Aller à…
RSS Feed

En Ukraine, la Russie passe aux choses sérieuses


Le Cri des Peuples

lecridespeuples

Sep 12
Opération militaire spéciale, saison 2 : ça commence à chauffer.

Par Big Serge

Source : bigserge.substack.com, le 12 septembre 2022

Traduction : lecridespeuples.fr

Le courant est coupé !

La période du 9 au 11 septembre restera dans l’histoire comme une période de grande importance dans la guerre russo-ukrainienne. Les deux parties belligérantes ont franchi des seuils très importants qui, pris ensemble, laissent penser que la guerre entre dans une nouvelle phase. Les 9 et 10, l’Ukraine a remporté son premier succès concret de la guerre en reprenant tout le territoire tenu par les Russes dans l’Oblast de Kharkov à l’ouest de la rivière Oskil, y compris la rive occidentale de Kupyansk et le nœud de transit d’Izyum.

Pendant ce temps, Vladimir Poutine a convoqué une réunion d’urgence de son conseil de sécurité nationale, ce qui a précipité la propre escalade de la Russie le 11, lorsque les infrastructures ukrainiennes ont enfin été attaquées, plongeant une grande partie du pays dans le noir.

La Russie fait enfin en Ukraine ce avec quoi l’armée américaine commence chaque guerre : détruire le réseau énergétique.

On dirait que la guerre « polie » est terminée. https://t.co/sJjFa4DNor

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) September 12, 2022

Il semble clair que la guerre entre dans une nouvelle phase, et il est fort probable que les deux parties tenteront de prendre des mesures décisives dans un avenir proche. Pour l’instant, essayons d’analyser les développements de la semaine dernière et de comprendre où la guerre se dirige.

La contre-offensive de Kharkov

Au risque de paraître très pédant, la contre-offensive de l’Ukraine dans l’est de l’Oblast de Kharkov est une excellente démonstration des difficultés d’évaluation des opérations militaires. Tout le monde est d’accord sur la géographie de base de ce qui s’est passé : l’Ukraine a libéré des forces russes tout ce qui se trouve à l’ouest de la rivière Oskil. En revanche, personne ne s’accorde sur ce que cela signifie. J’ai vu toutes les interprétations suivantes posées — notez que les gens sont arrivés à toutes ces conclusions à partir du même ensemble de données :

La Russie a attiré l’Ukraine dans un piège et va bientôt contre-attaquer.
La Russie s’est volontairement retirée de Kharkov pour donner la priorité à d’autres fronts.
La Russie a attiré les Ukrainiens pour les frapper à l’artillerie.
La Russie a subi un échec massif en matière de renseignement et n’a pas vu ou réagi à l’offensive de l’Ukraine.
La Russie a subi une défaite au combat et a été contrainte de battre en retraite.

Faisons une autopsie méthodique et voyons ce qu’il en ressort.

La première chose que nous voulons noter est que la disparité des forces sur ce front était absolument risible. L’Ukraine a réuni un groupe d’attaque d’au moins cinq brigades complètes, et a visé une ligne de contact où il n’y avait aucune troupe régulière russe. Les défenses russes de la ligne de front dans la région étaient constituées de miliciens et de gardes nationaux alliés du Donbass. Il semble qu’il y ait eu un seul groupe tactique de bataillon (BTG) à Izyum, mais guère plus.

Il est indéniable, même pour les Ukrainiens qui célèbrent l’avancée, que l’oblast de Kharkov avait été presque entièrement vidé de ses troupes russes, ne laissant guère plus qu’une force de protection. Deux choses importantes en découlent. Premièrement, le groupe de choc ukrainien avançait dans la plupart des endroits contre une résistance pratiquement inexistante. Deuxièmement, et c’est plus inquiétant pour l’Ukraine, les unités de faible qualité laissées sur place en guise d’écran ont pu opposer une bonne résistance aux Ukrainiens — les hommes de Rosgvardiya à Balakliya ont tenu bon pendant plusieurs jours avant d’être évacués par un couloir.

Dans mon analyse précédente, réalisée alors que la contre-offensive ukrainienne commençait tout juste à se développer, j’ai noté deux éléments importants concernant la forme du champ de bataille.

Je soutenais que l’Ukraine serait incapable de pousser au-delà de l’Oskil et d’exploiter correctement son offensive.
J’ai noté que l’Ukraine avançait rapidement contre des portions du front à faible effectif et évidées, et que la Russie s’était très peu engagée dans la bataille.

Ces deux affirmations étaient correctes. J’admets volontiers, cependant, que j’en ai tiré une conclusion erronée. Je pensais que l’avancée ukrainienne culminerait à la rivière Oskil, les laissant vulnérables à une contre-attaque russe par les réserves qui arrivaient. Il semble maintenant assez clair que c’est incorrect, et que les réserves russes qui étaient en route avaient pour mission de stabiliser la défense à l’Oskil, et non de lancer une contre-attaque.

Ce n’était pas un piège opérationnel de la Russie, mais ce n’était pas non plus une victoire dans la bataille pour l’Ukraine — pour la simple raison qu’il n’y a pas eu de bataille du tout. La Russie avait déjà évidé ces positions et a retiré très rapidement les forces de protection restantes. L’Ukraine a couvert beaucoup de terrain, mais n’a pu détruire aucune unité russe, car il n’y en avait pas vraiment.

Il serait stupide d’essayer de dissuader les Ukrainiens de leur excitation en ce moment. Il faut reconnaître qu’ils ont réussi à constituer un groupe de choc de bonne taille, à le diriger vers une partie faible du front et à regagner une bonne partie du terrain. Compte tenu de l’absence abjecte de succès pour l’Ukraine dans cette guerre, ils essaient à juste titre d’en tirer le maximum de moral et de propagande.

Je ne pense toutefois pas que les pertes territoriales de Kharkov modifient en quoi que ce soit le calcul final de la guerre. La Russie a évidé ce front et cédé du terrain, mais elle a pu malmener les forces ukrainiennes à mesure qu’elles avançaient grâce à des frappes d’artillerie et aériennes incessantes. Les chaînes ukrainiennes rapportent largement que les hôpitaux débordent. Le ministère russe de la Défense a déclaré que l’Ukraine avait perdu 4 000 tués et 8 000 blessés au cours de son avancée — je pense que ce chiffre est élevé, mais même si nous réduisons ces chiffres de 50 % (ce qui nous laisse 6 000 victimes au total, ce qui est raisonnable compte tenu de la quantité de munitions que la Russie a déchargées), il est très clair que le rapport des pertes dans cette opération était défavorable à l’Ukraine, comme toujours.

Accélération

Comme je l’ai prédit dans mon dernier article, l’Ukraine a jusqu’à présent été incapable d’exploiter son offensive en atteignant la profondeur opérationnelle. Elle a été totalement incapable de projeter des forces au-delà de la rivière Oskil. Avec l’avancée vers l’est fermement achevée, ils cherchent à maintenir leur élan, ou du moins l’apparence de celui-ci.

La profondeur opérationnelle désigne le niveau d’avancement où la force d’attaque n’attaque plus les éléments de la ligne de front de l’ennemi, mais s’attaque directement à la capacité de l’ennemi à se maintenir au combat.

L’avancée réussie de l’Ukraine dans l’Oblast de Kharkov a été amplifiée par un blitz de falsification et de propagande destiné à simuler un changement total de la dynamique stratégique. Il s’agit notamment de fausses informations liées à la politique intérieure russe, telles que des appels fabriqués pour la destitution de Poutine, et de fausses informations sur le champ de bataille, telles que des affirmations selon lesquelles l’armée ukrainienne aurait franchi les frontières de la LNR ou pris d’assaut la ville de Donetsk. Ont également circulé des vidéos hors contexte (la plus populaire montre un dépôt de véhicules russes en Crimée) prétendant montrer que les Russes ont abandonné des centaines de véhicules à Izyum.

La falsification n’est pas importante. Cependant, l’Ukraine va également tenter de maintenir l’élan du champ de bataille en s’appuyant sur l’opération de Kharkov avec des contre-offensives supplémentaires. Ils continuent à tenter de traverser le fleuve Donets en force pour prendre d’assaut Lyman, sans succès. Ils poursuivent également leurs attaques en direction de Kherson, avec peu de progrès et des pertes élevées.

Le développement le plus important, cependant, est l’affirmation selon laquelle un deuxième groupe de choc ukrainien a été rassemblé à Zaparozhia. Il s’agit d’une zone où la géographie permettrait à l’Ukraine de réaliser une exploitation opérationnelle. Une avancée réussie vers Melitopol ou Marioupol compromettrait le pont terrestre vers la Crimée et menacerait de faire s’écrouler toute la position de la Russie dans le sud.

Contrairement à Kharkov, cependant, il ne s’agit pas d’une partie creuse du front. Le 3e corps russe nouvellement formé est concentré dans le sud, et des convois russes ont été repérés récemment se déplaçant dans la région de Marioupol. L’Ukraine peut très bien tenter une autre opération offensive dans cette direction, mais étant donné la force du groupement russe ici, les résultats ressembleront plus à Kherson qu’à Kharkov.

Souveraineté

Au cours des premiers mois de la guerre, j’ai soutenu sur Twitter que les offensives massives sont difficiles, et que l’Ukraine n’avait pas encore montré sa capacité organisationnelle à organiser une opération supérieure au niveau de la brigade. Toutes les actions offensives que nous avons vues de la part de l’Ukraine au début ont pris la forme de commandants isolés de brigade — ou plus souvent de bataillon — prenant l’initiative.

Eh bien, voilà que l’Ukraine a réussi à déployer au moins deux (Kherson, Kharkov) et peut-être trois (Zaporizhia) groupes de choc multi-brigades, et à lancer des opérations coordonnées. Cela a été rendu possible parce que l’Ukraine est un État failli, qui est approvisionné, financé et de plus en plus géré par l’OTAN. Les agences occidentales ne peuvent s’empêcher de se vanter — la Grande-Bretagne s’est identifiée comme la partie responsable de la planification et de l’organisation de l’opération de Kherson, tandis que les États-Unis s’attribuent le mérite de l’attaque plus réussie de Kharkov.

Il est difficile de surestimer à quel point l’Ukraine est soutenue uniquement par l’Occident. Les soldats ukrainiens sont formés par des officiers de l’OTAN, armés avec des armes de l’OTAN, accompagnés sur le terrain par des soldats de l’OTAN (déguisés en « volontaires étrangers »), et le pseudo-État ukrainien fonctionne grâce aux injections de fonds de l’Occident. Les vidéos du front de Kharkov abondent en soldats parlant anglais et en armes étrangères.

Il ne s’agit pas seulement de souligner, une fois de plus, que l’Ukraine est un État défaillant — un cadavre auquel des acteurs extérieurs donnent l’illusion de la vie en faisant bouger ses membres. La Russie l’a compris et a bien compris qu’elle se trouve dans une collision civilisationnelle avec l’Occident. À cette fin, nous devons comprendre que l’escalade russe est en cours, et réfléchir à ce que cela signifie.

Escalade et mobilisation

À ce stade, l’idée que la Russie doit se mobiliser est devenue un vieux mème ressassé, offert par le dérangé Igor Strelkov. Il est certainement vrai que la Russie doit intensifier son opération, mais passer directement à la mobilisation (mettre l’économie sur le pied de guerre et appeler les conscrits) serait une grave erreur. La Russie a d’autres moyens, plus efficaces, d’intensifier les choses. La récente avancée ukrainienne à Kharkov est un signal évident pour augmenter le déploiement des forces, et les tirs ukrainiens sur des cibles de l’autre côté de la frontière russe ne font qu’ajouter à la pression pour enlever les gants.

Tout d’abord, je voudrais expliquer pourquoi je suis contre la mobilisation. L’une des dimensions les plus importantes de cette guerre est le front économique. L’Europe est poussée au bord du gouffre par la crise énergétique. Le Wall Street Journal a mis l’accent sur ce que je crois être la description la plus appropriée de la crise, en mettant en garde contre une « nouvelle ère de désindustrialisation en Europe ».

… occidentale d’isolement économique de la Russie », a déclaré la chaîne dans un communiqué, citant des responsables américains.

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) September 12, 2022

Une mobilisation totale serait très coûteuse pour l’économie de la Russie, qui risquerait de perdre l’avantage qu’elle détient actuellement dans la confrontation économique avec l’Europe. C’est, je crois, la principale raison pour laquelle le gouvernement russe s’est empressé d’étouffer les rumeurs de mobilisation aujourd’hui. Il y a d’autres étapes sur l’échelle de l’escalade avant de passer au stade de la guerre totale.

Des rumeurs indiquent déjà que la Russie envisage de modifier la désignation officielle de la guerre, qui ne serait plus une « opération militaire spéciale ». Bien que cela puisse signifier une déclaration de guerre officielle, je pense que c’est peu probable. La Russie va plutôt donner à l’opération en Ukraine la même désignation que ses opérations en Syrie, assouplir les règles d’engagement et commencer à cibler sérieusement les actifs ukrainiens.

Nous en avons eu un avant-goût la nuit dernière, lorsque la Russie a détruit plus de la moitié de la production d’électricité de l’Ukraine avec quelques missiles. Il y a beaucoup plus de cibles qu’elle peut viser : d’autres nœuds du réseau électrique, des installations de pompage et de filtration de l’eau et des postes de commandement de niveau supérieur. Il y a au moins une certaine probabilité que la Russie commence à viser les installations de commandement où se trouve du personnel de l’OTAN. Le déni plausible fonctionne dans les deux sens ; comme l’OTAN n’est pas officiellement présente en Ukraine — elle n’y est que sous l’appellation de « volontaires étrangers » — le fait de cibler son personnel ne constitue pas un acte ouvertement agressif.

La Russie dispose également de nombreux moyens de renforcer le déploiement de ses forces en Ukraine, sans pour autant recourir à une mobilisation totale. Elle dispose d’une réserve de soldats sous contrat démobilisés qu’elle peut appeler, ainsi que d’un contingent de réservistes qu’elle peut mobiliser partiellement.

La ligne russe se durcit. Au cours des dernières 24 heures, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré qu’il n’y avait « aucune perspective de négociation » avec l’Ukraine, et Poutine a déclaré : « Des forces ennemies nous prennent pour cible, et nous devons prendre des initiatives pour réussir à les affronter. » Medvedev est allé encore plus loin à l’instant : « Un certain Zelenskyy a déclaré qu’il ne dialoguerait pas avec ceux qui lancent des ultimatums. Les ‘ultimatums’ actuels sont un échauffement pour les enfants, un avant-goût des exigences qui seront formulées à l’avenir. Il les connaît : la reddition totale du régime de Kiev aux conditions de la Russie. »

Si vous pensez que le gouvernement russe est totalement incompétent et hypocrite, n’hésitez pas à considérer des déclarations comme celle-ci comme de l’esbroufe. Mais compte tenu du coup de semonce tiré hier sur la production d’électricité ukrainienne, j’ai le sentiment que la Russie se prépare à passer à un niveau d’intensité supérieur, que l’Ukraine ne peut pas atteindre avec ses ressources indigènes. Le seul autre acteur sur l’échelle de l’escalade est les États-Unis.

Des temps sombres s’annoncent pour l’Ukraine — et peut-être pour les Américains sur l’autre front de cette guerre.

L’autre front du sud

La Syrie et l’Ukraine sont deux fronts de la même guerre. Il est très important de le comprendre. En Syrie, les États-Unis ont tenté de détruire l’allié le plus important de la Russie au Moyen-Orient et de créer un Poubellistan du chaos pour drainer les ressources russes ; en Ukraine, l’OTAN a armé un État kamikaze pour le lancer sur la frontière occidentale de la Russie. Dans l’esprit des Russes, ces guerres sont inextricablement liées.

Après la contre-offensive de Kharkov, je soupçonne fortement la Russie de chercher un moyen de riposter contre les États-Unis, sans franchir les lignes rouges qui pourraient conduire à une confrontation plus directe. La Syrie est le lieu où cela pourrait se produire. Les États-Unis maintiennent plusieurs bases illégales sur le sol syrien, que la Russie pourrait frapper en utilisant ses alliés syriens de la même manière que les États-Unis utilisent l’Ukraine. La Russie est en train de terminer la formation d’une nouvelle division aéroportée syrienne. Avec la couverture aérienne russe, une attaque sur l’une des bases américaines en Syrie serait possible — les États-Unis seraient obligés de choisir entre abattre des avions russes et flirter avec la guerre nucléaire, ou accepter humblement la perte d’une base illégale qu’ils ont travaillé dur à cacher à leurs propres citoyens. Compte tenu du manque total d’enthousiasme de l’opinion publique américaine pour une nouvelle guerre au Moyen-Orient, il semble que les États-Unis devront simplement accepter la perte.

Attentes de Big Serge :

Intensification des attaques russes contre les infrastructures et les centres de commandement ukrainiens.
Augmentation du déploiement des forces russes sans mobilisation totale.
Intensification des efforts russes pour récupérer le territoire de la DNR.
Possible escalade en Syrie, probablement sous la forme d’attaques de l’armée syrienne contre des bases américaines.

Voir notre dossier sur la situation en Ukraine.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter, Facebook, Youtube et VKontakte.

5 1 vote
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x