Aller à…
RSS Feed

Vladimir Poutine fait le point sur l’opération en Ukraine et la confrontation avec l’OTAN


Le Cri des Peuples

lecridespeuples

Juin 30
En conclusion de sa visite de travail au Turkménistan, Vladimir Poutine a répondu aux questions de journalistes, le 29 juin 2022.

Source : en.kremlin.ru

Traduction : lecridespeuples.fr

Vladimir Poutine : Bonsoir.

Je vous en prie, vous pouvez poser vos questions. Comment avez-vous trouvé la ville d’Achgabat ? Le temps est chaud, par contre. Mais la ville s’est complètement transformée ces dernières années, avec une nouvelle architecture. C’est très beau. […]

Question : Le thème principal du sommet du G7 en Allemagne était de punir la Russie autant que possible. Des blagues ont également été faites sur, je m’excuse, votre torse nu. Tout le monde s’y est mis, y compris le Premier ministre du Canada, qui a suggéré de laisser tomber les vestes pour être plus cool que Poutine. Ici, au sommet de la mer Caspienne, avez-vous par hasard discuté de quelque chose de ce genre ?

Poutine a répondu à cette rodomontade grotesque des dirigeants du G7, qui menaçaient de se mettre torse nu pour rivaliser avec lui & l’impressionner :

« Je ne sais pas à quel point ils voulaient se dénuder, s’ils ne voulaient enlever que le haut ou aussi le bas. Mais je pense… https://t.co/W3NhcqisKe pic.twitter.com/wbFzqkfiZV

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) June 30, 2022

Boris Johnson a également déclaré que si le président russe était une femme, il n’y aurait pas de guerre. Que pensez-vous de cela ?

Vladimir Poutine : Je ne sais pas à quel point ils voulaient se dénuder, s’ils ne voulaient enlever que le haut ou aussi le bas. Mais je pense que cela aurait été de toute manière un spectacle dégoûtant. Je voudrais citer Pouchkine ici. Je me trompe peut-être dans les détails, mais il a dit quelque chose comme « On peut être une personne sensée et penser à la beauté de ses ongles ». Alors bien sûr, je suis d’accord avec cela : tout doit être équilibré chez une personne, le corps et l’âme doivent être soignés. Pour y parvenir, il faut s’abstenir de trop boire et d’autres mauvaises habitudes. Il est important de faire de l’exercice et de rester en forme.

Les collègues que vous avez mentionnés, je les connais tous personnellement. Ce n’est pas la meilleure période dans notre relation, c’est clair. Néanmoins, ce sont tous des leaders, ce qui signifie qu’ils ont un fort caractère. Si seulement ils s’y mettent, ils peuvent réussir, bien sûr. Mais cela demande des efforts. Le simple fait qu’ils parlent d’une bonne hygiène de vie est une bonne chose et je les en félicite.

Passons maintenant à la deuxième partie de la question. [Johnson a déclaré que l’invasion de l’Ukraine était à cause de la masculinité toxique de Poutine…et que ça ne serait jamais arrivé avec une femme à la tête de la Russie.] Je ne veux pas m’étendre sur ce qui aurait pu se passer, je veux simplement vous rappeler les événements de l’histoire récente, lorsque Margaret Thatcher a pris la décision de lancer une opération militaire contre l’Argentine pour les Malouines. C’est une femme qui a décidé de lancer une opération militaire. Où sont les îles Malouines et où est la Grande-Bretagne ? Cette décision n’a été dictée par rien d’autre que des ambitions impériales et le but était de réaffirmer le statut impérial du pays.

Par conséquent, je pense que, en tout état de cause, ce n’est pas vraiment un bon coup de gueule de la part du Premier ministre du Royaume-Uni face aux événements actuels.

Question : Le sommet de l’OTAN a commencé par une rhétorique belliqueuse. La Russie a été déclarée « menace directe » pour la sécurité de l’Alliance. Stoltenberg a admis que l’OTAN se préparait à la confrontation avec la Russie depuis 2014. Le Premier ministre belge a déclaré que l’Ukraine devait gagner et qu’elle devait le faire sur le front, ce qui aurait été coordonné avec les autorités ukrainiennes.

Comment évaluez-vous ces déclarations ? Et comment devrions-nous les considérer ?

Vladimir Poutine : Nous devons les considérer comme des faits. En ce qui concerne leurs préparatifs pour certaines actions contre nous depuis 2014, cette information n’est pas nouvelle pour nous. Elle explique nos actions décisives pour protéger nos intérêts. Ils sont depuis longtemps à la recherche d’un ennemi extérieur, d’une menace qui rallierait leurs alliés. Je fais surtout référence aux États-Unis.

L’Iran n’est pas adapté à ce rôle. La Russie est bien mieux. Ils voient en nous une chance de rallier leurs alliés dans une nouvelle période historique. Il n’y a là rien de nouveau pour nous. C’est une nouvelle preuve de ce que nous disons depuis le début : l’OTAN est une relique du passé, de l’époque de la guerre froide. Ils ont toujours répondu que l’OTAN avait changé, qu’elle était devenue une alliance plus politique, mais en même temps ils cherchaient une occasion de lui donner une nouvelle vie en tant qu’organisation militaire. Eh bien, c’est exactement ce qu’ils font maintenant. Il n’y a rien de nouveau pour nous dans tout cela.

Question : Qu’en est-il de la victoire de l’Ukraine ?

Vladimir Poutine : En ce qui concerne la victoire de l’Ukraine [à laquelle l’Occident proclame œuvrer de toutes ses forces], nous en sommes également conscients. L’Ukraine a mené des discussions avec nous, parfois mieux qu’à d’autres moments. Nous avons fait certains arrangements à un moment donné, mais plus tard, pardonnez-moi l’expression, ils les ont jetés aux orties. Les appels lancés à l’Ukraine pour qu’elle poursuive les combats et abandonne toute négociation ultérieure réaffirment notre supposition selon laquelle l’Occident uni et l’OTAN ne se soucient pas de l’Ukraine ou des intérêts du peuple ukrainien, et que leur objectif est de protéger leurs propres intérêts. En d’autres termes, l’OTAN et les membres dirigeants de l’alliance utilisent l’Ukraine et le peuple ukrainien pour renforcer leurs positions et leur rôle dans le monde, non pas pour réaffirmer leur leadership mais leur hégémonisme au sens direct du terme, leurs ambitions impériales. C’est ce qu’ils veulent. Ce qu’ils ont toujours dit à propos de leur exceptionnalisme, l’idée qu’ils ont essayé d’imprimer à la communauté internationale que ceux qui ne sont pas avec eux sont contre eux : tout cela sont des manifestations de la même politique. Ce n’est pas nouveau pour nous.

Question : Vladimir Vladimirovich, la Turquie a abandonné ses convictions sur la question de l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN. Cette décision aura-t-elle un effet sur les relations Russie-Turquie ? Que va faire la Russie maintenant, surtout à la lumière de la déclaration de Stoltenberg selon laquelle vous vouliez moins d’OTAN aux frontières de la Russie mais avez obtenu le contraire : plus d’OTAN.

Vladimir Poutine : Je suis conscient de cette prémisse, qui est fausse et n’a aucun rapport avec la réalité. Notre position a toujours été, comme je l’ai déjà dit au cours de cette conversation aujourd’hui, que l’OTAN est une relique de la guerre froide et qu’elle n’est utilisée que comme un instrument de la politique étrangère américaine destiné à maintenir ses États clients sous contrôle. C’est sa seule mission. Nous leur avons donné cette possibilité, je le comprends. Ils utilisent ces arguments de manière énergique et assez efficace pour rallier leurs soi-disant alliés. C’est le premier point.

D’autre part, en ce qui concerne la Suède et la Finlande, nous n’avons pas de problèmes avec ces pays comme nous en avons, malheureusement, avec l’Ukraine. Nous n’avons pas de problèmes ou de différends territoriaux avec eux. Il n’y a rien qui puisse inspirer notre préoccupation concernant l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN. Si elles le veulent, elles peuvent le faire.

Toutefois, ces pays doivent savoir qu’ils n’étaient pas confrontés à des menaces auparavant, mais que si des contingents et des infrastructures militaires sont déployés sur leur territoire à présent, nous devrons prendre des mesures similaires et créer pour eux les mêmes menaces que celles qui sont créées pour nous. C’est évident. Ne le comprennent-ils pas ? Tout allait bien entre nous avant, mais maintenant il y aura des tensions, c’est évident.

Quant à l’hypothèse selon laquelle nous luttions contre l’OTAN qui s’approchait de nous par l’intermédiaire de l’Ukraine, mais que nous avons maintenant affaire à la Suède et à la Finlande, elle n’a aucune substance, car l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN n’a rien à voir avec l’adhésion potentielle de l’Ukraine. Ce sont deux choses très différentes. Ils le savent très bien, mais ils défendent cette idée pour montrer que la Russie a reçu davantage de ce qu’elle ne voulait pas avoir. Non, c’est totalement différent, et nous en sommes conscients. Et ils en sont conscients. Ils essaient de substituer ces notions, de montrer que la Russie n’a pas atteint ses objectifs. Mais cela ne nous trompera pas.

Si la Suède et la Finlande veulent rejoindre l’OTAN, qu’elles le fassent. Vous savez, il y a des blagues grossières sur le fait de se mêler de choses peu recommandables. C’est leur affaire. Qu’ils marchent dans ce qu’ils veulent. Mais l’Ukraine est une affaire totalement différente. Ils ont transformé l’Ukraine en un pays anti-Russie, une tête de pont pour essayer de remuer la Russie elle-même. Ils ont commencé à combattre la culture russe et la langue russe, ils ont commencé à persécuter ceux qui se considéraient comme faisant partie du monde russe. Il n’y a rien de tel en Finlande ou en Suède ; la situation est complètement différente. Si ces pays veulent rejoindre [le bloc], ils sont libres de le faire.

Question : Aujourd’hui, Lev Leshchenko a déclaré qu’il était prêt à interpréter une chanson sur les héros de l’opération spéciale. Ilya Reznik a déjà écrit les paroles. L’autre jour, je suis revenu de Lougansk où le chef de la République populaire de Lougansk, Pasechnik, a proposé de faire un film. Il a présenté son idée à Vladimir Mashkov qui s’en est immédiatement inspiré. Nous nous souvenons du rôle que l’art soviétique a joué pendant la Grande Guerre patriotique. Que pensez-vous de ces idées et propositions ?

Vladimir Poutine : C’est une bonne idée. Vous voyez, les gars qui accomplissent leur devoir de combat là-bas, qui se battent, qui risquent leur vie, certains perdent même leur vie, ils se sacrifient pour les objectifs de cette opération militaire. Ils protègent la population du Donbass, les intérêts de la Russie et la sécurité de notre pays. N’en sommes-nous pas conscients ? Je l’ai déjà dit à maintes reprises : si une tête de pont anti-Russie est établie à nos frontières, nous serons constamment sous cette menace, sous cette épée de Damoclès. Ces hommes accomplissent donc une mission cruciale pour assurer la sécurité de la Russie et, bien sûr, ils méritent d’être connus et de faire parler d’eux dans tout le pays. Non seulement je soutiens de telles idées (c’est la première fois que j’en entends parler), mais je pense que nous devrions écrire des chansons et des poèmes et construire des monuments à la mémoire de ces héros.

Question : Monsieur le Président, les objectifs de l’opération spéciale ont-ils changé depuis son lancement ? Quel est l’objectif actuel ? Savez-vous quand tout cela va se terminer ?

Vladimir Poutine : Rien n’a changé, bien sûr. J’en ai parlé tôt le matin du 24 février. J’en ai parlé directement et publiquement pour que le pays tout entier et le monde entier l’entendent. Je n’ai rien à ajouter. Rien n’a changé. À l’époque également, plusieurs jours après le début de l’opération, j’ai dit que la tactique pourrait être différente, celle proposée par le ministère de la Défense et l’état-major général, en ce qui concerne les endroits où les troupes doivent se déplacer et les cibles à atteindre, ce qui doit être réalisé lorsque plusieurs groupes sont entrés en Ukraine centrale et ce qui doit être réalisé dans le Donbass. Le régime de Kiev s’était préparé à cela depuis longtemps, depuis 2014. Par conséquent, nous devions prendre certaines mesures pour les distraire.

Oui, je suis le commandant en chef suprême, mais je ne suis pas diplômé de l’Académie militaire de l’état-major général. Je fais confiance aux professionnels. Ils font ce qu’ils jugent nécessaire pour atteindre l’objectif global. J’ai formulé l’objectif global, qui est de libérer le Donbass, de protéger sa population et de créer les conditions qui garantiront la sécurité de la Russie elle-même. C’est tout. Nous travaillons de manière calme et régulière. Comme vous pouvez le constater, nos forces progressent et atteignent les objectifs qui ont été fixés pour cette période particulière de l’engagement. Nous procédons selon le plan.

Nous ne parlons pas d’échéances. Je n’en parle jamais, parce que c’est la vie, c’est la réalité. Il serait erroné de faire entrer les choses dans un cadre quelconque, car, comme je l’ai déjà dit, il s’agit de l’intensité du combat, qui est directement liée aux pertes possibles. Et nous devons penser avant tout à sauver la vie de nos gars.

Question : Puis-je vous poser une question sur l’attaque terroriste, enfin, pas une attaque mais l’explosion du centre commercial de Kremenchug en Ukraine ? Il y a différentes versions.

Vladimir Poutine : Il n’y a pas eu d’attaque terroriste ni d’explosion.

J’étais ici au Turkménistan, donc je ne connais pas les détails. Ce que je sais, et ce que nous avons souligné à de nombreuses reprises et nous avons montré les images, y compris celles des drones, c’est que les armes, les MLRS, les canons d’artillerie et les armes lourdes sont déployés dans les quartiers résidentiels et dans d’autres endroits. Nous ne tirons pas sur des champs vides. Nous tirons généralement sur des cibles qui ont été identifiées.

Je suis sûr que c’est ce qui s’est passé dans ce cas également. Ils cachent le matériel, en particulier le matériel livré par l’Occident, dans des hangars, sur des marchés en plein air, dans des usines et dans les magasins où ce matériel est réparé ou ajusté après une longue période de transport depuis des pays étrangers.

L’armée russe ne frappe pas les installations civiles. Elle n’en a pas besoin. Nous avons la possibilité d’identifier les cibles, et nous disposons d’armes modernes de précision à longue distance pour les attaquer. Bien sûr, je découvrirai les détails à mon retour à Moscou.

Voir notre dossier sur la situation en Ukraine.

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x