Aller à…
RSS Feed

DES CONFEDERATIONS SYNDICALES PRO-IMPERIALISTES


 

par Le Petit Blanquiste, lundi 27 août 2012

Les trois confédérations CGT, CFDT et CFTC s’étaient déjà distinguées en publiant, le 23 février 2011,  un communiqué commun où elles cautionnaient la version donnée par les médias de la bourgeoisie à propos des évènements de Libye.

 

On sait maintenant que ce qu’on nous présentait comme une « révolution populaire » contre la « dictature » de Kadhafi était en grande partie un mouvement inspiré et entretenu par les monarchies du Golfe qui visait à instaurer un pouvoir intégriste religieux à Tripoli. Ce qui est chose faite aujourd’hui avec le concours des bombardements des forces aériennes et navales françaises.

 

Apparemment la leçon n’a pas servie puisque, sur la Syrie, la CGT, la CFDT, l’UNSA, Solidaires et la FSU ont publié, le 9 février 2012, un communiqué commun de même inspiration.

 

Les confédérations signataires cautionnent à nouveau la version, propagée par la propagande gouvernementale et relayée par les médias aux ordres, imputant aux seules « forces de répression » les victimes des combats.

 

Les confédérations entretiennent le mythe d’un peuple « soulevé pacifiquement » alors que depuis des mois on sait que parmi les « rebelles » figurent, comme en Libye, des milliers de mercenaires recrutés, armés et infiltrés avec le concours de la Turquie, du Qatar, de l’Arabie saoudite et des services spéciaux occidentaux dont la DGSE française.

 

Aucun mot n’est trop fort pour nos syndicalistes : « Assad a déclaré la guerre à son propre peuple. Face à ces crimes contre l’humanité, les responsables de ce régime qui ne possède plus aucune légitimité devront répondre devant la justice des atrocités commises ».

 

Tant d’aveuglement, tant de mensonges sont une véritable catastrophe pour les travailleurs français qui voient leurs organisations syndicales rejoindre le chœur des partisans des guerres impérialistes que ceux-ci soient de droite ou se réclament de la gauche.

 

C’est aussi une catastrophe pour la paix régionale, voire mondiale.

 

Pour finir, les confédérations appelaient à une manifestation pour soutenir le « peuple syrien », en réalité pour alimenter le « bourrage de crânes » qui accompagne chaque nouvelle guerre occidentale contre un peuple de sa périphérie avec son habituel cortège d’horreurs.