Aller à…
RSS Feed

Un programme « Pétrole contre nourriture » pour déstabiliser l’Iran ?


France-Irak Actualité : actualités du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak et du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne.


Publié par Gilles Munier sur 9 Juin 2019, 07:38am

Catégories : #Iran, #Irak, #Trump, #Pétrole, #Proche-Orient

« Pétrole contre nourriture »: un programme génocidaire

Par Gilles Munier/

Selon le site Arab News, des discussions seraient en cours pour obliger l’Iran à accepter de signer un accord « Pétrole contre nourriture » permettant d’« alléger » l’effet grandissant des sanctions économiques qui lui sont imposées par les Etats-Unis et leurs alliés. Espérons qu’il s’agit d’une fausse nouvelle, d’une « fake news »…

Ayant milité pour la levée des sanctions contre l’Irak, été placé en garde à vue en octobre 2005 (incarcération de 72 heures pour interrogatoire), puis jugé huit ans plus tard pour avoir « violé » la résolution de l’ONU dite Pétrole contre nourriture, je ne peux que mettre en garde les négociateurs iraniens qui s’accommoderaient de ce projet dit « humanitaire » conçu par John Bolton et ses conseillers pro-israéliens.

En Irak, les treize années d’embargo international ont provoqué la mort de plusieurs millions de personnes – parmi lesquelles plus d’1,5 million d’enfants -, ont détérioré les infrastructures du pays, et fait imploser la société. Les deux coordinateurs du programme « Pétrole contre nourriture » – l’Irlandais Denis Halliday et l’Allemand Hans von Sponeck – ont démissionné, le considérant à juste titre comme « génocidaire ». Seize ans après le renversement du régime baasiste, l’Irak ne s’est toujours pas relevé des sanctions imposées par l’ONU, bien qu’habillées en 1995 de dispositions soi-disant humanitaires.

Dans le copier-coller du programme « Pétrole contre nourriture » proposé à l’Iran – d’après les « sources sûres » interrogées par Arab News – l’Irak serait « le point de transit des exportations de pétrole et des importations de marchandises ». L’argent des ventes de pétrole iranien, déposé sur un compte ouvert à la Banque centrale irakienne, permettrait aux Américains « de tout contrôler », notamment d’interdire les aides financières accordées à certaines organisations luttant contre l’impérialisme occidental et le sionisme au Proche-Orient.

En Irak et au-delà, la mise en œuvre de la mouture/Iran de Pétrole contre nourriture favoriserait toutes sortes de trafics et développerait la corruption.

Si le président Hassan Rohani signe l’accord dont parle Arab News, il ouvrira la voie à la déstabilisation progressive de l’Iran.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.