Aller à…
RSS Feed

Irak : L’ennemi juré des États-Unis, Muqtada al-Sadr, crée le chaos au Parlement


Irak : L’ennemi juré des États-Unis, Muqtada al-Sadr, crée le chaos au Parlement

Publié par Gilles Munier sur 28 Juillet 2022, 07:36am

Catégories : #Irak

Les partisans de Moqtada al-Sadr investissant le Parlement (27 Juillet 2022 – AFP)

Le religieux chiite radical a trouvé un moyen de potentiellement gâcher le système imposé par Washington il y a deux décennies. Et après ?

Par Steven Simon (revue de presse : Les Crises – 26/7/22)*

L’Irak en est à son huitième mois d’une crise politique déclenchée par la tentative d’un leader chiite, Moqtada Sadr, de démanteler le système politique en place depuis la deuxième guerre du Golfe.

Cette confrontation prolongée entre un prédicateur radical, ses alliés tactiques sunnites et kurdes, et le reste des partis politiques irakiens – qui a atteint son apogée la semaine dernière lorsque lui et ses alliés ont quitté le parlement – menace de déchirer le pays.

Lorsque les États-Unis ont occupé l’Irak en 2003, ils ont pris des mesures spectaculaires qui ont refondu l’État post-Saddam. Comme l’a indiqué L. Paul Bremer, le consultant en gestion installé par l’administration Bush à la tête de l’Irak, à son personnel avant son arrivée à Bagdad : « Il est souhaitable que mon arrivée en Irak soit marquée par des mesures claires, publiques et décisives. Celles-ci devraient renforcer les messages de notre politique générale et rassurer les Irakiens sur notre détermination à éradiquer le saddamisme. »

Ces mesures claires, publiques et décisives comprenaient la dispersion de dizaines de milliers de soldats et de fonctionnaires instantanément sans emploi dans tout l’Irak, la dépossession de nombreux Irakiens sunnites et l’établissement d’un système politique fondé sur l’identité sectaire plutôt que sur l’orientation politique. Un membre de l’establishment de Washington désintéressé a cru – ou fait semblant de croire – à l’affirmation de George W. Bush selon laquelle la « mission était accomplie » par la défaite d’une armée qui, pour la plupart, avait été démantelée avant l’entrée des États-Unis à Bagdad.

Bremer n’a donc pas été contraint par un système inter-agences fonctionnel dans son pays ou par une connaissance de la société, de la politique ou de l’histoire irakiennes sur le terrain. Le saddamisme, quel que soit le sens qu’il lui donnait, n’était qu’un produit de son imagination.

Les premiers résultats des mesures décisives de Bremer sont apparus très tôt. Le fait de répandre dans les villes irakiennes des jeunes hommes et d’anciens officiers en colère a alimenté une insurrection qui s’est transformée en une véritable guerre civile. « L’extirpation » du saddamisme a pris la forme d’une dé-baathification, un procédé absurde qui rappelle la dénazification de l’Allemagne vaincue après la guerre. Dans le cas de l’Irak, elle a instantanément éradiqué toute capacité administrative que l’État irakien possédait encore, forçant la population à s’en remettre à des entrepreneurs – les seigneurs de la guerre – qui assuraient la sécurité et les biens publics sur une base sectaire.

Le coup final, à savoir l’attribution par Bremer des responsabilités ministérielles et de la direction politique en fonction de l’affiliation sectaire, a mis plus de temps à handicaper le fonctionnement de l’Irak après l’invasion. Ce système de quotas sectaires, qui ne relève pas de la politique traditionnelle de l’Irak, mais plutôt de celle du Liban, est à l’origine de la crise actuelle de l’Irak.

Le problème de cet arrangement politique est qu’il incite les participants à former des cartels qui exploitent les ressources de l’État et les utilisent pour leur enrichissement personnel et les réseaux de soutien qui les maintiennent au pouvoir. Il incite également les participants à perpétuer des critères sectaires pour l’organisation politique et l’accès aux fonds publics. Pour les dirigeants politiques, c’est une chose magnifique. Le seul bien public à fournir est l’identité sectaire et le flux de fonds qui en découle. L’élaboration de politiques n’est pas une exigence, et encore moins leur mise en œuvre

En outre, dans le cas des partis chiites, par exemple, les services sociaux, les soins de santé, les infrastructures municipales peuvent tous être privés de financement par des dirigeants qui disent à leurs électeurs que l’argent doit être détourné vers la lutte contre le revanchisme sunnite et le séparatisme kurde. L’intérêt commun des partis politiques irakiens à maintenir ce système de répartition sectaire, connu sous le nom de muhasasa ta’ifiya, est profond et se perpétue. D’où la formation fréquente de gouvernements de consensus après les élections nationales. Dans ce système de répartition, seul un imbécile choisirait d’être dans l’opposition.

Lorsque les élections ont eu lieu l’automne dernier, le cycle habituel de consensus ne s’est pas produit. Muqtada al-Sadr, un religieux chiite trumpien, joker de la politique irakienne et chef d’un mouvement social culte, a déclaré que sa large part de sièges parlementaires lui permettait de former un gouvernement majoritaire avec un parti kurde et sunnite.

Son programme a provoqué des secousses pour deux raisons. La première, bien sûr, était la menace pour les intérêts des partis qui seraient poussés dans l’opposition. Ils seraient, en effet, coupés des ressources de l’État qui leur permettaient de survivre et de prospérer. Et la transformation du système de répartition sectaire en une politique parlementaire conventionnelle les obligerait à se faire concurrence pour attirer les électeurs sur la base de leur capacité à livrer la marchandise.

Ils y voient également une dictature en gestation, dans laquelle Sadr, à la tête d’un gouvernement majoritaire, engloutirait et dévorerait tous les autres acteurs. Que ces craintes soient fondées ou non, Sadr, un islamiste chiite fanatique, semble être étrangement en phase avec de nombreux Irakiens aux racines ethniques ou sectaires diverses, qui ont dépassé ces marqueurs d’identité comme murs entre les communautés. Mais, comme aux États-Unis, il existe un « écart de représentation », où les élites qui dominent la politique électorale sont plus à droite ou à gauche de leurs électeurs. En Irak, cette situation a fait chuter le taux de participation à des niveaux records.

Deuxièmement, la manœuvre de Sadr visait à diviser le front chiite. Jusqu’à présent, les partis chiites avaient défilé plus ou moins sous une bannière commune. Il y a eu au moins une exception majeure, pendant le mandat de Nouri al-Maliki en 2008, lorsque l’armée a été envoyée à Bassora, dans le sud de l’Irak, pour réprimer un défi lancé par nul autre que la milice de Sadr.

Comme au Liban, l’unité chiite en Irak n’a jamais été prédestinée. Maliki est apparu comme un acteur au sein du parti Dawa, qui a une longue histoire de résistance à Saddam et bénéficie du soutien de l’Iran. De nombreux chiites vénèrent l’ayatollah Sistani dans la ville sainte de Najaf. Le parti Badr, qui est également étroitement aligné sur l’Iran, compte un nombre important de partisans. L’Armée du Mahdi de Sadr, rebaptisée Les Compagnies de la paix en 2018, est férocement dévouée à Sadr. Et il existe une congrégation de Forces de mobilisation populaire (PMF) chiites, dont Kata’eb Hizballah et Asa’eb Ahl al Haq, qui sont également associées à l’Iran.

Malgré des programmes différents, des degrés de proximité avec l’Iran, des attitudes envers les États-Unis ou d’autres sujets de discorde, les groupes politiques chiites ont eu tendance à s’unir dans le processus de formation du gouvernement. L’Iran a favorisé ce modèle et l’a fortement encouragé car il a facilité l’influence de Téhéran sur la plus grande partie de l’électorat irakien.

Le pari de Sadr impliquait une coalition de son parti, des sunnites suivant Mohammad Halbousi de la province d’Anbar, et de Masoud Barzani, chef du Parti démocratique kurde. Ensemble, ils avaient les voix nécessaires pour forcer le Cadre de coordination, une coalition du parti de Maliki, de l’Alliance Fatah de Haider al-Amiri, du PMF et d’un assortiment de petits acteurs à s’opposer.

Mais Sadr s’est heurté à deux obstacles. Tout d’abord, le cadre n’était pas disposé à céder. Cela était dû en partie à la pression iranienne, et en partie au fait qu’ils assimilaient le statut d’opposition à une perte existentielle. Ensuite, la Cour suprême a voté l’application de l’article 70 de la Constitution, qui stipule que la présidence d’un gouvernement nouvellement formé doit être approuvée par deux tiers de l’Assemblée consultative, ou parlement. Comme la coalition de Sadr, aussi forte soit-elle, n’a pas pu réunir les deux tiers des voix du Parlement, elle n’a pas pu nommer de président et n’a donc pas pu former de gouvernement.

Sadr a fait face à ce revers apparemment fatal en faisant démissionner les représentants de son propre parti pendant les vacances parlementaires actuelles, ce qui a mis un terme au processus de formation.

À ce stade, personne ne sait vraiment ce qui va se passer. Dans un scénario, Sadr reconnaît sa défaite et accepte de participer à un gouvernement de consensus, gardant peut-être ses munitions jusqu’aux prochaines élections. Un nouveau président est nommé, qui nomme à son tour un premier ministre sans envergure, sans lien avec la sphère politique. Cette description correspond au premier ministre actuel, Mustafa al-Khadimi, et à son prédécesseur, Adel Abd al Mahdi.

Dans un autre scénario, plus sombre, Sadr ne réintègre pas les représentants sadristes au Parlement, paralysant ainsi le processus législatif, et, au lieu de cela, envoie ses partisans armés dans la rue pour imposer un changement systémique. Ce scénario serait particulièrement dangereux car il coïnciderait probablement avec une résurgence des manifestations massives de Tishreen de 2019, que les sadristes ont contribué à réprimer. Le dimanche 19 juin, il faisait 47º. L’électricité n’est disponible que par intermittence. Les nerfs seront à vif. Les conditions de la violence sont évidentes.

Alors que la tension est palpable, les observateurs se demandent ce que le stratagème de Sadr signifie pour les États-Unis, qui ont un petit nombre de troupes en Irak, mais qui fournissent un soutien vital à des éléments clés des forces armées irakiennes, tout en essayant d’endiguer l’influence iranienne omniprésente dans tout le pays. Certains observateurs tirent un réconfort de l’apparente défiance de Sadr envers l’Iran, le considérant comme un signe de la diminution du rôle de l’Iran en Irak et comme un allié tacite. Il peut y avoir une part de vérité dans cette affirmation. Mais sa volonté d’aller à l’encontre des préférences de l’Iran ne le qualifie pas de membre d’une quelconque coalition anti-iranienne.

Il serait erroné de considérer ses objectifs, dans la mesure où ils sont perceptibles, comme étant liés aux intérêts américains. Il joue son propre jeu typiquement irakien. Il y a cependant une ironie dans ces développements, qu’un haut fonctionnaire américain a formulée en privé de la manière suivante : Il était temps que les Irakiens se débarrassent du système Muhasasa dont les États-Unis ont affligé l’Irak il y a deux décennies. Le fait que ce soit Muqtada al-Sadr, un adversaire acharné des États-Unis, qui prenne cette initiative suscite une profonde ambivalence.

*Source : Les Crises

Version originale: Responsible Statecraft, Steven Simon, 22-06-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Sur le même sujet, lire aussi :

Législatives 2018 : l’Irak, pays ingouvernable ? par Gilles Munier

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x