Aller à…
RSS Feed

Déclaration du représentant permanent de la Fadération de Russie, Vassily Nebenzia, lors du briefing du Conseil de Sécurité de l’ONU sur l’Ukraine, le 21 octobre 2022.


Site logo image Le Cri des Peuples
Escalade en Ukraine : au Conseil de Sécurité, l’avertissement de la Russie à l’OTAN

lecridespeuples

Oct 26

Source : russiaun.ru/en

Traduction : lecridespeuples.fr

Monsieur le Président,

Permettez-moi tout d’abord de vous faire part de notre perplexité. Nous ne comprenons pas bien quelle est la valeur ajoutée, outre la prolongation de cette session, de l’inclusion sur la liste des orateurs des représentants de la Slovaquie, de la Pologne, de l’Allemagne et de la Grèce. Nous sommes en train de faire un briefing, pas un débat. La position de ces États nous est bien connue, et le représentant de l’Union européenne pourrait très bien la résumer. Nous ne percevons cela que comme un désir de ces représentants de faire une apparition à la télévision nationale, et rien de plus. Monsieur le Président, nous vous demandons d’être plus prudent lorsque vous établirez des listes d’orateurs pour des réunions sur ce sujet à l’avenir.

Nous prenons note des briefings du Secrétaire général adjoint DiCarolo et de la coordinatrice résidente des Nations unies en Ukraine, Denise Brown. Nous constatons que le Secrétariat s’est finalement inquiété de la dévastation des infrastructures civiles. Malheureusement, il s’agit une fois de plus d’une préoccupation déséquilibrée, car pas un mot n’a été dit sur les destructions que Kiev a causées dans le Donbass au cours des 8 dernières années, ni sur les victimes civiles des frappes des forces armées ukrainiennes. Les atroces attaques terroristes menées par Kiev contre des infrastructures telles que le pont de Crimée, la centrale nucléaire de Zaporozhye et la centrale hydroélectrique de Kakhovskaya ne suscitent aucune réaction de la part du Secrétariat de l’ONU.

Pour justifier la tenue de cette réunion, nos collègues occidentaux ont invoqué l’intensification des attaques de la partie russe contre les infrastructures civiles ukrainiennes. Voyons comment les choses se passent réellement.

Au cours des deux derniers mois, le régime ukrainien et ses parrains occidentaux ont apparemment été euphoriques à la suite d’une avancée tactique des troupes ukrainiennes sur certains axes, qui a coûté à l’Ukraine d’énormes pertes en hommes et en matériel. Ils ont donc commencé à propager par tous les moyens possibles l’idée que la Russie aurait épuisé ses ressources matérielles et humaines et serait sur le point de commencer à perdre sur le champ de bataille. Entre-temps, les « stratèges » ukrainiens (soutenus par leurs maîtres occidentaux) se sont tournés vers des méthodes terroristes de sabotage sur le territoire russe. Cela peut être confirmé par de nombreux cas, dont le plus explicite est l’attaque terroriste sur le pont de Crimée le 8 octobre, perpétrée par les services spéciaux ukrainiens. Quatre personnes sont mortes, et l’autoroute qui permet de livrer de la nourriture, des médicaments et d’autres produits vitaux à la population de la péninsule a été partiellement détruite.

Pour la première fois en 80 ans, les États-Unis ont déplacé et déployé en #Europe la 101e division aéroportée d’élite « Screaming Eagles », composée de 4 700 soldats

La division est déployée en #Roumanie à quelques kilomètres à peine de la frontière avec #Ukraine. https://t.co/2XPVacNSKu

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) October 26, 2022

Des responsables ukrainiens, dont le vice-premier ministre et chef du ministère de la Transformation numérique, M. Fedorov, et le conseiller du ministre de l’Intérieur, A. Gerashchenko, ont « savouré » sans complexe ce crime. Le compte officiel du ministère ukrainien de la Défense a également fait l’objet de publications jubilatoires sur les médias sociaux. Après avoir été rappelé à l’ordre par les sponsors occidentaux, Kiev a tenté de rejeter la responsabilité sur la Russie. Cependant, une vidéo a été diffusée sur Internet montrant le ministre ukrainien des affaires étrangères, D. Kuleba, qui a confirmé que c’était Kiev qui était à l’origine des attaques contre le pont de Crimée et la région de Belgorod en Russie. Voici exactement ce que des millions d’internautes l’ont entendu dire : « Si vous me demandez qui fait exploser quelque chose en Crimée ou à Belgorod, en privé je vous dirai que, oui, c’est nous ».

Huit années d’expérience amère du peuple du Donbass nous ont montré ce dont le régime de Kiev est capable, et une décision a été prise pour refroidir l’ardeur belliqueuse des terroristes effrontés de Kiev. Nos missiles de haute précision et nos drones de fabrication russe ont frappé de nombreuses installations militaires et infrastructures connexes en Ukraine afin de saper les capacités et le potentiel militaires du régime de Zelensky qui vise sa nation.

Bien entendu, cette situation n’a pas été appréciée par les États occidentaux, qu’elle a rendus plutôt hystériques, et cette hystérie se poursuit lors de cette réunion. Nos collègues occidentaux ne veulent toujours pas regarder la vérité en face et admettre que des installations civiles ukrainiennes n’ont été endommagées que lorsque des drones ont été abattus par des unités de défense territoriale ukrainiennes et ont donc dévié de leur trajectoire initiale, ou si des objets civils ont été touchés par un missile égaré de la défense aérienne ukrainienne incapable d’intercepter sa cible. Un grand nombre de ces cas ont été filmés et sont disponibles sur Internet.

Pourquoi les soldats #Ukrainiens ramassent-ils des morceaux de métal avec une telle hâte après qu’un missile ait touché un bâtiment civil ?!
Réponse très simple, le missile qui a touché provenait d’un système de défense aérienne ukrainien, et ils veulent en blâmer les #Russes. https://t.co/hO9sinktTZ

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) October 26, 2022

Maintenant, l’Ukraine et ses sponsors occidentaux tentent de propulser un autre faux sur les livraisons présumées à la Russie de drones iraniens en violation de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies. Nous rejetons toute tentative d’entraîner le Secrétariat de l’ONU dans cette affaire louche, ce que l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ont entrepris aujourd’hui en faisant circuler une lettre parmi les membres du Conseil de sécurité, où ils appellent en fait le Secrétariat à violer l’article 100 de la Charte de l’ONU et le mandat prescrit par la note S/2016/44 du président du CSNU en date du 16 janvier 2016. Les États-Unis sont allés encore plus loin et ont exigé dans leur lettre une enquête du Secrétariat, que ce dernier n’est pas autorisé à mener. Cette situation est scandaleuse. Nous avons formulé nos évaluations juridiques à son sujet dans une lettre de réponse que vous avez reçue avant la réunion. Nous attendons du Secrétariat qu’il confirme de manière exhaustive qu’il ne suivra pas ces instructions des délégations occidentales en violation de la Charte des Nations Unies et qu’il ne mènera aucune enquête.

Si les experts de l’ONU choisissent de s’engager dans cette pseudo-enquête à la demande des capitales occidentales tout en faisant des références non fondées à la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU, nous serons contraints de réévaluer l’ensemble de notre relation avec le Secrétariat de l’ONU, car dans ce cas, nous ne serons plus en mesure de présumer de l’impartialité du Secrétariat de l’ONU.

Chers collègues,

Le spectacle que nous observons aujourd’hui au Conseil de sécurité sert également d’ « écran de fumée » pour le régime de Kiev et ses sponsors.

Pour le régime de Kiev, l’Occident crée minutieusement l’image d’une « victime innocente de l’agression russe » qui a constamment besoin d’une assistance militaire. La semaine dernière, de nouvelles livraisons de produits à usage militaire à Kiev ont été annoncées. Les États-Unis et l’Union européenne ont opté pour les systèmes qui se sont avérés les plus meurtriers pour la population de Donbass et des territoires libérés. Les États-Unis transféreront à Kiev un autre lot de M142 HIMARS et de missiles guidés de haute précision M31 GMLRS, ainsi que des missiles antiradiation à grande vitesse AGM-88 (HARM). Paris fournira à nouveau des systèmes d’artillerie automoteurs CAESAR de 155 mm. Les projectiles pour les systèmes de 155 mm seront fournis par l’Allemagne.

Les dirigeants de ces États déclarent à leur population que ces armes devraient aider le régime de Zelensky à défendre l’Ukraine. Mais voyons à quoi elles servent réellement.

Comme le rapportent les républiques du Donbass, de février à octobre, les bombardements par les armes lourdes ukrainiennes ont endommagé plus de 10 000 logements et plus de 2 000 installations d’infrastructures civiles, dont 424 établissements d’enseignement et 109 installations médicales dans les zones contrôlées par la RPD et la RPL. Les systèmes HIMARS américains ont été activement utilisés dans ces attaques.

Les CAESAR français ont également montré leur puissance dans la bataille inégale contre les bâtiments résidentiels, les écoles et d’autres objets civils. Depuis juin de cette année, les armements français ont tué au moins 5 civils à Donetsk. 10 ont été blessées, plus de 64 bâtiments ont été détruits.

Les forces armées ukrainiennes (FAU) lancent également des missiles vers l’intérieur des terres russes, visant la population et les infrastructures civiles. Le 10 octobre, les FAU ont lancé plus de 100 missiles contre la région de Belgorod en Russie, dont les tristement célèbres missiles Tochka-U avec des charges à fragmentation. Une femme a été tuée, 4 logements endommagés. Deux personnes ont été blessées dans le village de Tyotkino, dans la région de Koursk, qui reste exposé aux bombardements d’artillerie massifs des FAU depuis le printemps de cette année, malgré l’absence de toute installation militaire à cet endroit.

Le 13 octobre, un immeuble d’habitation de Belgorod a été la cible de tirs ukrainiens. Le village de Krasnoé a été bombardé, ainsi qu’un bureau de douane et d’autres installations dans le district de la ville de Shebekinskiy. Juste avant cette réunion, les FAU ont détruit des installations industrielles dans cette région. Je rappelle que les FAU y ont utilisé activement et sans discernement des systèmes d’exploitation minière à distance (comme ils l’ont fait à Donetsk), notamment des mines « Lepestok ». Le 16 octobre, ils ont tiré sur des bâtiments résidentiels à Nikolskoye et sur l’aéroport international de Belgorod, blessant deux civils. Le 18 octobre, les forces ukrainiennes ont à nouveau bombardé le village de Belaya Beryozka, dans la région de Bryansk. Le même jour, elles ont attaqué 6 établissements résidentiels de la région de Koursk, où une femme a été blessée, plusieurs logements détruits et des lignes électriques mises hors service. Avant cela, les saboteurs ukrainiens avaient tenté à plusieurs reprises de saboter la centrale nucléaire de Koursk.

Au cours des trois semaines d’octobre, plus de 30 établissements pacifiques de la région de Belgorod et la ville de Belgorod elle-même ont subi des bombardements d’artillerie aveugles par les FAU, qui ont notamment utilisé des missiles américains HARM. C’est quelque chose dont Kiev se vante, encouragé par ses mécènes occidentaux. Mais pensaient-ils que nous le tolérerions sans réagir ?

Les États occidentaux ont donné carte blanche au régime de Zelensky pour commettre n’importe quel crime, et c’est pourquoi Kiev s’en prend systématiquement à l’infrastructure civile de ses anciens territoires. Depuis cinq mois maintenant, les FAU bombardent la ville de Nova Kakhovka, dans la région de Kherson. Jusqu’à 120 missiles, dont la plupart sont des HIMARS, y parviennent quotidiennement. Les forces ukrainiennes les dirigent vers le barrage de Kakhovskaya afin de le percer, de faire monter le niveau d’eau et d’inonder les zones adjacentes. Si ce scénario se réalise, des milliers de civils pourraient être tués et des milliers d’habitations endommagées. Aujourd’hui, nous avons fait circuler une lettre au Conseil de sécurité, dans laquelle nous demandons aux dirigeants de l’ONU d’empêcher cette terrible provocation.

La Russie exhorte l’ONU à empêcher la « terrible provocation » de Kiev.

Moscou a officiellement demandé au Conseil de sécurité d’empêcher l’Ukraine de détruire le barrage de Kakhovskaya (ciblé par les Himars US) dans la région de Kherson qui causerait des milliers de morts. https://t.co/7Fe0BmssSK

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) October 23, 2022

Les attaques irréfléchies contre la centrale nucléaire de Zaporozhye se poursuivent, créant des risques profonds pour la sécurité nucléaire de la centrale. Kiev ne se soucie pas des conséquences pour les civils si la centrale ZNPP subit de graves dommages, sans parler d’une véritable catastrophe technologique et d’une émission radioactive. L’Ukraine est prête à faire n’importe quelle victime si l’OTAN accepte de poursuivre cette guerre par procuration avec la Russie et poursuit ses livraisons d’armes. Nous tenons les dirigeants de l’ONU informés de ces incidents flagrants, mais jusqu’à présent aucune réaction cohérente n’a suivi.

Et en attendant les Ukrainiens seraient parfaitement en droit de la bombarder, même au risque d’exposer l’Europe à un nouveau Tchernobyl ?

Pauvre déchet atlantiste. pic.twitter.com/hO8HKtwOOY

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) September 11, 2022

Les combattants ukrainiens ont réussi à endommager gravement les ponts Kakhovskiy et Antonovskiy qui enjambent le Dniepr et qui servaient à livrer de la nourriture, des médicaments et d’autres produits à la population de Kherson. Le 19 octobre, une nouvelle tentative a été faite pour détruire le pont Antonovskiy, mais la défense aérienne russe a pu protéger l’installation. Là encore, ces frappes ont été effectuées avec des HIMARS, tout comme les frappes contre le centre de détention de Yelenovka où étaient détenus des prisonniers du bataillon néonazi « Azov ».

Une autre illustration terrible de la façon dont les autorités de Kiev traitent réellement les civils est la violente répression qu’elles exercent contre ceux qui ont fait leur choix en faveur de la Russie. Le 29 septembre, près de Kupyansk, les FAU ont tiré sur une colonne de véhicules à moteur qui s’apprêtaient à partir pour la Russie. Environ 30 personnes sont mortes. Le 30 septembre, les FAU ont à nouveau tiré sur les réfugiés qui se dirigeaient vers les territoires libérés de la région de Zaporozhye. 30 personnes ont été abattues sur place et 88 autres ont été blessées. Hier, le 20 octobre, les FAU ont tiré sur le ferry que les civils utilisaient pour échapper aux bombardements et aux provocations de l’Ukraine. Ce crime a de nouveau fait des morts et des blessés. Parmi les victimes, il y avait des journalistes et des enfants.

Le 4 octobre, une allocution vidéo ouverte a été enregistrée par 38 militaires de la 8e compagnie du 3e régiment de la 25e brigade d’assaut aéroportée des forces armées ukrainiennes. Dans ce discours, les soldats ont confirmé qu’ils avaient reçu l’ordre d’anéantir la population pacifique de la région de Kharkov. Le ministère ukrainien des affaires intérieures a récemment annoncé une campagne visant à identifier les « ennemis de l’Ukraine ». Dans le cadre de cette campagne, jusqu’à 40 soi-disant collaborateurs potentiels sont détenus quotidiennement dans des campements près de Kharkov pour être ensuite interrogés par les services spéciaux.

Ce qui arrive ensuite à ces personnes a été montré dans une vidéo que M. Zhorin, membre des formations armées ukrainiennes et ex-commandant du bataillon néonazi Azov, a mise en ligne sur les réseaux sociaux le 9 octobre. La vidéo montre des néonazis jetant les corps des civils exécutés dans un fossé. M. Zhorin a lui-même admis qu’il s’agissait d’habitants de Kupyansk, dans la région de Kharkov. « La vengeance viendra », a-t-il écrit dans un commentaire sur la vidéo. Les métadonnées de la séquence indiquent qu’elle a été réalisée une trentaine de minutes avant sa publication. Les corps étaient vêtus de vêtements chauds qui conviendraient au climat d’octobre. Je rappelle qu’il n’y a pas eu de troupes russes à Kupyansk depuis le début du mois de septembre. Tout cela nous indique que ces personnes ont été victimes d’une exécution extrajudiciaire par des néo-nazis qui « nettoyaient » la ville.

?? Le nazi ukrainien Maksym Zhorin a posté sur sa chaîne Telegram des images du massacre nazi de civils à Kupyansk, qui, selon les nazis, sont des collaborateurs, signant qu' »il y aura un règlement des comptes! ». Ainsi, les gens peuvent voir quel type de régime les élites pic.twitter.com/a4ATxGHXRj

— Henri COULAUD (@HCoulaud) October 9, 2022

Les délégations occidentales ont-elles dit un mot de condamnation de ces actes ? Votre silence est la meilleure confirmation que malgré toutes les déclarations hypocrites, personne en Occident ne se soucie vraiment du sort de la population civile ukrainienne.

Vous préférez couvrir ce régime criminel qui a rassemblé des nationalistes, des radicaux et des nazis déclarés, en aidant à ses provocations et en répandant des mensonges sur la Russie et ses troupes.

À propos, malgré tous nos rappels, nous n’avons pas reçu la liste des victimes de la provocation ukrainienne à Boutcha en avril, les noms de famille de ces personnes. Cela confirme une fois de plus que les autorités de Kiev n’ont rien pour étayer leurs affirmations et allégations. Nos partenaires occidentaux prétendent qu’il n’y a rien qui doive être confirmé par des preuves et qu’il faut simplement faire confiance à ce que disent les représentants de Kiev.

La Russie au Président du CSNU: « L’utilisation d’une bombe sale par ?? serait un acte de terrorisme nucléaire. Cette provocation causerait une contamination radioactive et tuerait des milliers d’innocents. Kiev & ses soutiens occidentaux en assumeraient l’entière responsabilité. » https://t.co/GwxNx7B0kc

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) October 25, 2022

M. le Président,

Avant de conclure, je tiens à dire que je ne vais pas écouter une autre portion de la rhétorique infâme que le représentant du régime ukrainien produira bientôt, dans laquelle il trouve un plaisir étrange et plutôt vicieux. Je pense que tous ceux qui connaissent ses récents commentaires désobligeants contre les diplomates russes sur les réseaux sociaux comprennent ce que je veux dire. Malheureusement, de telles démarches reflètent l’état actuel de la diplomatie ukrainienne et prouvent que Kiev n’est pas prêt pour un quelconque dialogue, et encore moins pour un dialogue civilisé.

Merci.

Voir notre dossier sur la situation en Ukraine.

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x