Aller à…
RSS Feed

Yézidis – Entretien avec le directoire de la municipalité de Sinjar



Publié par Gilles Munier sur 10 Janvier 2021, 10:39am

Catégories : #Irak, #Kurdistan, #Yézidis

Par Aymenn Jawad Al-Tamimi (revue de presse : Aymenn Jawad Al-Tamimi Blog – 23/12/20)*

Le district du Sinjar dans la région de Ninive est devenu un point de tension suite à l’accord conclu entre le gouvernement central irakien et le gouvernement régional du Kurdistan en octobre 2020. Les points forts de cet accord (selon les documents publiés dans les médias de langue arabe) sont les suivants :

la nomination d’un nouveau maire
la gestion exclusive du portefeuille de la sécurité par la police locale du Sinjar, les services de la Sécurité nationale et les services secrets du pays en collaboration avec les services de sécurité du Kurdistan
toutes les forces armées et illégaux seront repoussées en dehors des frontières du district du Sinjar : cette responsabilité reviendra au commandement des opérations interarmées et à la Commission Hachd al- Chaabi
le commandement des opérations interarmées mettra fin à la présence du PKK au Sinjar et aux alentours.

Cet accord prévoit donc, de façon implicite et explicite à la fois, l’éradication des groupes affiliés au PKK (présents essentiellement dans le unités de résistance du Sinjar et le Asayish Izidkhan) et des groupes Hashd dans le district. Mais des interrogations persistent quant à son application en raison de la mesure où les deux groupes ont recruté localement. Où iront donc ces personnes ? Il semblerait aussi que leurs recrues appartiennent aux deux groupes (par exemple, les relations qu’entretiennent les unités de résistance du Sinjar avec la commission Hachd al-chaabi). On se demande aussi comment les forces en charge de la sécurité au Sinjar se coordonneront avec les services de sécurité du Gouvernement régional du Kurdistan.

Afin de mieux comprendre la situation au Sinjar, j’ai interviewé le directoire municipal le 22 décembre 2020. L’entretien a été abrégé et revu pour plus de clarté. Toutes insertions entre parenthèses sont de mon fait.

Q: Pouvez-vous me parler de la situation au Sinjar?

R : La situation au Sinjar est a l’heure actuelle très calme.

Q: Est-ce que les unités de résistance du Sinjar et l’Asayish Izidkhan se sont retirées ?

R: Les forces des unités de résistance du Sinjar sont une force officielle yézidie affiliée à la commission Hachd al-Chaabi : où peuvent-ils se retirer ? Ils ont quitté le centre-ville mais sont présents dans les alentours.

Q: Il en va de même pour celle du Asayish Izidkhan?

A: Oui.

Q: Quelles ont les autres factions du Hachd présentes dans le district ?

A: Les forces yézidies affiliées à Hashd al-Chaabi: le régiment Lalish, le quatrième régiment de la force yézidie, et les forces Kojo. Toutes ces forces sont affiliées à la commission Hachd al-Chaabi.

Q: Comment évaluez-vous la situation au Sinjar en terme d’accès aux services telles que l’électricité, l’eau et autres?

A: En terme d’électricité, la situation est critique car il n’y en a pas. Les citoyens en ont 3 heures par jour. Il en va de même pour l’eau : dans certains quartiers, l’eau n’arrive pas du tout. Les autres services gouvernementaux sont inexistants. Il y a bien quelques projets émanant de la municipalité, mais pas au niveau requis.

Q : Quels sont les projets les plus importants mis en place par la municipalité dans l’année écoulée ? Et quels sont les défis les plus importants ?

A: le dallage des rues principales et des ponts et l’installation de trottoirs. Les plus gros problèmes sont que l’infrastructure a été complètement détruite en ville et les projets sont très rares.

Q: Quelle est la population du Sinjar actuellement? Et dans quelle proportion ses habitants d’origine sont revenus ?

A: La population actuelle: en centre-ville, environ 6000 famille soit entre 180000 et 190000 personnes environ. La proportion des habitants d’origine revenue: tous les gens de la même région sont rentrés chez eux. Si l’on inclut les villages et les zones résidentielles, on estime que plus de 40% de la population originelle est rentrée.

Traduction et Synthèse : Z.E

*Source : aymennjawad.org

Sur le même sujet, lire aussi :

Bagdad annonce un «accord historique» avec le KRG sur Sinjar irakien

Le président du Front turkmène d’Irak, Salihi: « Le départ du PKK de Sinjar n’est qu’une tactique de déplacement »

Massoud Barzani voulait tenir les Yézidis en laisse: c’est raté !

Les Yézidis réprimés au Kurdistan irakien

Les Yézidis veulent être reconnus en tant que peuple

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x