Aller à…
RSS Feed

Comment les programmes de recherches scientifques subsidient l’industrie militaire israélienne


INTAL

Recherche Européenne et armes « israéliennes »

 

Le 7ème programme cadre pour la recherche et le développement technologique (Fp7) est l’instrument le plus important de la recherche au niveau européen. Il implique des institutions académiques, des firmes privées et … pulsieurs industries  de l’entité sioniste produisant des armes.

A titre d’exemple citons Elbit system et IAI, deux des plus gros producteurs d’armes en Palestine occupée 48. Ces deux firmes sont impliquées dans l’équipement de l’appareil d’occupation des territoires palestiniens et de la répression à l’encontre de sa population.

Son budget (53,2 milliards d’euros) se répartit entre des consortium internationaux d’universités, des centre de recherches, des entreprises transnationales, des PME et des services gouvernementaux. A travers ce programme, les entreprises et les universités de l’entité sioniste ont bénéficié de 450 millions de fonds européens . Une importante partie de ces fonds ont bénéficié à des entreprises d’armement et de sécurité de l’entité. Par exemple, Elbit System et « israel » Aerospace Industry on participé à des projet du FP7 totalisant une valeur de 235 millions d’euros, certains de ces projets impliquent des université belges (la KUL, l’Université de Namur,…) Une somme en partie payée par les contribuables européens.

FP7 se terminera fin 2013. Le 1er janvier 2014 débutera le nouveau programme nommé Horizon 2020. Ces programmes sont principalement gérés par la Direction Générale Recherches et Innovation de la Commission Européenne. Ils comprennent 10 thèmes de recherches , notamment le transport ( y compris aérien), la nano-technologie, le matériel de production, la sécurité . L’actuel responsable de la DG recherche et innovation est le Dr Robert Jan Smits, la préparation des programme cadres de recherches est sous la responsabilité de Wolfgang Butvher.
La DG recherche et innovation définit la politique européenne de recherche et de développement ainsi que les moyens de la concrétiser à travers le programme de recherche : quel contenu et quels pays participants. C’est sur la  base de cette proposition que discuteront le Parlement et le Conseil de l’Europe qui doivent entériner le programme. Les négociations pour Horizon 2020 sont en cours, Mr Smith a déjà faits savoir publiquement qu’il défendra avec conviction la participation de l’entité sioniste.

Les risques que, dans ce nouveau programme cadre, nous retrouvions à nouveau des entreprises entitaires sionistes d’armement sont réelles mais aucune décision définitive n’a été prise. Le moment est donc propice pour rappeler nos revendications.

Selon le Dr Smith, un seul critère entre en ligne de compte pour accepter ou non des pays participants : la qualité. Il n’existerait selon lui aucune norme éthique. Lors de son séjour à Tel Aviv en janvier 2012, il a expliqué que, pour lui, l’entité sioniste était le 28ème État européen, qu’il ne pouvait imaginer un programme de recherche sans elle et qu’il ferait tout son possible, lors des négociations, pour accroitre sa place au sein du programme Horizon 2020

Peu d’information filtrent sur le déroulement de ces négociations. Nous exigeons  plus de transparence des instances européennes. Nous exigeons bien entendu de Monsieur Smith qu’il opte pour une autre politique quant à la participation de l’entité sioniste et qu’il établissent des critères éthiques décisifs. Ces critères devront exclure les entreprises entitaires impliquées dans l’occupation illégale des territoires Palestiniens. Plus aucune collaboration scientifique ne doit être possible avec ces compagnies et elles ne doivent bénéficier d’aucun subside européen. Nous exigeons aussi du Conseil de l’Europe et du Parlement européen qu’il s’impliquent dans ce débat en tenant compte des principes élémentaires de respect du droit international et des droits de l’homme.