Aller à…
RSS Feed

États-Unis et OTAN sont responsables de l’oppression des femmes afghanes par les talibans


Robert Bibeau

Avr 22

Par Left Radical of Afghanistan (LRA) This article is available in English on this webmagazine: left Radical

Sarah, une fille de 13 ans, s’est préparée et est allée à l’école le matin du 23 mars avec joie et excitation avec d’autres filles de son quartier. Après une longue pause de huit mois, elle s’attendait aujourd’hui à rencontrer ses camarades de classe, ses professeurs et son école et à commencer de nouvelles leçons. Contrairement à ses attentes, elle a été confrontée à une porte fermée de l’école et à des dizaines de policiers talibans chargés d’empêcher les filles d’entrer dans l’école.

Sarah et ses camarades de classe et professeurs ont fait tout leur possible pour entrer dans l’école, mais la police talibane ne les a pas autorisés. Sarah est rentrée chez elle les larmes aux yeux et un monde de désespoir. Contrairement à leur promesse et à leur engagement d’ouvrir les portes des écoles de filles le 23 mars, les talibans, sans préavis, ont fermé les écoles de la sixième à la douzième année par décret sous prétexte que les filles ne portaient pas le hijab islamique. Sarah et des millions de filles afghanes, bien qu’elles portent le hijab approprié, ne savent toujours pas pourquoi, comme les garçons, elles n’ont pas le droit d’aller à l’école et de recevoir une éducation ? Elle ne sait pas pourquoi les talibans empêchent l’ouverture des écoles de filles et comment le monstre des talibans a régné sur son sort ?

Cependant, Sarah et des centaines d’autres filles à Kaboul ne sont pas restées silencieuses. Elles sont descendues dans la rue le 24 mars, bien que les talibans aient brutalement réprimé toutes les manifestations de femmes au cours des huit derniers mois, arrêtant, emprisonnant, torturant, violant et tuant des dizaines de femmes et de filles. Ils ont exigé la réouverture immédiate de toutes les écoles de filles. « Le mouvement spontané des femmes protestataires » qui a émergé après le règne des talibans en août 2021 pour les droits des femmes et la résistance à l’oppression et aux restrictions à Kaboul est à l’avant-garde de la lutte et de la voix des femmes et de tous les Afghans contre le régime islamique fasciste et misogyne des talibans.

Le mouvement, qui comprend des femmes et des filles libres-pensées, laïques, féministes et socialistes, a organisé des manifestations de masse à Kaboul pour protester contre la récente décision des talibans d’interdire l’école aux filles. Le mouvement a appelé les gens, en particulier les familles, à « exprimer leur opposition jusqu’à ce que leur droit à l’éducation et d’autres droits soient garantis à leurs enfants ». « Nous ne reculerons pas devant la revendication des droits fondamentaux du peuple, en particulier les droits des femmes », « Les droits fondamentaux des femmes doivent être restaurés », ont-ils exhorté. Ils ont scandé : « Commencez un nouvel ordre, ouvrez des écoles maintenant ! Nous voulons l’éducation ! Brisez le silence, élevez la voix !

Suite à la défaite des États-Unis en Afghanistan après vingt ans d’occupation, les États-Unis ont décidé de céder le pouvoir aux talibans et de mettre en œuvre leur stratégie dans la région par le biais du gouvernement taliban en Afghanistan au lieu du gouvernement corrompu et incompétent d’Ashraf Ghani. À cette fin, ils ont lancé une campagne pour présenter les talibans innocents à travers les médias et leurs mercenaires. Ils ont fait valoir que la mentalité et la pratique des talibans avaient changé et qu’ils n’étaient plus les talibans des années 1990. Ils pensaient avec optimisme que les talibans ne restreindraient plus les libertés sociales, qu’ils ne s’opposeraient pas aux droits des femmes, qu’ils ne s’opposeraient pas à l’école et à l’éducation des filles, qu’ils n’entraveraient pas le travail et la présence des femmes dans la société, et que la volonté de respecter les droits civils libertés et libertés des médias. Sur la base de cette approche, les États-Unis et les talibans ont finalement signé un accord de paix en février 2020 à Doha.

Les talibans ont pris le pouvoir en août 2021 après le retrait des forces américaines et de l’OTAN d’Afghanistan. Au deuxième jour de leur règne à Kaboul, les talibans ont imposé de sévères restrictions aux femmes et fermé les portes de toutes les écoles de filles dans tout l’Afghanistan.

En fait, les talibans d’aujourd’hui ne sont pas différents des talibans des années 1990. Ce sont le mensonge, l’hypocrisie et la trahison des États-Unis et de l’OTAN qui ont une fois de plus dirigé les talibans misogynes et médiévaux sur le peuple afghan en raison de leurs objectifs stratégiques et de leurs intérêts dans la région.

Aujourd’hui, les États-Unis et l’OTAN sont partenaires et responsables de la catastrophe humanitaire et de l’oppression des femmes et des filles afghanes par les talibans. Le fait est que le hijab et les vêtements des filles de toutes les époques passées étaient complètement islamiques et conformes aux coutumes et à la culture des sociétés afghanes. Mais avec cette astuce, les talibans ont pris en otage des millions de femmes et de filles afghanes pour extorquer des concessions à la soi-disant communauté internationale. Par leurs actions misogynes, ils entendent faire pression sur la « communauté internationale » pour qu’elle reconnaisse le gouvernement taliban et débloque près de 10 milliards de dollars des avoirs gelés de l’Afghanistan.

Mais le traitement discriminatoire des talibans envers les femmes et les filles ne peut être résolu en reconnaissant leur gouvernement et en libérant de l’argent gelé. Parce que la pensée et les approches des talibans sont basées sur la loi islamique, qu’ils interprètent à leur manière. Selon la loi islamique, les femmes n’ont pas les mêmes droits que les hommes. La polygamie, le mariage avant l’âge des filles, l’apartheid sexuel et la violence sexiste, ainsi que le statut inférieur des femmes dans la famille et la société sont enracinés dans les textes et enseignements islamiques. Il est clair que les régimes talibans et patriarcaux craignent que les femmes et les filles deviennent alphabétisées et sensibilisées. Parce que si les filles prennent conscience, elles exigeront l’égalité des droits et lutteront contre la captivité, la polygamie, l’apartheid sexuel, le mariage des enfants, la discrimination fondée sur le sexe et la barbarie. Les talibans pensent que les filles ne devraient pas étudier plus que la sixième année. Parce qu’ils causent la corruption morale ! Selon les talibans, les filles de 9, 10 et 12 ans sont des adultes et doivent être données à leurs maris ! Par conséquent, les talibans savent que si les femmes deviennent alphabétisées et bien informées, elles ne veulent pas être confinées à la maison. Ils veulent travailler à l’extérieur de la maison et gagner de l’argent. Parce que les femmes peuvent être libérées de la servitude des hommes en acquérant une indépendance financière et en luttant pour l’égalité des droits et des libertés.

Les talibans peuvent être en mesure de bloquer l’éducation des filles pendant des mois ou des années sous divers prétextes, ou rendre le programme d’études de l’Afghanistan religieux et non scientifique, mais étant donné le niveau de sensibilisation et d’éveil des femmes, en particulier dans les villes, il existe un fort potentiel de résistance et de lutte pour défier et renverser la tyrannie misogyne et médiévale des talibans ou de tout système religieux et non démocratique. Le peuple afghan n’a aucun espoir d’aide de la soi-disant communauté internationale face à la crise économique et à la violation catastrophique des droits des femmes en Afghanistan, mais le tient pour responsable de cette horrible situation.

Le peuple afghan ne compte que sur les forces progressistes de gauche, démocratiques, laïques et sur le « Mouvement spontané des femmes protestataires », qui, avec la solidarité des travailleurs et des femmes d’autres parties du monde, peuvent ouvrir la voie à une société libre d’oppression, d’exploitation, de discrimination fondée sur le sexe et l’égalité des droits pour les femmes.

Radical de gauche d’Afghanistan (LRA) avril 2022

(English)

By Left Radical of Afghanistan (LRA)
April 2022

Hostage-taking of women and girls in order to recognize the Taliban regime

Sarah, a 13-year-old girl, got ready and went to school on the morning of March 23 with joy and excitement along with other girls in her neighborhood. After a long eight-month hiatus, she expected today to meet her classmates, teachers and school and start new lessons. Contrary to her expectations, she was confronted by a closed gate of the school and dozens of Taliban police who were tasked with preventing the girls from entering the school. Sarah and her classmates and teachers made every effort to apologize for entering the school, but the Taliban police did not allow them. Sarah returned home with tears in her eyes and a world of despair.

Contrary to their promise and commitment to open the gates of girls ‘schools on the 23rd of March, the Taliban, without prior notice, closed the sixth to twelfth grades of schools in a decree under the pretext of the girls’ lack of Islamic hijab. Sarah and millions of Afghan girls, despite wearing the proper hijab, still do not know why, like boys, they do not have the right to go to school and get education? She does not know why the Taliban are preventing the opening of girls’ schools and how the monster of the Taliban ruled over her fate?
However, Sarah and hundreds of other girls in Kabul did not sit silent. They took to the streets on March 24, despite the Taliban brutally suppressing all women’s protests over the past eight months, arresting, imprisoning, torturing, raping, and killing dozens of women and girls. They demanded the immediate reopening of all girls’ schools. »The Spontaneous Movement of Protesting Women » that emerged after the Taliban’s rule in August 2021 for women’s rights and resistance to oppression and restrictions in Kabul is at the forefront of the struggle and voice of women and all Afghans against the fascist and misogynistic Taliban Islamic regime. The movement, which includes free-thinking, secular, feminist and socialist women and girls, staged mass demonstrations in Kabul to protest the Taliban’s recent decision to ban girls from school. The movement called on people, especially families, to « express their opposition until their right to education and other rights is guaranteed to their children. » « We will not back down from demanding the basic rights of the people, especially the rights of women », « The basic rights of women must be restored, » They urged. They chanted: « Start a new order, open schools now! We want education! Break the silence, raise your voice! »

Following the defeat of the United States in Afghanistan after twenty years of occupations, the United States decided to hand over power to the Taliban and implement its strategy in the region through the Taliban government in Afghanistan instead of the corrupt and incompetent government of Ashraf Ghani. To that end, they launched a campaign to introduce the Taliban innocent through the media and their mercenaries. They argued that the mentality and practice of the Taliban had changed and that they were no longer the Taliban of the 1990s. They were optimistic that the Taliban would no longer restrict social freedoms, that they would not oppose women’s rights, that they would not oppose girls’ schools and education, that they would not hinder women’s work and presence in society, and that the will respect civil liberties and media freedoms.

Based on this approach, the United States and the Taliban finally signed a peace agreement in February 2020 in Doha. The Taliban took power in August 2021 after US and NATO forces withdrew from Afghanistan. On the second day of their rule in Kabul, the Taliban imposed severe restrictions on women and closed the gates of all girls’ schools throughout Afghanistan.

In fact, the Taliban today are no different from the Taliban of the 1990s. It was the lie, hypocrisy and betrayal of the United States and NATO that once again ruled the misogynistic and medieval Taliban over the Afghan people because of their strategic goals and interests in the region. Today, the United States and NATO are partners in and responsible for the humanitarian catastrophe and oppression of Afghan women and girls by the Taliban.

The fact is that the hijab and clothes of girls in all past eras have been completely Islamic and in accordance with the customs and culture of Afghan societies. But with this trick, the Taliban have taken millions of Afghan women and girls hostage to extort concession from the so-called international community. By their misogynistic actions, they intend to pressure the « international community » to recognize the Taliban government and release nearly $ 10 billion of Afghanistan’s frozen assets. But

the Taliban’s discriminatory treatment of women and girls cannot be resolved by recognizing their government and releasing frozen money. Because the Taliban’s thinking and approaches are based on Islamic law, which they interpret in their own way.
According to Islamic law, women do not have equal rights as men. Polygamy, marriage under the age of girls, sexual apartheid and gender based violence, and the low status of women in the family and society are rooted in Islamic texts and teachings. It is clear that the Taliban and patriarchal regimes fear that women and girls become literate and aware. Because if girls become aware, they will demand equal rights and fight against captivity, polygamy, sexual apartheid, child marriage, gender based discrimination and barbarism.

The Taliban believe that girls should not study more than sixth grade. Because they cause moral corruption! According to the Taliban, 9-, 10- and 12-year-old girls are adults and should be given to their husbands!

Therefore, the Taliban know that if women become literate and knowledgeable, then they do not want to be confined within the home. They want to work outside the home and earn money. Because women can be freed from the bondage of men by gaining financial independence and fight for equal rights and freedoms.

The Taliban may be able to block girls’ education for months or years under various pretexts, or make Afghanistan’s curriculum religious and unscientific, but given the level of awareness and awakening of women, especially in cities, there is a strong potential for resistance and struggle to challenge and overthrow the misogynistic and medieval tyranny of the Taliban or any religious and non-democratic system.

The people of Afghanistan have no hope of help from the so-called international community in the face of the economic crisis and the catastrophic violation of women’s rights in Afghanistan, but hold them responsible for this horrible situation. The people of Afghanistan rely only on the progressive forces of the left, democratic, secular and the « Spontaneous Movement of Protesting women », which, with the solidarity of workers and women in other parts of the world, can pave the way towards a society free of oppression, exploitation, gender- based discrimination and equal rights to women.

Left Radical of Afghanistan (LRA)
April 2022

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x