Aller à…
RSS Feed

Golan occupé : Israël soutient Daesh et se prépare à entrer en guerre contre la Syrie


P.A.S.
Yahia Gouasmi

Samedi 1er juillet 2017

Alors que depuis le début de la guerre contre la Syrie les grands médias internationaux font mine d’ignorer le fait qu’Israël est partie prenante du conflit, nous apprenons désormais officiellement que l’entité criminelle soutient les groupes terroristes de « Daesh and Co » dans la région du Golan occupé.

En effet, un rapport des Nations Unies, publié le mois dernier, décrit une série de rencontres entre militaires israéliens et dirigeants terroristes près de la frontière syrienne, qui ont été observées par des soldats de la paix de l’ONU.

Le rapport datant du mois de mai de la Force des Nations unies chargé d’observer le dégagement (FNUOD) indique qu’il y a eu une augmentation significative de « l’interaction » entre des militaires israéliens et des terroristes dans la région de Quneitra et dans les hauteurs centrales du Golan occupé.

En guise de défense, le régime de Tel-Aviv prétend que toutes les relations avec des représentants terroristes agissant en Syrie l’ont été pour des raisons humanitaires, mais évidemment cela ne trompe personne.

Le secrétaire général de l’ONU a défini la région du Hermon, lieu de ces rencontres, comme un endroit d’importance stratégique et s’est inquiété de la situation.

“ Les réunions entre les forces israéliennes et les terroristes dans les monts du Hermon, pourraient déboucher sur des affrontements entre des éléments armés et les forces armées arabes syriennes. Je réitère mon appel aux deux parties à l’Accord de désengagement des forces concernant la nécessité de maintenir la stabilité dans la région. Toutes les activités militaires dans cette zone représentent un risque pour le cessez-le-feu et pour la population civile locale, et le personnel des Nations Unies sur le terrain ”, a déclaré le secrétaire général dans le rapport.

Aujourd’hui, l’information sort également dans les médias mainstream, comme le fameux « Wall Street Journal » qui a rapporté la semaine dernière qu’ « Israël avait mis en place une unité spéciale de l’armée pour conseiller, former, soutenir et contrôler les « rebelles » dans la région du Golan ».

Évidemment, la presse occidentale parle de soutien aux « rebelles syriens » et non pas aux « terroristes takfiristes » qu’ils sont. Un vocabulaire à géométrie variable auquel nous sommes désormais habitués…

Mais la question à se poser est : pourquoi ces informations sortent-elles aujourd’hui alors qu’elles étaient un secret de polichinelle ?

On sait de notoriété publique que depuis le début du conflit, l’entité sioniste criminelle apporte un soutien logistique et militaire aux terroristes dans la région du Golan.

En effet, l’armée coloniale israélienne a bombardé à plusieurs reprises les positions de l’armée syrienne en prétextant des tirs sur son territoire.

En octobre 2014, la Force des Nations Unies pour l’observation du dégagement (FNUOD), qui couvrait encore la zone, avait écrit ceci au Conseil de sécurité de l’ONU : « Le 23 juin [2014], Israël a ciblé neuf postes de l’armée syrienne avec des tanks et des avions après qu’un tir de mortier provenant du côté syrien a tué un civil israélien, la veille. Selon Israël, la plupart de ces incidents sont dus à des tirs égarés résultant des combats en Syrie. Israël a déclaré que les groupes d’opposition armés en étaient probablement les auteurs, mais que ses forces avaient tiré sur les positions militaires syriennes pour souligner que la Syrie était responsable de la sécurité de son côté de la ligne de cessez-le-feu ».

Pour résumer, les terroristes tirent au mortier sur le territoire sioniste, ne faisant comme par hasard jamais aucun dégât, et en représailles, l’armée israélienne bombarde les positions de l’armée syrienne.

Aucun expert sérieux ne saurait accepter cette thèse plus que farfelue, et tout le monde est bien conscient qu’il s’agit clairement d’un soutien militaire coordonné avec et pour les terroristes.

On sait que le régime israélien a procédé à plusieurs frappes aériennes d’envergure contre l’armée syrienne et ses alliés sur le sol syrien, essentiellement pour soutenir ses propres alliés terroristes.

En effet, ces dernières années, les avions israéliens ont assez souvent frappé les positions de l’armée gouvernementale syrienne, soi-disant en réaction à la chute d’obus sur des territoires contrôlés par Israël. Le dernier incident de ce type remonte à samedi dernier 24 juin, où l’aviation sioniste a pris pour cible les troupes et l’artillerie syriennes suite à la chute d’une dizaine d’obus sur le Golan occupé, détruisant deux chars et tuant deux militaires syriens.

En réalité, à chacun de leurs revers militaires face aux forces syriennes, les terroristes reçoivent l’appui de l’aviation et des unités d’artillerie de l’armée israélienne qui bombardent les positions de l’armée syrienne et du Hezbollah dans la région de Quneitra.

De plus, on remarque la parfaite coordination entre les frappes israéliennes et les attaques de Daesh contre l’armée syrienne, ce qui ne résulte certainement pas du hasard.

Mais si aujourd’hui ce soutien est révélé par les médias de masse, et que ces opérations militaires israéliennes s’intensifient, c’est qu’Israël prépare probablement l’opinion à une intervention directe sur le théâtre d’opération syrien. Pour se défendre, évidemment…

Ainsi, le journal israélien « Haaretz » titrait il y a quelques jours, et pour la première fois : « La lente et sinueuse ingérence d’Israël dans la guerre civile en Syrie ». Doux euphémisme pour parler d’un soutien total aux groupes terroristes dès le début de ce conflit meurtrier frappant le peuple syrien.

Il est clair que quelque chose se prépare. Pour preuve : sous prétexte de préserver la vie des civils menacée par des roquettes, le régime israélien vient d’annoncer lundi 26 juin, la fermeture du Golan occupé à la circulation.

De ce fait, certaines sources évoquent une confrontation militaire directe qui éclaterait prochainement entre l’armée israélienne et l’armée syrienne.

Le Parti Anti Sioniste voit une fois de plus ses dires confirmés par la vérité qui se dévoile aujourd’hui, à propos des liens désormais avérés entre l’entité sioniste criminelle et les groupes terroristes de Daesh and Co sévissant en Syrie. En effet, il est clair que Tel-Aviv agit de concert avec les terroristes en vue d’anéantir la Syrie et affaiblir ses alliés.

Aujourd’hui, face aux victoires de l’Axe de la Résistance, l’entité coloniale voit s’ouvrir un nouveau front à sa frontière nord, alors que la zone tampon qu’elle avait mise en place au Golan, et qui était contrôlée par les terroristes, est en train de fondre comme neige au soleil.

Sa dernière solution est l’intervention directe et totale en Syrie. Cependant, cela comporte beaucoup de risques pour l’entité criminelle, qui vient d’être prévenue par le chef de la Résistance, Seyyed Hassan Nasrallah, qui a été très clair dans son dernier discours du 23 juin dernier en affirmant en substance qu’ « en cas de guerre israélienne contre la Syrie ou le Liban, des centaines de milliers de combattants venant de tout le monde musulman déferleront pour participer à la bataille ».

Il a été conforté dans ses propos par ceux du Guide Suprême Iranien Seyyed Ali Khamenei, qui a affirmé à l’occasion de son discours de l’aïd que : « le combat contre l’entité sioniste était un devoir islamique ».

Yahia Gouasmi Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

Le sommaire du P.A.S.
Les dernières mises à jour

Source : Parti Anti Sioniste
http://www.partiantisioniste.com/…

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.