Aller à…
RSS Feed

Biden pompier pyromane: en tuant le chef de Daech en Syrie, les USA aident d’autres terroristes


France
18:49 03.02.2022
Militaires US à Manbij, en Syrie – Sputnik France, 1920, 03.02.2022
© AP Photo / Zoe Garbarino

Alexandre Aoun – Sputnik France

Washington a éliminé le chef de l’État islamique* en Syrie. Mais en ciblant Daech*, le Pentagone a rendu service son rival djihadiste, soutenu par les USA et la Turquie. Les Américains gardent ainsi des moyens de pression sur Moscou et Damas.
Décidément, les Américains prennent leurs aises en Syrie. Après avoir fourni un soutien aérien aux Forces démocratiques syriennes pour reprendre une prison aux djihadistes dans la province de Hassaké, les forces spéciales américaines ont lancé une opération d’envergure dans la province d’Idlib.

Dans la nuit du 2 au 3 février, quatre hélicoptères ont transporté des opérateurs dans la ville d’Atmé, localité à la frontière turque située dans la province d’Idlib. Les forces spéciales ont entouré une maison où résidaient des cadres terroristes. Malgré les avertissements en arabe des haut-parleurs américains pour que les civils évacuent la zone d’opérations, d’âpres combats ont eu lieu. Plusieurs militaires américains ont été blessés, un hélicoptère a été endommagé puis détruit par une frappe US pour éviter toute prise. 13 personnes ont été tuées, dont six enfants et quatre femmes.
Mais pour Washington, l’essentiel était ailleurs. « Hier soir, sous ma direction, les forces militaires américaines ont entrepris avec succès une opération antiterroriste. Grâce à la bravoure de nos forces armées, nous avons retiré du champ de bataille Abou Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi, le chef de l’État islamique* », a indiqué Joe Biden sur son compte Twitter.
« Le groupe djihadiste est dans les petits papiers de la Maison-Blanche »
Ce genre d’opération terrestre demeure peu fréquent. Généralement, Washington use de ses drones MQ-9 Reaper. Ce fut le cas en décembre et en septembre derniers pour tuer des dirigeants de Hourras al-Din. « En frappant Daech*, les États-Unis veulent rester dans le jeu syrien », estime Camille Najm, politologue et chercheur à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, dont les travaux portent principalement sur la Syrie.
« La politique américaine est assez floue en termes de lutte contre le terrorisme. Cette action au sol est à replacer dans le contexte des récents combats entre les djihadistes [de Daech*, ndlr] et les Kurdes. S’agit-il d’une réponse américaine à la tentative de libération de la prison djihadiste de Hassaké [menée par Daech*, ndlr]? Une chose est sûre, Washington a frappé fort comme en 2019 », souligne-t-il au micro de Sputnik.
En effet, la dernière opération au sol dans le pays remonte à octobre 2019, sous Donald Trump. Les soldats héliportés avaient encerclé Abou Bakr al-Baghdadi. L’ancien chef de l’État islamique* avait alors actionné sa ceinture d’explosifs.
Mais cette nouvelle action coup de poing sur le terrain est le fruit d’un billard à trois bandes. L’élimination du leader de Daech* n’aurait jamais eu lieu sans la coopération de la Turquie et de Hayat Tahrir el-Cham*. Et ça tombe bien pour Washington, « le groupe djihadiste est dans les petits papiers de la Maison-Blanche et reçoit le soutien d’Ankara », précise Camille Najm, qui est également consultant en géopolitique du Moyen-Orient. Les Américains rendraient ainsi service à l’ancienne branche d’Al-Nosra* à Idlib, qui considère l’État islamique* comme un adversaire.
Drapeau de Daech* – Sputnik France, 1920, 24.01.2022

Derrière le retour de Daech en Syrie, la faveur américaine, la main d’Erdogan et l’intérêt kurde?
24 Janvier, 17:57
Hayat Tahrir el-Cham* intéresse en effet Washington. Le mouvement islamiste contrôle près de 60% de la province du Nord-Ouest syrien. Il représente une véritable armée de plus de 30.000 hommes, dont 10.000 étrangers provenant de Jordanie, d’Arabie saoudite et d’Asie centrale, avec une branche turkmène. Issu d’Al-Nosra*, qui puise ses origines dans Al-Qaïda*, HTS* n’est donc qu’un changement de nom opéré en 2017 pour se démarquer de l’image de sa « famille terroriste ». Barbe taillée, gel coiffant, costume occidental et propos modérés, leur leader Abou Mohammed Al-Joulani a accordé l’année dernière une interview au journaliste américain Martin Smith. Il se voulait rassurant en expliquant sa rupture « définitive » avec Al-Qaïda*.
Tuer des terroristes pour aider… des terroristes
« Al-Joulani veut s’attirer les bonnes faveurs de Washington, les États-Unis veulent le rendre fréquentable et modéré aux yeux de l’opinion internationale », estime le politologue. Et pour ce faire, le djihadiste a entrepris un ravalement de façade dans la province d’Idlib. Depuis peu, écouter de la musique n’est plus interdit, les femmes peuvent travailler et les minorités religieuses ne sont plus systématiquement persécutées. Mais aucun doute pour Camille Najm: il s’agit « de mesures cosmétiques ». D’ailleurs, les combattants de Hayat Tahrir el-Cham* ont fêté la prise de Kaboul par les talibans** en août dernier. Ils affirment vouloir s’inspirer de l’exemple afghan dans leur combat contre Damas.

« Il y a plusieurs groupes terroristes à Idlib qui ne s’entendent pas entre eux. Hayat Tahrir el-Cham* est l’organisation la plus importante. Pour des questions idéologiques et surtout de leadership, ils sont opposés à Hourras al-Din, également présent dans le Nord-ouest syrien », précise-t-il.
Les dernières sorties aériennes américaines ont ciblé majoritairement le groupe terroriste Hourras al-Din. Actif depuis 2018, ce mouvement qui n’a pas fait sécession avec Al-Qaïda* regroupe d’anciens combattants du Khorassan en Afghanistan et au Pakistan.
Du pétrole pour les djihadistes d’Idlib?
Cette relation officieuse entre Hayat Tahrir el-Cham * et le Pentagone est également pointée du doigt par Moscou. En effet, la mission russe auprès des Nations unies a accusé les États-Unis de renforcer les sites terroristes de l’organisation à Idlib, dans le nord de la Syrie. « Les États-Unis ne ménagent aucun effort pour recréer l’image des décapitateurs d’Idlib et les présenter comme une alternative au gouvernement de Damas », stipule le communiqué russe.
Les positions de l’armée syrienne dans le gouvernorat d’Alep (archive photo) – Sputnik France, 1920, 05.01.2022
Russes et Syriens mettent la pression sur les djihadistes: vers la chute d’Idlib?

5 Janvier, 18:42
Cette accusation ne serait pas sans fondement. Selon le média saoudien El Sharq Alawsat, depuis un récent accord, l’organisation terroriste d’Idlib recevrait des cargaisons de pétrole provenant des champs pétroliers syriens sous contrôle des forces américaines et kurdes. À la suite d’un accord entre les deux parties, la société pétrolière d’Idlib Watad, sous contrôle de HTS*, recevrait chaque jour environ 600 tonnes de produits dérivés pétroliers.
« Washington a plusieurs cordes à son arc en Syrie. Les Américains sont proches des Kurdes, mais également des Turcs, ils bombardent des terroristes pour en aider d’autres. Mais la finalité, c’est qu’ils veulent garder des moyens de pression sur Damas et Moscou », souligne Camille Najm.
Un jeu dangereux. Entre les sanctions économiques qui appauvrissent la population locale, le contrôle des puits de pétrole, le soutien au projet autonomiste kurde et les frappes occasionnelles sur des cibles djihadistes, Washington joue avec le feu.
*Organisations terroristes interdites en Russie.
**Organisation sous sanctions de l’Onu pour activités terroristes.

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x