Aller à…
RSS Feed

37 000 viols dans la province de Damas.


20-06-2013

Le nombre des viols recensés en Syrie a atteint les 37 000.

Ce constat désolant a été donné par la Commission de réconciliation nationale en Syrie, affiliée au ministère syrien de la Réconciliation, et cité par le journal syrien Al-Watan.

Des militaires gouvernementaux

Selon le responsable de cette commission, Kassem Sleïman, ces viols ont été perpétrés dans la province de Damas exclusivement, et plus précisément dans les régions de Mliha, Chébaa et Barze al-Balad, les plus touchées par ce fléau, ainsi qu’à Maadamiyya et le quartier Moukhayyam.

Le milicien qatari Ali Ayedh Souyane AlJamih qui a combattu dans les rangs de l’ASL, puis du front al-Nosra, avant d’être tué à Homs

« Il suffit que le milicien investisse une maison pour qu’il s’approprie tout ce qui s’y trouve…Il est fréquent que des miliciens violent une mère, sa fille, sa sœur et une cousine devant leurs proches, sans que personne ne puisse rien  faire », explique Sleiman.

Concernant les kidnappings en Syrie, ce responsable a signalé que plus de 1 000 femmes ont été enlevées en Syrie : « ce dossier des femmes enlevés est le plus sensibles de tous les événements syriens », a-t-il déploré, indiquant que le nombre total des personnes enlevées en Syrie est de l’ordre de 18 000 approximativement. Sachant que c’est l’argent qui constitue le principal motif des enlèvements.

Le journaliste et militant Moustafa Al-Ahmad qui a été enlevé dans la région de Jarables à Alep par la milice du Front al-Nosra, puis torturé et emmené vers un lieu inconnu.

Décapitation toujours

Le responsable syrien n’a pas évoqué le nombre de femmes tuées durant le conflit par les miliciens.

Fait rarissime, une vidéo-amateur circulant sur la toile montre dans une région non identifiée de la province d’Alep et à une date non signalée, l’exécution de deux femmes pour des raisons non explicitées. Les ravisseurs sont des insurgés de la milice « Nour esh-Sham » (Lumière du Levant) qui ont, toujours devant la caméra, décapité un homme qu’ils ont accusé d’être « un chabbih qui a tué des moudjahidines ».

Autres horreurs commises à Alep, en Syrie, par les mercenaires de Fabius et Hollande

http://documents.sy/videos.php?id=2867&lang=ar

Terrain

Toujours à Alep, rapporte le correspondant de l’agence Russia Today, l’armée syrienne régulière a entamé une opération militaire surprise dans divers quartiers de la ville, particulièrement dans celui de Boustane Alkaser ou des barrages érigés par des miliciens ont été démantelés.

À Alep

Dans la province de Damas, des accrochages ont eu lieu à Jobar. Alors que la bataille pour sécuriser le quartier de Sayedda Zaynab se poursuit.

Mercredi, les combats s’étaient axés autour de l’hôpital Imam Khomeiny dont le sort demeure inconnu.

Mercredi, les combats Hôpital Imam Khomeyni

Certaines sources indiquent qu’il s’est effondré alors que d’autres assurent le contraire.

Selon Arabi-Press, des dizaines de miliciens de nationalités non syrienne ont été tués dans cette bataille. Parmi lesquels figure le chef de la milice « Brigade des petits-fils du Prophète », Hassan Nmeiri. Alors que dans les rangs des militaires gouvernementaux, le nombre des tués vacille entre 3 et 7 selon des sources de l’« insurrection ».

Hassan Nmeiri, chef de la milice « Petits-fils du prophète »

Alors qu’à Deraa, l’armée gouvernementale a repoussé une tentative d’infiltration des miliciens par la frontière jordanienne.

A Lattaquié, les miliciens ont tenté d’ouvrir un nouveau front qui semble avoir pour but d’alléger la pression sur les autres fronts.