Aller à…
RSS Feed

Fabius ignore le danger terroriste


LE PETIT BLANQUISTE
Bloc-Notes de Jean-Pierre Dubois

24 janvier 2014
Fabius ignore le danger terroriste

Ali Mamlouk.JPG

On apprend que des membres des services secrets espagnols se sont rendus à Damas où ils ont rencontré le général Ali Mamlouk, dirigeant de l’appareil sécuritaire syrien : l’Espagne se montre très préoccupée avec le départ d’un certain nombre de ses ressortissants pour la Syrie où ils rejoignent des milices islamiques liées à al-Qaida ; ses services viennent de démanteler une filière de recrutement à Madrid.

Déjà, il y a un an, la Belgique était le premier pays à s’inquiéter du départ vers la Syrie d’un nombre croissant de ses ressortissants, dont certains mineurs.

En France, Manuel Valls, notre ministre de l’Intérieur, vient de confirmer l’existence d’un phénomène semblable : il le qualifie de « jamais égalé » et considère qu’il représente « le plus grand danger auquel nous devons faire face dans les prochaines années » ; il craint, en outre, que les Européens puissent « être dépassés par ce phénomène, vu son ampleur ».

Les services français recensent près de 700 Français ou personnes résidant en France plus ou moins impliqués dans le terrorisme en Syrie ; vingt-et-un y seraient morts. Ces dernières semaines, le phénomène se serait accéléré ; il touche également des mineurs comme l’expliquait le père de l’un d’entre eux dans La Dépêche du Midi.

A noter que ce recrutement se trouve grandement facilité par le fait que, depuis trois ans, gouvernements et médias européens responsabilisent systématiquement le seul gouvernement syrien et son président Bachar el-Assad de la poursuite et des conséquences du conflit : les jeunes embrigadés ne peuvent qu’être convaincus de la justesse de leur cause…

Fabius.JPGFabius semble être le seul à ne pas s’inquiéter de ce danger : à la conférence de Genève, notre ministre vient de déclarer qu’il ne s’agissait pas « de prononcer des discours répétant le mot « terrorisme » sans en analyser les vraies causes, donc les vrais moyens de le combattre ».

Il va jusqu’à prétendre que le gouvernement syrien porte une responsabilité écrasante « dans la montée d’un terrorisme criminel » alors que tout le monde sait que les milices liées à al-Qaida sont recrutées, financées et infiltrées par les services du Qatar et de l’Arabie saoudite, deux pays alliés de la France dans la région.

Ce déni de réalité est inquiétant : où sera et que fera Fabius quand les « djihadistes » se reconvertiront en France après avoir sévi en Syrie ?

Responsable mais pas coupable ?

0 0 voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x