Aller à…
RSS Feed

Vengeance anti-Israël de Trump ?


ParsToday

Mercredi 11 novembre 2020

La mascarade électorale aux USA qui a l’air de déboucher sur un État US bicéphale, en état d’autodestruction, est entré dans une nouvelle phase, lundi, quand Donald Trump qui promet depuis le 3 novembre d’incendiaires révélations au peuple US, a chassé du Pentagone Mark Esper pour le remplacer par Christopher Hill.

Et le tournant n’a pas échappé à la Résistance. Soupçonné d’avoir planifié voire amplement pris part à l’assassinant du haut commandant de la Force Qods, le général Qassem Soleimani, et ce, dans l’espoir d’y briser l’axe de la Résistance et de retarder l’effondrement du duo USA-Israël, le conseiller pour « l’anti-terrorimse » du terroriste Trump, est aussi connu des milieux de renseignement pour sa très probable implication dans la double déflagration du 4 août qui a visé le port stratégique de Beyrouth.

L’enquête menée depuis quatre mois par l’État libanais dont les éléments restent totalement méconnus est mené on le sait sous l’auspice du FBI qui bloque toute fuite et toute communication extérieure par crainte que ne soit portée au grand jour l’implication des avions espion et de reconnaissance USA-Israël juste avant l’attaque puis l’usage de cette arme nouvelle semi-nucléaire qui a dévasté deux tiers du port et en a paralysé l’activité et ce, au profit de Haïfa. Le plan a raté son objectif qui consistait à en accuser le Hezbollah et à le faire désarmer par un débarquement de l’OTAN au Liban et cette défaite n’a été possible que grâce à la vaillante résistance des Chrétiens du Liban. D’où cette vengeance froide qui tombe trois jours après la défaite de Trump sous forme des sanctions visant le CPL, un CPL largement présent au sein de l’armée libanaise et donc au fait des éléments de l’enquête.

Christopher Miller à la tête du Pentagone, cela voudrait dire que Trump pourrait être tenté, fou de rage qu’il est d’avoir été floué le 3 novembre, de déclencher pour les 70 jours restant de son mandat, une méga guerre anti-Résistance avec en toile de fond la volonté de bousiller la chance démocrate de renouer avec l’Iran.

Mais une analyse plus exacte de la stratégie iranienne d’un Trump qui depuis quatre ans ne cesse de cumuler des échecs face à l’Iran et n’ose pas, conscient qu’il est de très gros risques à entrer militairement en conflit avec l’Iran, pourrait consister à y voir un pas de deux, démocrate-républicain, avec d’un côté la menace de guerre brandie par un Trump enragé et une perspective d’ouverture que Biden laisserait miroiter à condition que l’Iran en particulier et l’axe de la Résistance en général cède. Or c’est là, une chose qui ne se produira pas.

Mardi, l’armée du régime sioniste a annoncé avoir intercepté un drone du Hezbollah qui, au bout de 150 jours d’état d’alerte permanent sur le front Nord sioniste et seulement 10 jours après un méga exercice de l’armée israélienne impliquant la composante terrestre, aérienne, navale et des unités de renseignement, aurait réussir à infiltrer dans le ciel d’Israël. L’armée sioniste n’a d’ailleurs pas eu honte d’envoyer ce message : « Les troupes de Tsahal ont abattu un drone appartenant au Hezbollah qui était passé du Liban dans l’espace aérien israélien ».

Et le porte parole de l’armée israélienne, Avichay Adrae, d’ajouter: « Les forces israéliennes déployées le long de la frontière avec le Liban restent en état d’alerte et ne permettront aucune violation de la souveraineté d’Israël ». Cette dernière remarque vise évidemment à rassurer des colons qui ne croient pas un seul instant que toute machine de guerre déployée sur les frontières avec le Liban et ce depuis le 21 juillet, puisse tenir une « seule journée » face aux avalanches de missiles de précision du Hezbollah. Surtout que la situation sur le front Sud est loin d’être rassurant pour l’entité sioniste. La normalisation ayant déjà commencé à montrer ses limites, à aider Israël à se projeter hors d’un espace qui lui est totalement invivable, les forces d’occupation israéliennes ont lancé depuis mardi des exercices militaires avec des armes lourdes dans la vallée du Jourdain. Sauf que cet exercice bien moindre que « Lethal Arrow » d’il y a dix jours, ne saurait être de grand recours le jour J.

Une attaque du clan Trump contre l’Iran ou un assaut israélien contre le Hezbollah constitueraient sans doute l’ultime erreur fatale d’une Amérique finissante; Eliott Abrams qui se trouve en ce moment même dans la région devrait le savoir mieux que quiconque, lui, qui s’est mesuré depuis quatre ans à l’axe Iran-Venezuela avec un bilan d’échecs à succession. Au Levant, l’Iran est chez lui et sa riposte coûtera aux USA, Israël et Cie.

Tweet
Le dossier Etats-Unis
Les dernières mises à jour

Source : ParsToday
https://parstoday.com/fr/…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.