Aller à…
RSS Feed

Irak: le Courant sadriste et les Brigades Ahl al-Haq se rencontrent pour « éviter un conflit inter-chiite »


Publié par Gilles Munier sur 13 Février 2022, 14:13pm

Catégories : #Irak

Par la rédaction d’Al Manar (11/2/22)*

Les deux délégations représentant le courant sadriste et les Brigades Ahl al-Haq se sont finalement rencontrées ce vendredi 11 février dans la province de Maysan pour éviter un conflit chiite-chiite, tel que l’a appréhendé sayed Moqtada Sadr.

Cette rencontre devrait surtout mettre fin à une série d’assassinats qui ont été perpétrés ces deux dernières semaines dans cette province située à l’est du pays, près de la frontière avec l’Iran et qui est le foyer du courant sadriste.

Cette série d’assassinat avait commencé le 2 février, avec l’élimination d’un officier du ministère de l’Intérieur, Houssam al-Alyawi. Il est le frère de Wissam al-Alyawi, un dirigeant des Brigades Ahl al-Haq qui avait été tué durant les manifestations qui ont éclaté en 2019 dans cette province. La mort de Houssam avait irrité le chef des Brigades, cheikh Qaïs Khazaali qui a demandé à sayed Sadr de dénoncer ses assassins.

Le 5 février, c’est le juge Ahmad Fassil qui a été assassiné. Il était expert dans les affaires de trafic de drogue dans la Cour d’appel de Maysan.

Et puis, le mercredi dernier, un activiste du courant sadriste, Karrar Abou Raghif avait été tué lorsque des inconnus ont ouvert le feu sur lui et son épouse.

Depuis, les tractations se sont accélérées dans cette province où se pointait la crainte de l’éclatement d’un conflit entre ses tribus qui sont toutes armées.

Le Premier ministre irakien a fait en personne le déplacement vers cette province, à la fin de la semaine passée, à la tête d’une délégation sécuritaire.

Et puis le chef de la force al-Qods des gardiens de la révolution iranienne le général Esmail Qaani a entrepris ses efforts de médiation, et rencontré tous les responsables irakiens concernés par cette escalade, dont sayed Moqtada Sadr.

Le jeudi 10 février, aussi bien ce dernier que Cheikh Khazaali ont formé leur comité de coopération avec pour objectifs de dévoiler l’identité des auteurs des attentats à Maysan.

Sayed Sadr a insisté sur la nécessité d’éviter « une guerre inter-chiite ». Dans un communiqué, il avait menacé de se distancier sans hésitation des deux délégations, dont la sienne et de laisser le libre champ à la justice pour qu’elle suive son cours mettant en garde contre tout recours à la violence.

« Certains voudraient allumer une guerre chiite-chiite et menacer hélas la paix civile », avait averti sayed Moqtada Sadr.

Quant à cheikh Khazaali, il a mis en garde les habitants de Maysan « contre un projet de zizanie destinée a semer la discordes entre les enfants de la même patrie, de la même communauté et de la même province ».

A l’issue de leur rencontre ce vendredi, les deux délégations ont publié un communiqué commun dans lequel elles ont condamné tous les crimes commis dans la province, et ont affiché leur plein soutien à la justice et aux services de sécurité pour assumer leurs responsabilités, imposer la loi et mettre un terme aux crimes ».

Le texte a indiqué « qu’il faut garder la même distance avec tous les protagonistes et poursuivre le travail de la commission ainsi que les investigations pour dévoiler les assassins et les traduire en justice ».

Il semble que les deux parties ont nié leur implication dans ces assassinats dont les auteurs pourraient très bien appartenir à une 5ème colonne. Ce que n’exclut pas le chef de la coalition Badr qui représente le Hachd al-Chaabi au sein du parlement irakien, Hadi al-Amiri qui ne cesse de rappeler que des millions de dollars sont dépensés en vue d’un conflit fratricide non seulement au sein de la communauté chiite, mais aussi entre toutes les composantes du peuple irakien…

*Source : Al Manar

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x