Aller à…
RSS Feed

Basse-cour en folie


 

Un monde en houle ? Ce qui se trame sur le plan militaire, à l’ombre des incohérentes valses diplomatiques, dénote une insécurité permanente. Dans le cadre des alliances stratégiques, le commandant en chef des Gardiens de la révolution Mohammad Ali Jafari admet avoir envoyé des forces spéciales en Syrie afin d’agir en tant que conseillers.

Ce dernier a ajouté que «les forces iraniennes sont fières de défendre ce pays». Une information qui se recoupe, notamment avec les propos attribués à Tareq Al-Hachemi, le vice-président irakien, selon lesquels l’Iraq laisserait transiter sur son sol des troupes iraniennes se rendant en Syrie… «Un écho direct aux accusations de la rébellion syrienne qui accuse Téhéran d’être partie prenante dans les combats depuis le début de la crise», selon Médi 1 (17-09-2012). Bagdad a bien évidemment démenti. Pendant ce temps, 34 pays, dont le Japon et la Grande-Bretagne, mènent des manœuvres militaires dans le golfe Arabo-Persique sous le commandement central des forces navales américaines basées à Bahreïn. A cet effet, une trentaine de bâtiments participent à ces exercices prétextant le maintien de la sécurité d’une importante voie de transport du pétrole. A cette opération prévue sur douze jours, au moins 60 avions de chasse ont participé à des exercices de décollage et d’atterrissage, rapporte une équipe du NHK à bord du porte-avions américain Dwight D. Eisenhower. Pour sa part, Mohammad Ali Jafari a menacé de fermer le détroit d’Ormuz si l’Iran est attaqué. Par ailleurs, dans cette guerre «froide», d’autres pays ont également exhibé leurs muscles afin de marquer leur présence sur la scène militaire. A commencer par la Russie, qui envisage de déployer des bombardiers stratégiques au Kirghizistan. Aussi, lundi dernier, les Russes ont effectué des exercices stratégiques au polygone de Raïevski, dans la région de Krasnodar, au sud de la Russie. Ces exercices qui se sont déroulés du 17 au 23 septembre et intitulés «Caucase-2012», ont vu la participation de près de 8 000 militaires, plus de 200 véhicules de combat, une centaine de canons d’artillerie et une dizaine de navires de combat. A cela, faudrait-il ajouter d’autres exercices militaires russes en zone montagneuse dans le sud du Tadjikistan, et ce, dans le but d’augmenter leur capacité d’action en régions montagneuses. Pour leur part, les deux éternels rivaux, l’Inde et le Pakistan, ont procédé à des essais de tirs de missiles à capacité nucléaire. Enfin, sur le plateau du Golan, l’armée israélienne Tsahal a effectué un exercice surprise dans la partie du plateau du Golan syrien occupé par l’Etat hébreu. Avec le rappel des réservistes affectés à la région militaire nord, ces exercices sur le plateau du Golan avaient engagés des unités combattantes, infanterie, artillerie, tankistes ainsi que l’armée de l’air. Selon le journal israélien Ha’aretz, ces exercices, qui se déroulent à quelques kilomètres de la ligne syrienne, visent à préparer le pays à des situations urgentes.

Chérif Abdedaïm, La Nouvelle République du 26 septembre 2012