Aller à…
RSS Feed

Violences sexuelles et traite des êtres humains en Ukraine


Site logo image Le Cri des Peuples

lecridespeuples

Juin 15

Déclaration de Vassily Nebenzia, représentant permanent de la Fédération de Russie, lors du briefing du Conseil de sécurité des Nations unies sur la question de la violence sexuelle et de la traite des êtres humains en Ukraine, le 6 juin 2022.

Source : russiaun.ru

Traduction : lecridespeuples.fr

Monsieur le Président,

Nous remercions les intervenants pour leurs observations.

Accuser les militaires russes de commettre des crimes sexuels est une pratique favorite du régime de Kiev et de nos collègues occidentaux depuis que la Russie a commencé son opération militaire spéciale en Ukraine. Nous nous souvenons trop bien de la manière dont les médias ukrainiens et occidentaux ont accusé à plusieurs reprises nos soldats de commettre des actes de violence sexuelle, en se référant à des données et des rapports prétendument vérifiés. Cependant, ils n’ont fourni aucune preuve. De la même manière, aucune preuve n’a été apportée aujourd’hui par les informateurs ou les délégations qui ont pris la parole. Ces accusations s’intègrent parfaitement dans le récit soigneusement créé par les stratèges politiques occidentaux, qui dépeignent les soldats russes comme des bêtes et des barbares rustres. C’est exactement ce qu’ont fait les sbires de Goebbels lors de la phase finale de la Seconde Guerre mondiale. Vous souvenez-vous du représentant permanent de l’Ukraine qui nous a raconté, apparemment guidé par le même manuel fasciste, que les soldats russes ont volé des appareils ménagers et même des toilettes en quittant Boutcha, parce qu’ « il n’y a pas de toilettes en Russie » ?

La mise en scène de Boutcha, que nos collègues britanniques considéraient comme une raison insuffisante pour convoquer la réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU que nous avions demandée, a été jusqu’à présent le point culminant de cette campagne de diffamation fondée sur des mensonges et sans fondement. À ce jour, tant d’incohérences et de réfutations de la version officielle sont apparues que nos partenaires occidentaux hésitent à en parler. Dans le même temps, les accusations infondées de violences sexuelles ne se font pas plus rares. Et la réunion d’aujourd’hui en est une nouvelle preuve.

Permettez-moi de me tourner vers les collègues qui se sont particulièrement exprimés à ce sujet. Je vous recommande d’être prudents, car aucune des allégations de Kiev n’est étayée par une quelconque preuve. C’est ce qu’a démontré récemment la médiatrice ukrainienne pour les droits de l’homme, Liudmila Denisova. Il s’est avéré qu’elle a fait un travail excessif et a été limogée par le régime de Kiev sous un motif intéressant : l’accent mis sur les nombreux détails des crimes sexuels et des viols d’enfants allégués par les forces russes dans les territoires occupés qui ne pouvaient être confirmés par des preuves. En d’autres termes, Mme Denisova a menti au monde entier pendant tout ce temps, ce qui était une nouvelle choquante même pour les autorités de Kiev. J’appelle donc ceux qui ont savouré par inertie toutes les accusations portées contre les soldats russes à bien réfléchir pour savoir s’ils peuvent faire confiance aux informations, ou plutôt à la désinformation propagée par Kiev.

Il ne s’agit pas seulement de Denisova. De nombreux cas de violences sexuelles présumées, que les médias occidentaux ont repris de la machine de propagande de Kiev, ont déjà été réfutés soit par des officiels, soit par les « victimes » elles-mêmes. Par exemple, les autorités de Kherson ont déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que les troupes russes avaient eu recours à des violences sexuelles contre 11 habitantes de la ville, comme l’avaient rapporté précédemment certaines plateformes en ligne douteuses.

Nastya Savchishin, qui a fait la une des journaux du monde entier en parlant d’une « fille violée et tuée par les Russes uniquement parce qu’elle est ukrainienne », a admis qu’elle allait bien et qu’il ne s’agissait que d’une séance de photos, assez suspectes en l’occurrence.

Autre exemple. Une fille qui, selon le conseiller du bureau du président ukrainien O. Arestovich, a été violée et humiliée par les troupes russes à Gostomel, est morte. Mais cela s’est passé à Marioupol, et non à Gostomel ; et les auteurs étaient des nazis d’Azov, et non des Russes. Il existe des preuves de ce crime.

Nos adversaires se contentent d’allégations sans fondement, mais je vais vous donner des crimes concrets commis par les nationalistes ukrainiens.

Comme l’a rapporté le Comité d’enquête de Russie, des poursuites pénales ont été engagées contre le commandant adjoint (responsable du maintien du moral des troupes) d’une compagnie d’appui-feu de l’unité militaire A-2777 de la 36e brigade de marine des forces armées ukrainiennes, le lieutenant principal Sergei Batynsky, qui a commis un crime effroyable. Au début du mois d’avril, les troupes ukrainiennes de la 36e brigade de marine ont détenu deux civils à Mariupol, un mari et sa femme, et les ont enfermés dans un sous-sol. Plus tard, Batynsky, en état d’ébriété, a violé la femme en présence de son mari tout en menaçant de la tuer. Lorsque le mari a essayé de l’arrêter, Batynsky l’a abattu sous les yeux de sa femme. Natynsky a avoué cet acte au cours d’un interrogatoire qui a été filmé et rendu accessible au public.

L’interrogatoire de Sergei Batynsky

Le 7 mars, des militaires de la République populaire de Donetsk (RPD), lors d’un déminage dans les environs de la mine de Kommunar, près de Donetsk, ont découvert une sépulture contenant quatre corps de femmes. Les analyses médico-légales ont montré qu’avant de mourir, elles avaient été violées et torturées. L’une des victimes était enceinte. Les corps ont été découverts dans la zone où le bataillon nationaliste ukrainien Aidar était stationné.

Le 28 mars, des nationalistes du bataillon Azov ont violé et torturé à mort une jeune femme dans le bâtiment de l’école n°18 de Mariupol. Son corps démembré, avec les mains coupées et un signe de croix gammée marqué sur le ventre, a choqué tous ceux qui ont vu la scène.

Lorsque la presse occidentale a rapporté ce crime, elle l’a attribué aux forces russes…

Son corps démembré, avec les mains coupées et un signe de croix gammée marqué sur le ventre, a choqué tous ceux qui l’ont vu. Nous avons évoqué cette tragédie lors de la réunion du Conseil de Sécurité du 11 avril.

Actuellement, des travaux sont en cours dans les territoires libérés d’Ukraine, ainsi que dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk (DPR & LPR), pour découvrir des faits et des preuves de crimes commis par les forces armées ukrainiennes. Ces travaux sont menés par les autorités d’enquête de la Russie, de la LPR et de la DPR.

Monsieur le Président,

Les nationalistes ukrainiens sont connus pour leur cruauté. Mais même parmi eux, il y a des unités qui ont dépassé les limites, même du point de vue de Kiev. À l’été 2015, un scandale a éclaté en Ukraine autour du bataillon nationaliste « Tornado ». Les autorités ukrainiennes ont accusé ses membres d’actes de pillage, de torture, de violence contre les hommes et les femmes, de pédophilie, de meurtres et d’enlèvements de civils ukrainiens. De nombreux auteurs ont été condamnés, notamment le commandant du bataillon, Ruslan Onishchenko. Mais en mars de cette année, ils ont tous été libérés dans le cadre de l’amnistie du Président Zelensky.

Maintenant que près de 2 500 membres du bataillon nationaliste Azov se sont rendus à Marioupol, après avoir mis fin à une résistance inutile dans l’aciérie Azovstal, tous leurs crimes font l’objet d’une enquête approfondie. Les habitants de la ville libérée de Marioupol jouent un rôle actif dans ce processus.

Très bientôt, la communauté internationale apprendra la vérité sur les crimes, y compris les crimes sexuels, commis par les formations nationalistes et les forces armées ukrainiennes, que les autorités de Kiev et leurs sponsors occidentaux s’efforcent de glorifier.

Il existe de nombreuses preuves de la façon dont ces ordures ont tiré sur des civils, des médecins et des volontaires lorsque ces derniers venaient en aide aux blessés. Les chars ukrainiens visaient directement les bâtiments résidentiels, et se cachaient des bombardements russes dans les quartiers résidentiels. Les Azov ne laissaient pas sortir les malades et les blessés des hôpitaux ; ils mettaient le feu aux locaux, intimidaient et humiliaient les civils. Une sépulture contenant jusqu’à 300 corps a été découverte à Marioupol, où des témoins oculaires affirment que les Azov ont jeté les corps des personnes qu’ils avaient tuées lorsqu’ils contrôlaient la ville.

M. le Président,

Le conflit en Ukraine a stimulé l’industrie de l’exploitation des réfugiés ukrainiens dans les pays européens, Mme Patten en a parlé plus tôt aujourd’hui. Sur la base des informations disponibles, les agences spécialisées de l’UE estiment que la menace de trafic de réfugiés ukrainiens est assez élevée, compte tenu du fait que ces dernières années, l’Ukraine s’est classée parmi les cinq premiers États en termes de trafic d’êtres humains et d’exploitation sexuelle en Europe. Ce problème doit rester au centre de l’attention, car la violence et l’exploitation des réfugiés dans les États européens doivent être empêchées.

Las Vegas jiggle joint ‘stands with Ukraine’ by auditioning strippers from war-torn nation

Nous auditionnons des strip-teaseuses ukrainiennes

Ce n’est un secret pour personne que l’Occident accueille des femmes réfugiées d’Ukraine qui souffrent beaucoup. À Las Vegas, des panneaux publicitaires invitent les strip-teaseuses d’Ukraine à des auditions. En Allemagne, la chaîne de restauration rapide KFC a affiché un poster publicitaire avec l’inscription « Les poulettes d’Ukraine sont les bienvenues en Allemagne » avec un lit en arrière-plan. Difficile de croire qu’il ne s’agit que d’une innocente publicité. Apparemment, ce n’est que le sommet de l’iceberg. Pourtant, cela montre à quel point les risques d’exploitation sexuelle des réfugiés ukrainiens en Occident sont élevés.

?????? ???????? on Twitter: « ??? ??????. Chicks from Ukraine are very welcome to Germany. ? ??? ???? ?????? ??????? KFC ? Booking? ??? ?? ??? ????? ??????? ????????, ??? ???????? ? https://t.co/PQlKAFOeBS » /

KFC accueille les « poulettes ukrainiennes »…

Nous avons tous vu les images terrifiantes du traitement sadique des détenus et prisonniers de guerre russes par les militaires ukrainiens qui se sont rapidement répandues sur Internet. Les nationalistes ukrainiens sont tout aussi cruels envers la population pacifique de Donbass et du sud-est de l’Ukraine en général, qu’ils ne perçoivent que comme des séparatistes qui, en 2014, ont choisi d’être autonomes par rapport aux autorités issues de l’EuroMaïdan. C’est également ainsi qu’ils traitent les femmes, sans aucune pitié.

L’AFP FEINT DE DÉCOUVRIR QUE LES ARMES LIVRÉES À?? PEUVENT TERMINER CHEZ DES TERRORISTES
Ça fait 3 mois que les opposants à ces livraisons mettent en garde !
L’AFP en parle soudain.
Serait-ce pour commencer à préparer l’opinion publique au virage à 180° entamé par New-York Times? https://t.co/xgLCnRxePi

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) May 22, 2022

Mme la Présidente,

Une fois de plus, nous réfutons toutes les allégations de violences sexuelles contre les militaires russes. C’est un mensonge que nous rejetons fermement. Nous affirmons en toute responsabilité que toutes les actions des militaires russes respectent des règles strictes. Nos lois prescrivent une punition sévère pour toute tentative de violence contre des civils. Pour nous, le respect du droit humanitaire international est une priorité absolue. Malheureusement, on ne peut pas en dire autant des membres des forces armées ukrainiennes et des bataillons nationalistes. Donc, si vous voulez vraiment combattre la pratique des crimes sexuels en Ukraine, ne fermez pas les yeux sur les nombreux cas de tels crimes commis par les militaires ukrainiens. Même si des considérations politiques vous incitent à ignorer cette odieuse pratique.

Monsieur le Président,

En conclusion, permettez-moi de soulever quelques épisodes qui ne sont pas directement liés au sujet de cette réunion.

Nous avons pris note des projets des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne de livrer à l’Ukraine de l’artillerie à longue portée et des systèmes de lancement de roquettes multiples. En laissant de côté la justification peu convaincante d’une telle démarche, permettez-moi d’attirer votre attention sur le fait que Kiev l’a déjà interprétée comme une carte blanche pour continuer à bombarder les installations civiles du Donbass, que l’artillerie ukrainienne, après quelques défaites récentes, ne peut plus atteindre.

Ainsi, les munitions de fabrication américaine qui ont été livrées à l’Ukraine dernièrement sont déjà utilisées pour lancer des frappes contre des installations dans le Donbass, y compris des écoles et d’autres établissements d’enseignement. Il y a des victimes, y compris parmi les enfants. Nous en avons déjà parlé lors d’une réunion le 2 juin. Il n’y a pas d’opportunité militaire dans ces bombardements, et Kiev le sait. Vous devriez donc aussi savoir que vos pays deviennent des complices directs des crimes de l’armée ukrainienne dans le Donbass, avec toutes les conséquences qui en découlent.

Le journaliste de guerre Dmitry Astrakhan à l’hôpital Vishnevsky de Donetsk, où un obus ukrainien a directement touché la maternité. Toutes les femmes, les enfants et le personnel hospitalier sont sains et saufs, ils ont réussi à évacuer au sous-sol à temps. https://t.co/cXS4uXX6ia

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) June 13, 2022

Les récentes déclarations des représentants ukrainiens montrent clairement que le régime de Kiev n’envisage aucune limite à l’utilisation de l’artillerie à longue portée et des lance-roquettes. Ces déclarations ne concordent pas avec les propos des représentants américains et britanniques qui affirment que de telles restrictions existent. Dans ce contexte, les déclarations de certains responsables occidentaux, notamment du secrétaire d’État Blinken, selon lesquelles Kiev n’utilisera pas les systèmes américains de lance-roquettes multiples contre des cibles situées sur le territoire de la Russie, ne sont pas convaincantes. En fait, en disant cela, le chef de la diplomatie américaine tente de légaliser les frappes contre la LPR et la DPR qui tuent des civils, y compris des enfants.

À cet égard, nous nous réservons non seulement le droit de déplacer la ligne de la menace nazie pour la Russie et les républiques de Donbas plus loin, à la distance qui peut être couverte par les nouveaux projectiles à longue portée ; et aussi de cibler les centres où sont prises les décisions d’utiliser ces types d’armes.

Depuis le début de l’invasion russe, les autorités ukrainiennes ont annulé la taxe sur l’importation de voitures.
?Depuis lors,selon le Directeur Shchutsky, environ 80 000 voitures ont été introduites dans le pays pour un usage personnel,dont 30 % (~24 000) de voitures de luxe. pic.twitter.com/lGTEfXCxwm

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) June 14, 2022

Selon l’homme politique Mustafa Nayyem (Ukrainien d’origine afghane ayant participé au Maïdan), les partenaires européens seraient scandalisés par le volume des importations de BMW X5 et de Mercedes-Benz Classe S dans le pays «pour les besoins des forces armées ukrainiennes.» pic.twitter.com/ESRb4hNlLy

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) June 14, 2022

Je ne peux pas non plus omettre de mentionner qu’en raison de la corruption à grande échelle largement connue des fonctionnaires ukrainiens, les armes livrées par les États-Unis et l’Europe sont presque ouvertement commercialisées sur le marché noir ukrainien. Une simple recherche sur Internet montre que les Stingers américains sont proposés pour 7 000 dollars pièce, et les Javelins – pour 30 000 dollars. Le choix d’armes à feu et de munitions est très vaste. Bien entendu, les terroristes internationaux, y compris ceux qui sont actifs en Europe et en Amérique, n’hésiteront pas à profiter de ces ventes. Je vous préviens donc tout de suite : lorsque vos concitoyens commenceront à vous poser des questions difficiles, ne pensez pas à nous faire porter le chapeau.

Merci.

Voir notre dossier sur la situation en Ukraine.

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x