Aller à…
RSS Feed

A Alep, blocus et génocide pour établir un califat islamique


Cécilia Fany Fandi

 31 juillet 2013
 

Un article publié par le quotidien français, Le Monde, mardi 16 juillet, sous le titre, « Syrie : selon l’ONU, les réfugiés traversent la pire crise depuis le génocide rwandais », nous annonce, avec des détails et chiffres, une situation catastrophique dans le pays sans mentionner une seule fois la situation plus qu’alarmante de la ville d’Alep, notamment sa partie ouest où une population de plus de deux millions de personnes souffre d’un blocus général imposé par les rebelles islamistes en majorité étrangers. Si ces islamistes ont réussi à imposer un tel blocus c’est parce qu’ils contrôlent la partie est et sud-est de la ville ainsi qu’une bonne partie de la route reliant Alep à Lattaquié empêchant ainsi toute aide gouvernementale acheminée traditionnellement par cette route. Ils controlent également le passage du Karaj al-Hajiz à Bustan al-Qasr dans Alep sud d’où la gravité de la situation humanitaire des Alépins qui risqueraient de mourir de faim ou de maladie sachant que le blocus touche aussi médicaments.

De même, côté nord d’Alep, le gouvernement ne peut absolument rien acheminer pour la population car le nord, proche des frontières turques et transité régulièrement par armes et djihadistes, se trouve aussi sous le contrôle des islamistes avec la complicité voire même le soutien militaire du gouvernement d’Erdogan, une complicité avérée dès le début de la crise syrienne.
 
Nous n’allons pas entrer dans les détails des chiffres, « référencés de manière non professionnelle », selon l’ambassadeur de la Syrie à l’ONU, Bachar Al Jaafari, à juste raison, mais pourquoi ce silence des médias sur un blocus qui menace plus de deux millions d’Alépins ?
 
L’histoire et la géographie de cette partie sous blocus sont-elles la raison ?
 
http://www.lemonde.fr/proche-orient…
 
 Ce Blocus qui frappe plus de deux millions d’Alépins « n’est pas délibéré ! »
 
Ces derniers jours ont vu se préciser encore plus la nature idéologique et psychologique des fanatiques obscurantistes des rebelles bien illustrés depuis deux ans déjà, des fanatiques payés par les pétro-potentats et soutenus par les atlantistes et leurs alliés. Outre l’épuration ethnique pratiquée avec de plusieurs centaines des milliers de déplacés ; enlèvements, tortures, assassinats, égorgements, actes de cannibalisme et sans oublier les désastres,pillages et la destruction des infrastructures du pays. La dernière trouvaille de ces nihilistes est d’affamer plus de deux millions d’Alépins.
 
Un panneau posé dans un quartier sous contrôle des islamistes précisant la nature et les détails du blocus contre Alep, partie ouest comprise « tout ce qui est nécessaire pour les enfants ». Des tracts exigeant le respect de ce blocus ont été distribués dans les rues. Toute personne refusant de se soumettre à ce blocus risque d’être punie. Des appels ont été lancés aussi à partir de certaines mosquées.
 
Par ailleurs, les miliciens islamistes n’ont pas hésité à tirer sur des manifestants pacifistes à Karaj al-Hajz et Bustan al-Qasr (partie sud d’Alep, voir la carte) – deux zones qui se trouvent sous leur contrôle et où se trouve aussi le passage entre les deux parties de la ville – qui réclamaient le lever du blocus sur leurs compatriotes de l’autre côté de la ville, comme le montre cette vidéo mise en ligne mardi 9 juillet :
 
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&amp ;v=s3BPqLRhyjo
 
Les Echos dissèque les manœuvres des rebelles à Alep
 
En effet, c’est là un article qui dissèque l’attitude des rebelles que vient de se livrer, mardi 9 juillet, le quotidien économique français de référence, Les Echos. Et cet article qui a d’autant plus de poids que ce média, lié par la force des choses aux milieux d’affaires occidentaux, n’est pas a priori le mieux disposé envers le gouvernement syrien.
 
Il faudrait que ses confrères du Monde, de Libération ou de L’Express lui demandent davantage de conseils et d’analyses…
 
En effet, depuis presqu’un mois, les résidents dans la partie ouest de la ville sous le contrôle de l’armée syrienne sont frappés par « un blocus non délibéré » justifié par une « conséquence regrettable des affrontements entre les rebelles et l’armée » selon un rebelle basé à Alep. Ces propos ont été repris par le quotidien Les Echos dans son article équilibré du mardi 9 juillet. A notre connaissance, le premier et le seul qui a parlé de ce blocus :
 
http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00534576-les-rebelles-syriens-divises-sur-le-blocus-de-l-ouest-d-alep-584418.php
 
Donc, le mot magique a été bel et bien prononcé « conséquence regrettable des affrontements entre les rebelles et l’armée ». Or, les affrontements ne sont pas nouveaux, ils durent déjà depuis l’été dernier lorsque les islamistes ont attaqué massivement la capitale économique et la deuxième ville du pays, ville restée néanmoins fidèle au régime et épargnée par les mouvements contestataires que la Syrie a connus depuis mars 2011. Ce blocus a été donc volontaire et « non délibéré  » de l’aveu-même d’un rebelle.
 
Mais que cela signifie et pourquoi ce blocus aujourd’hui ?
 
En effet, la situation militaire à Alep n’a pas connu un changement significatif depuis décembre 2012 sauf pour le quartier à majorité kurde au nord d’Alep, Cheikh Maqsoud, tombé aux mains des islamistes avec la complicité de certaines fractions kurdes proches de la Turquie (brigade de Saladin).
Cela dit, l’armée a pu enregistrer même un certain progrès dans la région d’Alep, notamment côté ouest et a pu même libérer en mars dernier la ville stratégique de Khan al-Assal (Notre article mis en ligne, le 3 avril dernier : http://www.michelcollon.info/Armes-chimiques-une-nouvelle.html)
 
Et voici la nouvelle carte sur la situation militaire de terrains sur laquelle je viens d’ajouter ces nouvelles données sur la même carte que j’ai déjà publiée sur Infosyrie :
 
 
En effet, cela tombe quelques jours seulement après l’élection d’un nouveau président du CNS qui refuse d’ailleurs la conférence de Genève 2 car selon lui « dans le contexte actuel nous ne sommes pas en mesure de participer à la conférence de Genève. Nous pourrons y prendre part quand nous serons suffisamment forts sur le terrain (sic). Pas aujourd’hui, car nous sommes faibles« , reconnaît Ahmad Jarba depuis Washington refusant de même toute négociation avec le régime ne demandant que des armes tout en reconnaissant que leur livraison est beaucoup meilleure qu’avant.
 
Donc, cette coalition rejette tout dialogue, elle veut la guerre pensant affaiblir le régime en mettant deux millions d’Alépins sous blocus car elle avoue même sa faiblesse militaire « nous sommes faibles ». Reçu la semaine dernière par François Hollande, il a appelé aussi « la France à livrer des armes à la rébellion  » comme le dit l’article de Georges Malbrunot du Figaro, le 24 juillet :
 
http://www.lefigaro.fr/international/2013/07/24/01003-20130724ARTFIG00258-syrie-a-paris-le-chef-de-la-coalition-reclame-des-armes.php/#xtor=AL-155
 
De plus, Mohmmad Morsi, l’allié fort du CNS, le démocrate, élu démocratiquement et soutenu par les atlantistes et les wahhabites du Golfe n’est plus considéré ainsi par son peuple qui s’est soulevé massivement contre lui, soutenu par son armée, au bout d’un an seulement au pouvoir. N’oublions pas non plus le départ forcé de l’émir du Qatar, décidé par Washington. L’émir Hamad était en effet un des plus grands soutiens financiers et militaires des frères musulmans. Il était même le parrain militaire à côté de l’OTAN du printemps arabe, notamment en Libye. Donc, il faut faire vite avant que le CNS subisse le même sort.
 
En effet, cet échec de l’islam politique dans le plus grand pays arabe à savoir l’Egypte ne peut que donner un coup dur à l’islam politique. Le cas de la Turquie n’est pas si loin non plus avec des manifestants protestant contre l’islamisation de leur pays. Rappelons seulement que l’opposition syrienne reconnue par l’Occident est composée d’une grande partie des frères musulmans vivant en exil depuis plusieurs dizaines d’années.
 
Blocus de la partie ouest d’Alep, une tentative désespérée de compenser les pertes rebelles
 
Donc, une nouvelle tactique désespérée pour modifier les données ou les rapports de force sur le terrain.
– Cela tombe surtout après la perte de la ville stratégique de Qussayr tenue par les rebelles pendant plus d’un an et demi alors que la bataille de Homs fait rage où les islamistes en majorité étrangers s’enlisent visiblement de plus en plus non seulement ne pouvant plus avancer mais ils sont en train de perdre leurs positions tenues pourtant depuis plusieurs mois voire plus d’un an. En effet, comme à Qussayr et sa région, les derniers quartiers de Homs sont en train de tomber aux mains de l’armée syrienne, comme le grand et célèbre quartier al-Khaldiyeh. Ceux de la vieille Homs sont bien encerclés et lancent un appel au secours. Les pertes des rebelles islamistes se comptent par plusieurs centaines depuis le début de l’opération de l’armée syrienne pour libérer le reste de la ville.
 
 
La partie ouest d’Alep considérée « chabbihas »
 
– Alep est le théâtre militaire des combats depuis l’été dernier soldé par sa division en deux parties : une, contrôlée totalement par le gouvernement à savoir l’ouest de la ville alors que les rebelles islamistes, le Front al-Nosra en tête, contrôlent partiellement (parfois totalement) le sud-est et l’est de la ville avec la vieille d’Alep.
– La partie ouest d’Alep qui se trouve sous le contrôle du gouvernement se compose de plusieurs dizaines de quartiers dont les plus célèbres Jamiliyeh, Alep la Nouvelle, Chaba, Sayef al-Dawla, Rue al-Nil, al-Hamdaniyeh, Furqan, al-Aziziyeh, Sulaymaniyeh… C’est aussi dans cette partie où se trouvent l’université et la grande majorité des institutions gouvernementales.
– Les habitants de la partie ouest de la ville sont accusés d’être des chabbihas soutenant le régime car ils sont non seulement neutres mais ils ne soutiennent pas leur « révolution » nihiliste
– Au-delà de ces précisions, on notera que d’autres régions d’Alep souffrent aussi du blocus imposé par les miliciens islamistes comme la région kurde d’Efrine où les deux brigades salafistes islamistes, al-Tawhid et Assifat al-Chamal (la Tempête du nord) imposent un blocus qui persiste depuis plusieurs semaines car les combattants kurdes ne leur laissent pas occuper leurs villes.
 
Terroriser et effrayer une population vivant sous le contrôle du gouvernement
 
En effet, les rebelles islamistes cherchent à montrer aux Alépins de la partie ouest que le régime est faible et qu’il ne peut assurer ni leur sécurité personnelle ni leur approvisionnement alimentaire. Et pour arriver à leurs fins, tous les moyens sont bons pour ces rebelles démocrates, y compris voler les bouteilles de gaz ou les saisir pour fabriquer des bombes afin d’exploser la partie ouest d’Alep comme le montre bien cette vidéo :
 
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&amp ;v=Xvmr1rMB9no
 
Suivant ce but et dans un silence complice des médias, ces combattants de la « liberté » vont attaquer un convoi vers Alep portant de l’aide alimentaire aux Alépins affamés, massacrant une dizaine de civils (en majorité Arméniens), leur volant tout ce qu’ils possédaient y compris la nourriture que les camions transportaient.
 
Une pression pour pousser la population à partir ou à se soulever
 
Effrayer et terroriser la population est une technique utilisée dès le début des événements en Syrie pour pousser la population à se soulever contre le régime sinon partir. Nous l’avons vu à Homs, à Qussayr, dans les villages chrétiens ou alaouites de Jisr al-Choughour et Lattaquié, la banlieue de Damas allant jusqu’à l’épuration ethnique pratiquée systématiquement dans les villages ou les quartiers appartenant à des minorités. Le cas de Nobbl et Zahar est le plus flagrant d’une population qui refuse de partir malgré un blocus qui dure depuis plus d’un an et ce malgré la mise en garde de quitter leurs villages depuis deux mois par Ahmad al-Afch (originaire d’Andan), chef militaire de la brigade Ahrar Sourya, très active dans la région d’Alep.
 
Un tournant dans le conflit syrien
 
Plusieurs centaines de combattants de l’opposition déposent les armes pour bénéficier de l’amnistie du gouvernement syrien, lancée par Ali Haydar, ministre de la Réconciliation nationale. Haydar, considéré comme un modéré de l’équipe d’Al-Assad a promis aux opposants qui déposeraient les armes qu’ils ne seraient pas poursuivis et pourraient reprendre une vie normale.
 
D’après le journal britannique the Telegraph, ce sont 180 anciens policiers qui ont récemment profité de cette offre citant le cas de certains comme Mohammad de Raqqa opposant qui a bénéficié de l’amnistie : « Je combattais pour la révolution mais aujourd’hui nous avons perdu les idéaux pour lesquels nous étions partis au front. Ma ville a été prise par les extrémistes et il était devenu très dangereux d’y habiter. […] Al-Assad est horrible mais ceux qui pourraient le remplacer sont pires« .
 
Khan al-Assal, un nouveau massacre pour masquer un ancien crime chimique
 
Les médias parlent de plus de 150 soldats tués entre lundi et mardi dans des affrontements à Khan al-Assal, une localité stratégique dans la province septentrionale d’Alep.
 
L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une ONG proche de l’opposition syrienne, a rapporté vendredi, en citant des combattants rebelles, que plus de 150 soldats gouvernementaux avaient été tués – parmi lesquels une cinquantaine exécutés sommairement – lundi et mardi par les groupes djihadistes du Front al-Nosra, Amjad al-Islam (les Gloires islamiques) et Ansar al-khalifa (Soutiens du califat). https://www.facebook.com/syriaohr/posts/398469436928067
 
Une vidéo, postée mercredi sur YouTube par le groupe Ansar al-Khilafa (Soutiens du Califat) et relayée par l’Observatoire, montre une trentaine de cadavres empilés contre un mur et présentés comme ceux de miliciens pro-Assad tués dans ce secteur, « Des fosses communes pour l’armée de Bachar (el-Assad) », dit un combattant anonyme, alors que le caméraman parcourt l’immeuble en filmant les corps. « Voilà les chiens d’Assad« , dit le caméraman anonyme. La vidéo a été supprimée et on le comprend !
 
L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une ONG proche de l’opposition syrienne, a rapporté vendredi, que plus de 150 soldats avaient été tués – parmi lesquels une cinquantaine exécutés sommairement – lundi et mardi dans les combats pour Khan al-Assal.
 
Des images de la télévision syrienne, édition française :
http://www.youtube.com/watch?v=i1tMs4u54e8
 
Fidèles à leur ADEN barbare, ils ont égorgé de sang-froid, leurs prisonniers civils et militaires avant de les brûler. Avec un silence complice des médias tout comme leur silence sur le blocus d’Alep ou la prise d’assaut d’un convoi portant de l’aide alimentaire aux Alépins affamés par les combattants de la « démocratie » comme s’ils étaient des Danton ou des Robespierre.
 
http://www.islamicinvitationturkey.com/2013/07/28/photo-aleppoansar-al-khilafa-brigade-gang-commits-atrocious-massacre-in-khan-al-assal/
 
Il est à signaler que la brigade d’Ansar al-Khilafa, très active dans l’ouest d’Alep, a été fondée en décembre dernier en regroupant plusieurs brigades islamistes comme Ansar al-Charia, Abdullah ibn al-Zubair (en référence au compagnon du prophète), Siouf al-Rahman (Les Epées du Miséricorde) et d’autre dans le but de « faire tomber le régime baathiste criminel et mécréant et toute forme d’un Etat laïc démocratique afin d’établir le califat islamique et restaurer la charia dans toutes les institutions de la société » comme le dit bien la déclaration. Vidéo sous-titrée en français :
http://www.youtube.com/watch?v=KTOPOhq2l70
 
Quelques mois plus tard, cette brigade se constituera à Homs comme le montre la vidéo suivante, sous-titrée en anglais (désolée de ne trouver une version en français) :
http://www.youtube.com/watch?v=SzbUTzjdnxk
 
Khan Al-Assal et la commission d’enquête de l’ONU
 
Cette petite localité stratégique située au sud-ouest d’Alep, néanmoins fidèle au gouvernement, a été libérée par l’armée arabe syrienne en mars dernier après être tombée aux mains du Front al-Nosra à la fin de mois février dernier. Habitée surtout par des minorités, alaouites, chrétiennes et chiites, elle a été attaquée au gaz sarin en mars dernier suite à sa reprise par l’armée syrienne. http://www.michelcollon.info/Armes-chimiques-une-nouvelle.html
 
C’est aussi ici que les Russes ont pu recueillir des échantillons qui mettaient en cause les terroristes djihadistes à l’œuvre en Syrie innocentant ainsi le gouvernement syrien.
 
Ce massacre barbare vient probablement pour empêcher la mission d’enquête de l’ONU, sur le premier crime à savoir l’utilisation des armes chimiques, d’ailleurs les enquêteurs ont quitté Damas sans pouvoir se rendre à Khan al-Assal. L’objectif est donc atteint au moins pour le moment.
 
Califat islamique et « révolution » islamo-nihiliste vont de paire
 
-Qui veulent établir le califat en Syrie.
-Obliger les minorités, chrétiens en tête, à choisir entre la conversion à l’islam, payer le jizyah (une somme d’argent) ou la mort. Cela a été dit clairement sans aucun détour à Tim Marshall, journaliste de la chaine Sky News, pendant son entretien avec des prisonniers djihadistes de Nosra à Damas et lorsqu’il a demandé quel est son statut, la réponse était sans équivoque « kafer  ! » :
http://news.sky.com/story/1022491/syria-rebel-prisoners-on-their-religious-war
 
– « Le chemin de Jérusalem passe par Damas  » disait ce Turc qui venait d’arriver de Turquie (il parlait dans la deuxième partie de la vidéo) : « Nous égorgeons nos ennemis, nous refusons tout État laïc, nous voulons établir la charia  ». Celui qui prenait la parole après lui et avec qui la vidéo se termine dit la même chose dans un arabe presque incompréhensible ce qui est normal pour un étranger venu faire le djihad en Syrie sans aucune préparation – même pas linguistique :
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&amp ;v=yAfRlgWLDo0
 
Et un autre reportage de la chaine allemande ZDF en Syrie qui confirme d’ailleurs ces propos sur les islamistes de Nosra et leur implication dans des actes terroristes, comme celui dont a été victime le journaliste syrien Mohammad al-Said, coupé en morceaux par le Front Al-Nosra qui a revendiqué son enlèvement et son assassinat. Le reportage se termine par un entretien avec le cheikh salafiste al-Rifaai à Berlin :
http://www.facebook.com/photo.php?v=521716917853104
 
Taliban pakistanais
 
Le Taliban pakistanais affirme avoir envoyé des centaines de combattants pour combattre aux côtés des rebelles en Syrie. C’est ce que nous annonce le Jérusalem Post dans son numéro du 14 juillet : http://www.jpost.com/Middle-East/Pakistani-Taliban-says-hundreds-of-fighters-aiding-rebels-in-Syria-319768
 
L’opposant Haytham Manaa, président du Comité National Pour le Changement Démocratique, un courant opposé à la militarisation de soulèvement, a cité sur la chaine libanaise almayadeen, le chiffre de plus de 1500 djihadistes qui ont traversé la frontière turque ces derniers jours avec la complicité habituelle du gouvernement atlantiste d’Erdogan :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&amp ;v=uUpLNMWrCEc#at=701
 
En effet, les Syriens ne sont pas intéressés par un projet de « califat islamique »
 
L’impasse diplomatique et vouloir à tout prix renverser le régime même en instaurant le chaos, les atlantistes sont prêts à tout même en s’alliant avec Al-Qaïda, une organisation terroriste internationale bien maniable et liée fortement à la géopolitique et aux alliances stratégiques.
 
Cependant, notre regard sur la crise syrienne sur laquelle nous travaillons depuis plus de deux ans nous démontre que le temps et les islamistes travaillent pour Bachar al-Assad et son gouvernement avec un conflit de plus en plus disputé et internationalisé. Qui plus est le projet d’une société islamiste est rejeté par la grande majorité des Syriens. Nous l’avons dit plus d’une fois et nous le répétions encore ici-même (Voir notre article mis en ligne, le 8 mai 2013 : http://www.michelcollon.info/Le-Front-al-Nosra-la-face-visible.html
 
Bref, rien de nouveau sous le soleil syrien : on change d’un ancien chef de l’opposition marionnette basée à l’étranger et soutenu par l’étranger, on reconnait que le Front Al-Nosra est une organisation terroriste liée à Al-Qaïda, mais on décide quand même de livrer des armes aux rebelles islamistes en majorité étrangers qui prennent la population pour cible au risque de faire mourir plus de deux millions d’Alépins de faim sans parler d’autres Syriens qui périssent à cause de leurs roquettes (une dizaine de morts à Jaramana dont plusieurs enfants, une ville habitée majoritairement par des chrétiens et druzes, prise pour cible depuis plus d’un an déjà), cultivant l’illusion d’une victoire militaire des islamistes quasi impossible.
 
C’est ainsi que la souffrance de tout un peuple est prolongée et la destruction massive et programmée de tout un pays se poursuit alors qu’indépendamment de toutes considérations militaires, le projet de société porté par l’ASL et les islamistes radicaux leur interdit tout espoir de succès en Syrie. En effet, leur idéologie même « modérée » vient de tomber comme nous avons vu en Egypte annonçant ainsi la mort prématurée de l’islam politique en tant que projet de société tant chanté et loué avec « emballement médiatique » sans précédent par les médias internationaux.