Aller à…
RSS Feed

Une mer peinte en noir OTAN



Publié par Gilles Munier sur 30 Juin 2021, 07:27am

Catégories : #Otan

Par Pepe Escobar (revue de presse : Réseau international – 29/6/21)*

Les États-Unis cherchent à réorganiser le concept de l’Intermarium Baltique-Mer Noire de l’après-Guerre mondiale pour en faire un mur de fer de la Guerre froide 2.0 contre la Russie.

Bienvenue au dernier spectacle de l’OTAN : Sea Breeze commence aujourd’hui et se poursuit jusqu’au 23 juillet. Les co-hôtes sont la Sixième Flotte américaine et la marine ukrainienne. Le principal protagoniste est le 2e Groupe maritime permanent OTAN.

Le spectacle, en langage OTAN, n’est qu’une démonstration innocente du « renforcement de la dissuasion et de la défense ». L’OTAN nous dit que l’exercice est « de plus en plus populaire » et qu’il réunit maintenant plus de 30 pays « des six continents » qui déploient 5 000 soldats, 32 navires, 40 avions et « 18 équipes d’opérations spéciales et de plongée ». Tous engagés à mettre en œuvre et à améliorer ce concept magique de l’OTAN : « l’interopérabilité ».

Maintenant, dissipons le brouillard et entrons dans le vif du sujet. L’OTAN donne l’impression qu’elle s’empare de certaines parties de la mer Noire au nom de la « paix ». Les articles de foi suprêmes de l’OTAN, réitérés lors de son dernier sommet, sont « l’annexion illégale de la Crimée par la Russie » et « le soutien à la souveraineté de l’Ukraine ».

Pour l’OTAN, la Russie est un ennemi de la « paix ». Tout le reste n’est que brouillard de guerre hybride.

Non seulement l’OTAN « ne reconnaît pas et ne reconnaîtra pas l’annexion illégale et illégitime de la Crimée par la Russie », mais elle dénonce également son « occupation temporaire ». Ce scénario, expurgé à Washington, est récité par Kiev et pratiquement toute l’UE.

L’OTAN se présente comme attachée à « l’unité transatlantique ». La géographie nous dit que la mer Noire n’a pas été annexée à l’Atlantique. Mais cela n’entrave en rien la bonne volonté de l’OTAN, qui, comme le montre le bilan, a transformé la Libye, en Afrique du Nord, en un terrain vague géré par des milices.

Quant à l’intersection de l’Asie centrale et de l’Asie du Sud, le derrière collectif de l’OTAN a été botté sans cérémonie par une bande de Pachtounes en haillons armés de Kalachnikovs de contrefaçon.

Les 9 de Bucarest

La Maison Blanche définit ses alliés du flanc est de l’OTAN comme les 9 de Bucarest.

Les 9 de Bucarest comprennent les membres du groupe de Visegrad (République Tchèque, Hongrie, Pologne et Slovaquie), le trio balte (Estonie, Lettonie et Lituanie) et deux voisins de la mer Noire (Bulgarie et Roumanie). Pas d’Ukraine – du moins pas encore.

Lorsque la Maison Blanche parle de « renforcer les relations transatlantiques », cela signifie avant tout « une coopération plus étroite avec nos neuf alliés en Europe centrale et dans les régions de la mer Baltique et de la mer Noire sur toute la gamme des défis ». Traduction : « toute la gamme des défis » signifie la Russie.

Bienvenue donc au retour, en beauté, de l’Intermarium – comme pour « entre les mers », principalement la Baltique et la Mer Noire, avec l’Adriatique comme accessoire.

Après la Première Guerre mondiale, l’élan vers ce qui allait peut-être devenir une entente géopolitique incluait les trois Baltes, la Yougoslavie, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Biélorussie et l’Ukraine. Cette concoction a été faite en Pologne.

Aujourd’hui, sous l’égide des États-Unis et de leur bras armé de l’OTAN, un Intermarium Baltique-Mer Noire remanié est poussé comme le nouveau mur de fer de la Guerre froide 2.0 contre la Russie. C’est pourquoi l’incorporation définitive de l’Ukraine à l’OTAN est si importante pour Washington – car elle solidifierait l’Intermarium pour de bon.

007 fait du Monty Python

La semaine dernière, le préquel de Sea Breeze s’est déroulé par le biais d’une cascade farfelue La Bretagne Règne sur les Vagues, mise en scène comme un sketch des Monty Python – mais avec des connotations potentiellement explosives.

Imaginez que vous attendiez à un arrêt de bus quelque part dans le Kent et que vous trouviez dans une poubelle une masse détrempée – près de 50 pages – de documents secrets détaillant les explications du Ministère de la Défense sur le déploiement explicitement provocateur du destroyer Defender au large de Sébastopol, le long de la côte de Crimée.

Même un journaliste de la BBC embarqué à bord du destroyer a démoli la version officielle de Londres selon laquelle le déploiement du navire n’était qu’un simple « passage innocent ». En outre, les armes du Defender étaient chargées à bloc, alors qu’il avançait à deux miles nautiques dans les eaux russes. Moscou a publié une vidéo documentant l’acrobatie.

Il y a mieux. Le blob détrempé trouvé dans le Kent n’a pas seulement révélé des discussions sur la possible réaction russe au « passage innocent ». Il y avait aussi des digressions sur le fait que les Britanniques, « encouragés » par les Américains, laissaient des commandos en Afghanistan après le retrait des troupes après le 11 septembre.

Cela constituerait une preuve supplémentaire que le combo anglo-américain-OTAN ne « quittera » pas vraiment l’Afghanistan.

Un vague « membre du public » a contacté la BBC lorsqu’il a innocemment trouvé les matériaux géopolitiquement radioactifs. Personne ne sait s’il s’agissait d’une fuite, d’un piège ou d’une erreur stupide. Si le « membre du public » était un véritable dénonciateur, il aurait suivi la voie de Wikileaks, pas celle de la BBC.

Le « passage innocent » s’est produit quelques heures seulement après que Londres ait signé un accord avec Kiev pour le « renforcement des capacités navales ukrainiennes ».

Sur le front de la réaction russe, la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a résumé la situation : « Londres a fait preuve d’une énième action provocatrice suivie d’un tas de mensonges pour la dissimuler. Les agents 007 ne sont plus ce qu’ils étaient ».

Pendant ce temps, sur le front méditerranéen, que l’OTAN considère comme son Mare Nostrum, deux chasseurs russes Mig-31k – capables de transporter des missiles hypersoniques Khinzal – ont été redéployés la semaine dernière en Syrie. La portée du Khinzal englobe toute la Méditerranée.

À travers le Sud global, la promotion par l’OTAN de la « paix mondiale » dans le port d’Odessa, en mer Noire, ne peut qu’évoquer des nuances de la Libye et de l’Afghanistan. Austin Powers – auto-baptisé Agent Double Oh ! Tiens-toi bien ! – s’intégrerait parfaitement dans l’affaire des « documents secrets » de la poubelle de Kent.

« Oh ! Tenez-vous bien ! » s’applique totalement à Sea Breeze. Sinon, l’occasion pourrait se présenter de dire bonjour à M. Kinzhal.

*Source : Réseau international

Version originale : Asia Times, traduit par Réseau International

Articles de Pepe Escobar sur France-Irak Actualité : ICI
Partager cet ar

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x