Aller à…
RSS Feed

Non à la guerre, non à l’envoi d’armes: 50 000 manifestants contre le militarisme et l’OTAN


Non à la guerre, non à l’envoi d’armes: 50 000 manifestants contre le militarisme et l’OTAN
les 7 du quebec Se désabonner

les 7 du quebec

Robert Bibeau

Nov 11

Fini les belles déclarations « révolutionnaires » contre la guerre en Ukraine, 50 000 manifestants sont passés aux actes en venant dire non au militarisme montant. Pendant que la ministre d’extrème droite pousse à la guerre. (SPARTACUS (canalblog.com)
« Non à la guerre. Non à l’envoi d’armes », pouvait-on lire sur une grande banderole portée par les manifestants – au nombre de 50.000, »

Un réel premier succés au sein même de l’ UE, malgré quelques illusions pacifiques, ci dessous un article initialement paru sur La Voce Delle Lottee

Après une semaine de manifestations locales dans toute l’Italie, la mobilisation nationale pour la paix appelée samedi dernier à Rome a été un succès. Malgré un appel lancé seulement quatre jours à l’avance ce sont quelques 50 000 personnes qui ont participé, avec une forte présence de syndicats dont la Confédération Générale Italienne du Travail (CGIL), d’étudiants, d’organisations sociales et communautaires telles que l’ARCI, et de nombreuses organisations politiques de gauche. Des bus des quatre coins du pays ont convergé vers Rome pour la manifestation.

Le contenu de l’appel à manifester a fait l’objet d’un débat important, et l’une des confédérations syndicales, la CISL (confédération italienne des syndicats de travailleurs) a décidé de ne pas s’y joindre parce qu’elle n’était pas d’accord avec la remise en question du rôle de l’OTAN et du militarisme européen.

La manifestation a également vu une participation importante de divers centres sociaux et de la gauche italienne, reprenant le slogan «Ni OTAN ni Poutine», et malgré la campagne médiatique menée par les puissances impérialistes de l’OTAN, ce mot d’ordre a eu beaucoup d’écho au sein des différents cortèges de la marche. Marquant même une opposition aux partis politiques traditionnels et aux directions syndicales bureaucratiques, qui avaient opté pour une mobilisation qui ne remettait pas en cause l’ « atlantisme » italien.

Les discours de fin de manifestation prononcés depuis la scène de la Piazza San Giovanni étaient eux, pour la plupart, au nom d’un appel démocratique à la paix, avec un espoir marqué dans le rôle progressiste possible de l’État italien, de l’Union Européenne et des Nations Unies.

C’est le cas de Maurizio Landini, secrétaire général de la CGIL, qui a parlé de la paix en se réclamant … du Pape (en tant que «dirigeant ouvrier honoraire») et s’est montré très ambigu insistant sur le rôle que pourrait avoir une intervention de l’ONU en Ukraine et mettant en avant l’option d’envoyer des troupes de « maintien de la paix ». Une revendication qui n’était en aucun cas celle de la marche de samedi.

Landini a également assuré : « Je ne pense pas que le problème aujourd’hui soit d’arrêter la guerre en envoyant des armes. Ce n’est pas la voie à suivre, il nous faut emprunter le chemin de la diplomatie. Je pense que l’ONU devrait, pour le rôle qu’elle joue, se rendre en Ukraine et être présente à la table des négociations. Avec le syndicat, nous défendons une grande journée de mobilisation de tous les travailleurs européens contre la guerre ».

Une bouffée d’air frais est venue ensuite, avec l’intervention de deux jeunes représentant le réseau « No War Roma » et le nouveau mouvement étudiant romain « La lupa ». Ils ont dénoncé à la fois le rôle du gouvernement russe et le militarisme de l’OTAN, dont les pays fomentent des conflits sur toute la planète et répriment violemment les mouvements sociaux dans leur pays. En outre, ils ont appelé à une grève générale contre la guerre, et ont appelé à une participation active à la grève féministe internationale du 8 mars [alors à venir].

La marche de ce samedi est devenue le premier événement important à l’échelle nationale, qui devrait poursuivre et radicaliser la lutte contre la résurgence du militarisme, contre la guerre qui se joue par procuration entre l’OTAN et la Russie par le biais de la livraison massive d’armes au gouvernement Zelensky. Une journée qui se présente comme un premier pas vers la défense d’une paix immédiate en Ukraine avec le retrait des troupes russes du pays et l’utilisation de moyens réellement démocratiques et non-militaristes pour résoudre les problèmes de liberté et d’autodétermination nationale, en Ukraine comme ailleurs.

Le témoignage d’un camarade

Naples devient la capitale de l’opposition sociale du pays avec la scène « Insorgiamo » lancée par le Mouvement du 7 novembre et le Collectif Usine Gkn.

Le processus de convergence des luttes sociales, civiles et climatiques qui a eu lieu à Florence le 26 mars, à Bologne le 22 octobre se retrouve à Naples le 5 novembre, car la dignité des luttes du sud ne peut plus attendre, car la répression contre les chômeurs et la criminalisation de classe des revenus de citoyenneté, doivent être arrêtés maintenant. Parce que la guerre c’est ici et maintenant, au Pays des Incendies, c’est une guerre du gaspillage, des impacts environnementaux, de l’embauche illégale, des corps qui coulent en Méditerranée, du business, du mensonge et de l’hypocrisie.

Après la grande manifestation de Bologne le 22 octobre dernier, qui a rassemblé plus de 30 000 personnes dans les rues, consolidant un processus de convergence né sur les places florentines grâce à la contribution du Collettivo di Fabbrica ex Gkn, qui a atteint son apogée le 26 mars avec 40 mille personnes sur la place.

Processus de convergence renforcé par la rencontre et par la contribution du « Mouvement combattant des chômeurs du 7 novembre » de Naples qui verra la capitale de Naples, une nouvelle étape dans le processus de mobilisation sociale par le bas.

« Nous accueillerons à Naples une autre étape d’Insorgiamo autour de notre lutte pour un salaire et un travail socialement nécessaire qui conjugue les besoins sociaux de nos villes avec l’urgence d’un salaire garanti pour vivre : sécurisation des territoires, reconquête, renforcement des services « Pour cette lutte nous sommes frappés par une répression qui voudrait arrêter le rôle dirigeant de nombreux prolétaires de cette ville qui se sont organisés pour s’émanciper de la marginalisation sociale. Nous le ferons avec une mobilisation claire contre la guerre et les coûts sociaux, la vie chère et la précarité déchargée sur les couches ouvrières et populaires » poursuit Sorge. « Pour lutter contre la sociaux » explique Eduardo Sorge du mouvement de lutte des chômeurs du 7 novembre. guerre, il faut lutter contre les plans de nos gouvernements, les dépenses militaires,

Ce ne sera donc pas notre manifestation « conclut-il », mais celle de tous ceux qui veulent s’unir pour changer ce système qui favorise les profits de quelques-uns au détriment de la misère de beaucoup qui produisent la même richesse sociale. Le 5 Tous les chômeurs de Naples, ouvriers, étudiants, comités environnementaux pour relever la tête ! »

Selon le Collettivo di Fabbrica ex Gkn « A Naples, les chômeurs se présentent et nous convergeons. Nous nous battons pour un travail comme eux. Nous les licenciés et leurs chômeurs : c’est le système lui-même qui nous rapproche. Remontons le chemin que tant d’entre nous ont fait en émigrant, pour aller dire que nous sommes la classe dirigeante de ce pays. Que nous pouvons mettre fin au chômage et à la misère. Et que nous sommes une famille élargie ».

Selon Michela Spina, porte-parole nationale de Fridays For Future Italy « Nous convergeons et nous nous levons, car la lutte pour le climat ne peut être séparée de celle pour la justice sociale. Nous sommes dans le sud de l’Italie, dans une des villes les plus pauvres d’Europe, ici la précarité et l’absence de perspectives se mêlent aux effets de la crise climatique, biocide dans un mélange létal qui dévaste la vie des territoires et de ceux qui y vivent, c’est assez « .

Selon Francesco Tramontano, nous ne payons pas, « Nous avons collectivement décidé que « Nous ne payons pas » convergera vers Naples le 5 novembre. « Pour ceci, pour les autres et pour tout » se fait entendre sur les places et les assemblées, lit-on sur les banderoles et les tracts. Même « On ne paye pas » part d’un « pour ça », de l’augmentation généralisée des factures et de la cherté de la vie. Sans gagner les coûts élevés, les factures chères, la précarité, la pauvreté, les délocalisations, les licenciements et le chômage galopant » souligne Tramontano « , nous ne pouvons pas nous libérer du chantage économique et existentiel du présent. Nous avons lancé hier la révocation massive de la domiciliation : si elle est pratiquée en masse elle représente déjà en elle-même un signal clair et sans équivoque d’opposition aux factures coûteuses qui doivent commencer à devenir factuelles et non plus seulement énoncées ou agitées ».

Pour Paolo di Vetta du Mouvement pour le droit au logement à Rome, « le mouvement pour le droit au logement à Rome participe avec conviction à la manifestation de Naples où le protagonisme des luttes sociales contre la guerre et la vie chère émerge avec Obliger. Nous serons présents pour réitérer au nouveau gouvernement en place que les seuls grands travaux à réaliser sont la maison et les revenus de chacun ».

Le rendez-vous est à 14h00 le 5 novembre à Naples, sur la Piazza Garibaldi.

Diretta conferenza stampa per il 5 novembre a Napoli, il sud che insorge #insorgiamo

https://www.facebook.com/coordinamentogknfirenze/

[email protected]

http://www.laboratoriopoliticoiskra.org – [email protected]


Posté par Spartacus1918 – Guerre et armement
Commentaire

Désabonnez-vous pour ne plus recevoir d’articles de les 7 du quebec.
Modifiez les réglages de votre messagerie sur la page de gestion des abonnements.

Les liens ne marchent pas? Copier et coller cette adresse URL dans votre navigateur :

Non à la guerre, non à l’envoi d’armes: 50 000 manifestants contre le militarisme et l’OTAN


Optimisé par Jetpack
Télécharger depuis l’App Store Télécharger depuis Google Play
Zone contenant les pièces jointes
Prévisualiser la vidéo YouTube #Insorgiamo con i lavoratori e le lavoratrici della Gkn

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x