Aller à…
RSS Feed

Commerce international & sanctions: le monde ne tourne pas sur l’Occident


16 novembre 2022
sanctions
Amérique et Europe – USA

Depuis le début de l’opération militaire spéciale de la Russie, l’Occident avait espéré mettre rapidement Moscou à genoux en créant une large coalition internationale antirusse. Huit mois plus tard, le constat est sans appel. Non seulement l’écrasante majorité du monde ne n’est pas jointe aux sanctions contre l’Etat russe, mais au contraire de nombreux pays ont tiré profit et ont considérablement accru leurs échanges avec Moscou.

Dans un récent article, le quotidien étasunien The New York Times revient sur la question des échanges économico-commerciaux de la Russie depuis le lancement de l’opération militaire spéciale, en notant que le commerce international avec la Russie a explosé cette année, alors même que des pays (occidentaux) ont imposé des sanctions à son encontre.

L’un des principaux porte-voix médiatiques US affirme également que bien qu’un certain nombre de pays avaient juré de rompre leurs liens économiques avec l’Etat russe et imposé des sanctions destinées à paralyser son économie depuis le début de l’opération militaire spéciale, cela n’a pas abouti. En qualité d’un des plus importants producteurs mondiaux de pétrole, de gaz et d’autres matières premières stratégiques, la Russie continue d’entretenir depuis longtemps des partenariats commerciaux lucratifs. Le journal étasunien précise également que faire rompre ces liens n’est pas chose facile.

Parlons maintenant des chiffres et statistiques. En effet, et se basant comme l’indique NYT sur le volume mensuel moyen des échanges depuis le lancement de l’opération militaire spéciale par rapport à la moyenne des cinq années précédentes, les pays dont les volumes des échanges avec la Russie ont considérablement augmenté depuis le 24 février dernier sont les suivants: l’Inde (augmentation des échanges de 310%), la Turquie (+198%), le Brésil (+106%) et la Chine (+64%).

Précisons à ce titre de notre part que la République populaire de Chine reste le principal partenaire économico-commercial de la Fédération de Russie, avec un volume total des échanges qui devrait à l’issue de cette année dépasser le chiffre des 170 milliards d’équivalent de dollars (record historique). Et l’année prochaine, l’objectif étant de nouveau de battre le record, pour atteindre les 200 milliards d’équivalent de dollars.

Si sur les quatre pays cités – trois (Inde, Brésil, Chine) sont membres du bloc des BRICS, le cas de la Turquie est encore une fois fort révélateur. Membre de l’Otan dont elle constitue la deuxième force armée en termes d’effectifs, la Turquie, non seulement ne s’est pas jointe aux sanctions occidentales contre la Russie, et a non seulement préservé ses relations économico-commerciales stratégiques avec Moscou, mais de plus a largement tiré profit des nouvelles opportunités qui s’étaient ouvertes à elle. A noter à ce titre que cette année sera également celle du record historique des échanges russo-turcs, avec un volume annuel qui devrait atteindre l’équivalent de 60 milliards de dollars.

En poursuivant avec les statistiques, on notera également une augmentation considérable des échanges de la Russie avec l’Arabie saoudite (+36%) et avec l’Afrique du Sud (+10%), cette dernière étant également membre des BRICS avec Moscou, Pékin, New Delhi et Brasilia.

En se basant donc sur ces données, si l’Occident souhaitait sanctionner les acteurs étatiques et privés des pays mentionnés, tout en gardant à l’esprit que l’écrasante majorité des membres de la communauté internationale ont refusé d’adhérer aux sanctions occidentales contre Moscou, cela reviendrait à vouloir sanctionner une population totale de… pas moins de 3,2 milliards de personnes. Cela en prenant uniquement en compte la Chine, l’Inde, le Brésil, la Turquie, l’Afrique du Sud et l’Arabie saoudite. Soit seulement six pays…

Mais le fait le plus paradoxal dans cette situation pour les autoproclamés « exceptionnels », c’est que nombre de régimes occidentaux, tout en adhérant officiellement aux sanctions contre la Russie, ont eux aussi accru leurs échanges avec Moscou durant cette période: Belgique (+81%), Espagne (+57%), Pays-Bas (+32%), Norvège (+16%), sans oublier le régime pro-occidental du Japon (+13%). A noter que dans les cinq cas cités – tous ont augmenté considérablement leurs importations depuis la Russie… Faut bien le préciser.

Dans cette situation, Washington et Bruxelles penseraient-ils à sanctionner leurs propres régimes assujettis? Dans le cas de la Belgique (pour rappel augmentation des échanges de 81% avec la Russie), ce serait particulièrement paradoxal, Bruxelles étant non seulement le siège de l’UE et de l’Otan, mais également la capitale de l’Etat belge…

Mais le plus important dans cette situation étant qu’elle aura largement démontré une fois de plus que dans le cadre du monde multipolaire, le monde justement ne tourne pas pour l’Occident, ni autour de l’Occident. Une extrême minorité planétaire, en chute d’influence non seulement au niveau géopolitique, mais également en termes de puissance économique, d’autant plus dont les régimes concernés sont loin d’être largement approuvés par leurs citoyens respectifs, ne peut et ne pourra jamais réimposer son diktat à l’écrasante majorité de la planète. En premier lieu à des Etats pleinement souverains, et même dans une certaine mesure à ceux qui font preuve d’un minimum de pragmatisme et d’intelligence.

Pour le reste, l’hystérie atlantiste peut se poursuivre. Mais elle ne sera aucunement en mesure de bousculer la voie choisie par le monde et la véritable communauté internationale. A un moment ou un autre, l’establishment occidental n’aura d’autre choix que de faire profil bas.

Par Mikhail Gamandiy-Egorov
Source : Observateur c

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x