Aller à…
RSS Feed

A l’ONU, Paris demande « une action immédiate pour sauver Alep », Moscou oppose son veto


Le Conseil de sécurité des Nations unies a rejeté deux résolutions appelant à cesser les bombardements aériens sur Alep.

LE MONDE | 08.10.2016

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/10/08/534×0/5010553_6_0afe_alep-le-4-octobre_abceb511536830f19bc07bd12172e4fb.jpg

Alep, le 4 octobre.
5ff1b678-c900-4828-96f6-ca48442b9447
Russes et Occidentaux ont à nouveau étalé leurs divergences sur la Syrie, samedi 8 octobre, aux Nations unies (ONU) : Moscou a bloqué un texte français qui exigeait la cessation des bombardements qui font rage sur la ville d’Alep tandis que les Occidentaux ont rejeté une contre-proposition russe.

« Le Conseil de sécurité doit prendre une décision simple : exiger une action immédiate pour sauver Alep, exiger la fin des bombardements par le régime [syrien] et ses alliés, exiger que l’aide humanitaire arrive sans entrave. C’est ce qu’appelle la situation à Alep », avait plaidé le ministre français des affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, qui présentait la résolution de Paris. Il n’a pas été entendu.

La Russie a opposé, comme prévu, son veto lors du vote des quinze membres du Conseil de sécurité, suivie par le Venezuela. La Chine et l’Angola se sont abstenus. Les onze autres pays du Conseil, dont les Etats-Unis et le Royaume-Uni, ont soutenu le texte.

Lire aussi : Syrie : la Russie menace de mettre son veto au projet de résolution français
Alep, enjeu central du conflit

Moscou, allié du régime syrien de Bachar al-Assad, a proposé un autre texte réclamant également « l’instauration immédiate d’une cessation des hostilités, notamment à Alep » et l’accès à l’aide humanitaire, mais qui n’appelle pas à la fin des bombardements aériens.

Cette résolution a aussi été rejetée par le Conseil de sécurité. Neuf des quinze pays qui y siègent ont voté contre ce texte, dont la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Depuis deux semaines, l’armée syrienne a lancé une offensive d’envergure sur Alep, avec l’appui aérien de la Russie, pour reprendre la partie de la ville toujours tenue par les forces rebelles depuis 2012.

Cette bataille d’Alep est devenue l’enjeu central d’un conflit qui a fait plus de 300 000 morts en cinq ans. Damas « a confirmé avec une brutalité inouïe son objectif. Objectif qui n’a rien à voir avec la lutte contre le terrorisme, l’objectif c’est la capitulation d’Alep, a affirmé M. Ayrault. Nous avons tous en mémoire Guernica, Srebrenica, Grozny. Ce qui se déroule à Alep est la répétition de cette tragédie. ».

L’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, avait averti, jeudi, que si l’offensive actuelle se poursuivait, les quartiers situés à l’est d’Alep seraient totalement détruits d’ici à janvier.

Lire aussi : Syrie : pourquoi cette férocité sans précédent à Alep ?

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/10/08/a-l-onu-la-france-demande-une-action-immediate-pour-sauver-alep-la-russie-oppose-son-veto_5010546_3218.html#9pbpiWjTJEA74ifR.99