordinairement difficile de prévoir les conditions de la guerre. Pour chaque guerre, il est nécessaire d’élaborer une ligne particulière pour sa conduite stratégique. Chaque guerre est un cas unique, qui exige l’établissement d’une logique particulière et non l’application d’un quelconque modèle.

Cette approche reste correcte. Chaque guerre se présente effectivement comme un cas unique, exigeant la compréhension de sa logique particulière, de son unicité. C’est pourquoi il est très difficile de prévoir le caractère d’une guerre dans laquelle la Russie ou ses alliés pourraient être entraînés. Néanmoins, nous devons le faire. Toute déclaration académique en science militaire est sans valeur si la théorie militaire ne s’appuie pas sur la fonction de prédiction. (Pour compléter : https://les7duquebec.net/archives/269798 ).

[…]

Robert Coalson

Liens

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x