Aller à…
RSS Feed

Aux enfants du monde à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance


Publié par Jean-Pierre | 28 Mai 2022 | Donbass | 0 |
Aux enfants du monde à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance
Par Faina Savenkova, Lougansk

J’ai passé la moitié de mon enfance en temps de guerre. Et cela fait trois ans que j’essaie de me faire comprendre des adultes. Politiciens, personnalités religieuses et culturelles… J’essaie de leur expliquer ce qui se passe, mais comme d’habitude, les adultes écoutent, mais ne sont pas pressés de faire quoi que ce soit. La guerre continue, des enfants sont tués, des adultes sont tués. Et moi, malheureusement, je suis impuissante ici. Nous, les enfants du Donbass, avons vécu ce que les enfants d’Ukraine vivent actuellement. Nous connaissons cette peur. Il m’est difficile de donner des conseils aux enfants d’Ukraine, mais en tant qu’enfant qui a vécu 8 ans de guerre et a vu les horreurs de ce qui se passe, je leur souhaite d’être forts, de ne pas devenir amers et de ne pas apprendre à haïr. C’est la chose la plus importante. Nous le savons. Et la guerre prendra inévitablement fin.

Il y a beaucoup d’injustice dans le monde, mais nous – les enfants – essayons de ne pas la remarquer. Il faut donc parfois poser des questions. Par exemple, que savez-vous du Donbass ? Ou que savez-vous des enfants morts lors de conflits militaires ? Connaissez-vous le nom de Kirill Sidoriouk ? Et que savez-vous de Milica Rakic, qui a été tuée par des bombes à fragmentation en Serbie ? Connaissez-vous les noms de ces enfants et leurs destins ? Je ne pense pas. Alors je vous dirai – ils sont morts pendant des guerres menées par des adultes.

Nous avons une guerre dans le Donbass depuis 8 ans, et personne ne le remarque. Pour l’Europe, la guerre a commencé en février 2022, pour nous, elle a commencé en 2014. Il est peu probable que vous en entendiez parler sur les chaînes de télévision ou par des hommes politiques connus. Mais je crois que la vérité va définitivement gagner. Les enfants du monde seront définitivement amis et il y aura de moins en moins de guerre. C’est mon rêve. C’est peut-être puéril à sa façon, mais j’aimerais tellement que les enfants du monde ne vivent jamais ce que les enfants de la guerre ont vécu et que le 1er juin soit simplement un jour férié. Et que lorsque je serai grande et que j’irai dans l’allée des anges à Donetsk ou à Lougansk, déposer des fleurs sur le monument, je ne verrai pas de nouveaux noms d’enfants morts dans cette guerre.

Faina Savenkova

Source : Donbass Insider
https://www.donbass-insider.com/fr/…

Notre dossier Donbass

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x