Aller à…
RSS Feed

Une délégation libanaise de la coalition du « 14 mars » à Gaza : Outrage à la résistance


 

ASSAWRA   

 

Inscription à notre liste de diffusion: « Assawra »

[email protected]

 

 

jeudi 29 novembre 2012, par La Rédaction

La visite éclair à Gaza d’une délégation du « 14 mars » libanais, coalition composée de plusieurs partis hostiles à la résistance islamique au Liban et à ses alliés, suscite colère et dégoût au sein de la population palestinienne à Gaza, qui vient de remporter une victoire de plus contre l’ennemi sioniste. D’autant plus que cette délégation a inclus un député des Forces Libanaises, principale force ayant participé aux massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila en 1982, et dont plusieurs dirigeants avaient rencontré et collaboré avec l’ennemi, officiers de l’armée de l’occupation ou hommes politiques.

Gaza la victorieuse, Gaza dont la résistance a bombardé Tel Aviv et les colonies situées aux abords de la ville occupée d’al-Quds, Gaza qui représente la dignité arabe, Gaza la meurtrie par un blocus qui dure depuis 6 ans, mené par les amis du « 14 mars » (Etats-Unis et Union européenne) et par l’ennemi, Gaza a été injuriée par la visite d’un représentant des Forces Libanaises. C’est tout le peuple palestinien qui se sent insulté par un tel affront.

La visite de la délégation du « 14 mars » fut boudée par la presse palestinienne, prompte d’habitude à accueillir les délégations solidaires, venues pour briser le blocus. Celle-ci a plutôt mis l’accent sur les réactions populaires sur les réseaux, à cette visite, où les Palestiniens ont exprimé leur colère et leur dégoût, sachant bien que les visiteurs ne peuvent être refoulés, surtout s’ils ont reçu l’aval et la bénédiction, sinon la suggestion de Qatar, et certains disent de l’Egypte ou de l’Arabie saoudite. Mais la presse palestinienne a diffusé, à grande échelle, l’hommage de la population de Gaza à la république islamique d’Iran, pour la remercier d’avoir fourni les fusées à la résistance, qui a frappé et frappé Tel Aviv.

Pourquoi cette visite ? se demandent les Palestiniens. Le porte-parole du « 14 mars » l’a expliqué : il s’agit de montrer que la Palestine ou la question palestinienne n’est pas l’exclusivité du Hezbollah ou du front de la dissuasion, mais de toute la nation. Et comme dans l’islam, l’intention prime sur l’acte, nous pouvons d’ores et déjà dire que la visite est nullifiée, puisqu’il ne s’agit pas de soutenir la résistance palestinienne, mais de « marquer un point » contre la résistance islamique au Liban.

Le « 14 mars » prétend soutenir la résistance palestinienne, à présent, contre l’ennemi sioniste. Une caricature a circulé à ce sujet, où le premier ministre Haniyyé se demande précisément si la délégation n’est pas plutôt venue pour « exiger le désarmement de la résistance » comme le réclame le « 14 mars » au Liban. Car pourquoi soutenir la résistance et les armes de la résistance à Gaza, et non au Liban, puisque l’ennemi est le même ? Ceux qui n’ont cessé, depuis 2005, de ternir l’image de la résistance islamique au Liban, ceux qui ont reçu de l’argent sale des Américains pour ce faire, ceux qui n’ont cessé de combattre le Hezbollah avec le soutien des chancelleries occidentales, ceux qui n’ont pas eu la décence de visiter le sud du pays, meurtri par la guerre israélienne et apporter leur soutien à la population victorieuse du sud du Liban, ceux qui n’ont pas visité le musée de la Résistance à Mlita, les voici soudainement à Gaza, qui fêtait il y a moins d’une semaine sa récente victoire contre l’occupant.

Pourquoi alors cette visite ? S’agirait d’effacer les traces des combattants du Hezbollah qui avaient affronté les menaces et les dangers pour faire passer des armes et des fusées, utilisées au cours de la dernière guerre, aux combattants de la résistance palestinienne à Gaza ? S’agirait-il de tracer un chemin « légal » pour la diplomatie et les « bonnes œuvres » vers Gaza, qui remplacerait celui souterrain et « illégal » emprunté par les combattants et les armes ? C’est en tout cas ce que l’on peut en déduire, étant donné le nombre de délégations venues « bénir » la victoire de la résistance, dans le sillage de la visite de l’émir de Qatar et de son épouse, avant la guerre.

S’il est important que le blocus soit brisé, il est aussi important pour les combattants de la Palestine que les armes puissent arriver. Hajj Abu ‘Imad Rifaï, représentant au Liban du mouvement du Jihad islamique en Palestine l’a affirmé, au cours de la dernère guerre : ce sont des armes dont le peuple palestinien, à Gaza et ailleurs, a besoin avant toute chose. Ce sont les armes de la résistance qui ont empêché l’invasion terrestre de la bande de Gaza, ce sont les armes de la résistance d’abord qui ont imposé une trêve, le ballet diplomatique n’a fait qu’entériner ce que les armes sont parvenues à faire.
Ce sont les armes de la résistance et la fermeté politique des dirigeants palestiniens qui ont empêché le plan sioniste visant à séparer Gaza de la Cisjordanie pour la remettre à l’Egypte. Mais comme le dit si bien le représentant du Jihad islamique, il faut craindre que la victoire de Gaza ne soit le prélude, pour certains Etats, à un autre accord d’Oslo. La visite de la délégation du « 14 mars », qui inclut un collaborateur des Forces Libanaises, ne présage rien de bon.

Rim al-Khatib
29 novembre 2012

Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x