Aller à…
RSS Feed

Insurgés armés syriens n’ont pas de place au Liban


L’équipe du site
Demander à l’Etat libanais de protéger les dissidents de l’Armée syrienne libre et de loger les bandes armées arabes qui combattent le régime syrien, n’est plus de l’ingérence mais de l’arrogance!

Telles ont été les exigences de Mme l’ambassadrice des Etats-unis au Liban, Maura Connelli de la part du gouvernement libanais..

Or la réponse de ce dernier ne s’est pas faite attendre.. pour ne pas dire les réponses:

-d’abord à travers , le Conseil des ministres qui a exprimé son appui au rôle joué par les institutions de sécurité pour le contrôle des frontières et la préservation de la stabilité au pays. Mais, surtout qui a  » rappelé les commissions diplomatiques en mission au Liban la nécessité de respecter la Convention de Vienne, ainsi que les institutions et les lois libanaises, pour travailler dans le cadre des lois internationales régissant les relations entre les Etats »;

-puis à travers le ministre des Affaires étrangères libanais, Adnane Mansour, qui a souligné que  » nul ne peut dicter au Liban une attitude car il se comporte conformément à ses intérêts « .

Et d’ajouter qu’il n’est pas question de fournir un soutien à des éléments armés, venant de la Syrie, sur le territoire libanais pour éviter « un nouveau camp Achraf au Liban », dans une allusion au camp des opposants iraniens des Moujahidines du peuple, situé en Irak.

-Enfin à travers « le président de la République Michel Souleiman qui a appelé le haut Conseil de la Défense à se réunir demain jeudi à Baabda pour évaluer la situation et donner les directives nécessaires pour garantir la stabilité et empêcher tout éventuel chaos ».

A ce titre, le ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel, a affirmé dans une interview accordée à la radio Voix du Liban, que le Conseil de la Défense qui se réunira ce jeudi, discutera l’interdiction de l’infiltration des personnes armées de la Syrie au Liban et vice-versa.

Il a considéré que « la fermeture des frontières à Arida est très difficile sauf au passage des personnes armées « .

De son côté, l’ancien ministre Wiam Wahhab a affirmé que Mme Connelly « cherche à affaiblir le Liban en exploitant le clivage politique » dans le pays.