Aller à…
RSS Feed

Les États-Unis tiennent absolument à faire de la Chine un ennemi


les 7 du quebec :

Les États-Unis tiennent absolument à faire de la Chine un ennemi

Robert Bibeau

Juil 26

par Moon of Alabama.

L’industrie de l’armement américaine a besoin d’ennemis. Sans ceux-ci, il est difficile de justifier un budget de guerre en constante augmentation. L’ennemi le plus lucratif, outre la Russie, est bien sûr la Chine.

Mais il y a un problème. La Chine n’a aucun intérêt à être un ennemi des États-Unis et certainement pas à être l’ennemi numéro 1. À ses yeux, cela ne fait qu’absorber des ressources qui seraient mieux utilisées ailleurs. (Le bulletin Moon of Alabama mystifie ici la dialectique concurrentielle du système économique et politique capitaliste qui pousse les différentes puissances les unes contre les autres pour l’accaparement des sources de matières premières – d’énergie – de moyens de production (force de travail) et des marchés ou réalisés la plus-value et les profits. Ces lois incontournables du mode de production capitaliste s’imposent au grand capital occidental et au grand capital asiatique et chinois. NDÉ).
C’est la raison pour laquelle la Chine évite de discuter avec les États-Unis de sujets militaires et stratégiques.

Le chroniqueur de la CIA, David Ignatius, s’en désole :

« La Chine veut « réduire les malentendus » avec les États-Unis. Elle pourrait commencer par dialoguer

L’ambassadeur chinois, Qin Gang, a assuré cette semaine lors d’une réunion de politique étrangère que Pékin souhaitait « réduire les malentendus et les erreurs de calcul » avec les États-Unis. Si c’est vrai, pourquoi la Chine continue-t-elle de résister à une proposition américaine de discuter de la « stabilité stratégique » entre les deux pays de plus en plus en compétition ? »

Qu’est-ce que des discussions sur la « stabilité stratégique » ont à voir avec la réduction des malentendus et des erreurs de calcul ? Ce dernier objectif peut être atteint dans le cadre de discussions très simples et de bas niveau entre ambassadeurs ou politiciens. Ils n’ont rien de « stratégiques ».

« Le président Biden a déclaré mercredi, avant l’annonce du diagnostic de sa maladie, qu’il s’attendait à s’entretenir avec le dirigeant chinois Xi Jinping dans les dix prochains jours. Un haut responsable de l’administration a indiqué que le président insisterait à nouveau sur les risques que pourraient subir leur relation et sur la nécessité d’établir une meilleure communication. Mais, jusqu’à présent, le responsable a déclaré que les Chinois « n’ont pas accepté » la proposition des États-Unis concernant les pourparlers sur la stabilité ».

Les Chinois ne voient pas et ne veulent pas d’instabilité, il n’y a donc pas besoin d’en parler. Ce qu’ils voient, c’est une astuce américaine qui permettrait de désigner la Chine comme un « ennemi ».

Le paragraphe suivant d’Ignatius le démontre :

« Cette difficulté à développer un dialogue sino-américain sur les questions stratégiques a frustré l’administration Biden. Une leçon importante de la guerre froide est que les superpuissances dotées d’armes nucléaires doivent communiquer pour éviter des erreurs dangereuses. Mais la Chine a résisté aux pourparlers sur la maîtrise des armements alors même qu’elle développait son arsenal nucléaire et, par conséquent, elle n’a pas appris un langage commun pour la gestion des crises, au contraire de l’Union soviétique à l’époque ».

La Chine n’est pas en guerre froide avec les États-Unis. Elle ne se considère pas comme un ennemi des États-Unis. Il n’y a donc aucune raison de parler en langage de guerre froide :

« Biden a proposé ces entretiens pour la première fois lors d’un sommet virtuel avec M. Xi en novembre dernier, déclarant que les deux pays avaient besoin de « garde-fous de bon sens pour s’assurer que la concurrence ne dégénère pas en conflit », selon une déclaration de la Maison Blanche à l’époque. Les points à l’ordre du jour de ces discussions comprendraient l’élargissement d’un accord de 1998 visant à éviter les incidents maritimes, des mesures visant à éviter les activités militaires dangereuses, ainsi que des plans pour une ligne d’assistance téléphonique et d’autres mesures de communication de crise, a déclaré le responsable de l’administration ».

S’il y avait plus d’accords contre les incidents et les activités militaires, les États-Unis seraient-ils plus ou moins agressifs dans leur action contre la Chine ?

Pourquoi les États-Unis veulent-ils une ligne directe et une communication de crise ? Cela ne les aideraient-ils pas à provoquer plus d’incidents qu’ils n’osent le faire sans eux ?

« Plutôt que d’adopter ce que l’ancien Premier ministre australien et spécialiste de la Chine, Kevin Rudd, appelle la « concurrence stratégique gérée », dans un nouvel article du Foreign Affairs, Pékin insiste pour que les États-Unis reviennent à leurs anciennes politiques d’engagement de soutien, qui ont facilité l’ascension de la Chine. Comme presque tous les autres diplomates chinois que j’ai rencontrés au cours de la dernière décennie, Qin a souvent répété l’expression « coopération gagnant-gagnante », que la Chine considère comme une panacée pour ses relations de plus en plus tendues avec Washington ».

Qu’y a-t-il de mal à une « coopération gagnant-gagnante » ? Pourquoi la remplacer par une « concurrence stratégique » ?

« En tant que superpuissance, la Chine veut jouer sur les deux tableaux : montrer ses muscles sans être perçue comme une brute. Xi a été explicite dans ses plans « Made in China 2025 » visant à dominer les principales technologies. Mais la Chine « a du mal à reconnaître que la relation [avec les États-Unis] est compétitive », a déclaré le haut fonctionnaire de l’administration. Au lieu de cela, elle répond aux critiques des États-Unis et des puissances régionales asiatiques avec un ton blessé, comme pour dire « Qui, nous ? ». »

Beaucoup de pays ont beaucoup de projets pour avoir une position dominante dans les principales technologies. Les Pays-Bas (et l’Allemagne) ont une telle domination dans la lithographie à ultraviolets extrêmes (EUV), nécessaire à la fabrication des puces informatiques modernes, ainsi que dans plusieurs autres domaines. D’autres pays, la France, la Corée du Sud, le Japon, la Russie, les États-Unis, ont d’autres secteurs industriels dans lesquels ils sont dominants au niveau mondial. C’est là le fonctionnement normal du capitalisme mondial, dans lequel les pays cherchent à faire de leur mieux, non pas dans tous les domaines, mais dans ceux où ils sont les meilleurs.

« L’élaboration d’une politique sino-américaine forte et durable reste le plus grand défi à long terme de l’administration Biden, malgré les préoccupations actuelles liées à la guerre en Ukraine. Pékin est le seul concurrent qui pourrait véritablement défier les États-Unis sur le plan militaire, estiment les responsables. Mais l’Ukraine a compliqué la politique américano-chinoise – pour les deux parties ».
Nous en venons maintenant au fait. Comment la Chine pourrait-elle véritablement défier les États-Unis militairement ?

En envahissant le Mexique et le Canada ou avec une grande force de débarquement qui menace Los Angeles et New York ? Pourquoi la Chine voudrait-elle faire cela ?

« Xi a été surpris que l’administration Biden, dont les Chinois s’attendaient à ce qu’elle soit faible et inefficace à l’étranger, ait été capable de rallier un soutien mondial à l’Ukraine. (sic) Mais malgré la crainte de Xi d’encourir des sanctions, il reste fermement aligné sur le président russe Vladimir Poutine, a déclaré le haut fonctionnaire de l’administration. Les espoirs que la guerre puisse encourager une rupture entre Pékin et Moscou étaient exagérés ».

Ignatius a oublié de prendre ses médicaments. Son « soutien mondial » se restreint à l’OTAN, l’UE et la coopération en matière d’espionnage entre les five eyes. Il s’agit d’environ 34 pays sur les 193 États membres de l’ONU. Pourquoi quelqu’un s’attendait-il à ce que la Chine n’adopte pas la position neutre adoptée par la majorité ? Ceux qui l’ont pensé devraient être renvoyés à l’école pour apprendre un peu de rationalité.

Assez avec ce gloubi-boulga. Ignatius, comme beaucoup d’autres personnes dans la bulle de Washington DC, ne comprend pas la Chine et ne fait aucun effort pour la comprendre. Ces personnes ne font que refléter ce qu’elles pensent que les États-Unis feraient et le projettent sur un pays qui pense de manière très différente.

Elbridge Colby est un autre exemple de ces « analystes » :

« Dans son ouvrage The Strategy of Denial, Elbridge Colby propose un plan pour contenir et combattre la montée en puissance de la Chine afin de préserver la liberté, la prospérité et la sécurité des Américains – l’accent étant mis sur la sécurité. L’argument repose sur une vision très spécifique des plans de la Chine, que Colby ne tente pas de relier à la politique ou à la stratégie chinoise réelle, pour atteindre l’hégémonie en Asie de l’Est. Les prescriptions qui en résultent, bien qu’elles aient été louées par certains, sont fatalement erronées. …

Colby, secrétaire adjoint à la défense pour la stratégie et le développement des forces de 2017 à 2018, estime que la Chine pourrait poursuivre une « stratégie ciblée et séquentielle » de « menaces ou de guerre réelles contre des membres isolés de la coalition », en commençant par Taïwan. Il craint que Pékin ne le fasse d’une manière qui ne déclenche pas de guerre régionale mais qui aboutisse à l’hégémonie chinoise en Asie. …

Pour éviter cela, Colby pense que les États-Unis doivent poursuivre une « stratégie de déni » afin de préserver leur domination en Asie. »

Le problème est qu’il n’existe aucune preuve de l’existence d’une véritable « politique ou stratégie chinoise visant à atteindre l’hégémonie en Asie de l’Est ».

Colby ne fournit aucun indice à ce sujet. Il a inventé cette « menace » parce qu’il pense que c’est ce que les États-Unis feraient s’ils étaient la Chine.

« Le défaut le plus flagrant est que Colby se base sur ce qu’il pense que la stratégie de la Chine devrait être, et non sur les indices de ce qu’elle est réellement. Il s’agit là d’une approche particulièrement mauvaise de l’analyse, car elle permet d’introduire facilement des biais ou de la spéculation dans les prévisions du comportement de l’adversaire. …

Une bonne stratégie de défense nécessite de comprendre comment l’adversaire prévoit de se battre. Pourtant, il ne s’engage pas dans la doctrine militaire chinoise, la pensée stratégique chinoise ou le débat robuste aux États-Unis sur la stratégie et les ambitions de la Chine. Au lieu de cela, il soutient qu’en raison de l’incertitude concernant la stratégie de la Chine, les États-Unis devraient simplement se concentrer sur la « meilleure stratégie » de la Chine pour gagner l’Asie. Selon Colby, « la meilleure stratégie d’un État ne dépend pas en fin de compte de ce que ses dirigeants pensent qu’elle est« , car elle est liée à la « réalité objective ». »

L’analyse de Colby est totalement erronée.

« Construire une réponse en fonction de la « meilleure stratégie » d’un adversaire, c’est aussi avoir beaucoup plus de chances de ne pas voir ce que fait réellement cet adversaire. Colby défend son approche consistant à élaborer une stratégie basée sur la « meilleure » stratégie de la Chine en affirmant que « vaincre une mauvaise stratégie est plus facile et moins coûteux que vaincre une bonne stratégie ». Par conséquent, si les États-Unis se préparent à la meilleure stratégie de la Chine, toute stratégie chinoise réelle devrait être encore plus facile à gérer. …

En réalité, la posture de défense et les investissements nécessaires pour vaincre la « meilleure » stratégie d’un adversaire pourraient être sensiblement différents de ceux nécessaires pour vaincre la deuxième meilleure stratégie d’un adversaire. »

Le livre de Colby ne porte pas sur la stratégie, mais sur le fait de dépenser autant d’argent que possible pour une position américaine d’agression envers la Chine :

« Colby propose qu’une coalition dirigée par les Américains impose à la Chine une stratégie de déni, bloquant la capacité de la Chine à traverser les 80 miles du détroit de Taïwan. Comment mettre la cloche sur le chat ? … « Les forces de défense opérant à partir d’une posture de force distribuée et résiliente, dans tous les domaines de combat, pourraient utiliser une variété de méthodes pour émousser l’invasion chinoise dans les airs et les mers entourant Taïwan. » …

Les États-Unis et leurs alliés pourraient « chercher à neutraliser ou à détruire les navires de transport et les avions chinois avant qu’ils ne quittent les ports ou les pistes d’atterrissage chinois. Les défenseurs pourraient également essayer d’obstruer les ports clés, de neutraliser les éléments clés du commandement et du contrôle chinois… Et une fois que les forces chinoises sont entrées dans le détroit, les forces américaines et les forces de défense pourraient utiliser diverses méthodes pour neutraliser ou détruire les navires de transport et les avions chinois. » …

Colby laisse parler son imagination pour les moyens que nous pourrions employer ici. »

Comme le premier critique du livre de Colby, celui-ci critique également sa position de départ, non basée sur les faits :

« Ce n’est pas tant que Colby donne les mauvaises réponses. C’est qu’il ne pose pas de questions pertinentes sur les intentions et les capacités technologiques de la Chine. Au lieu de cela, il nous offre un pastiche de généralités qui obscurcissent plutôt qu’elles ne clarifient les questions stratégiques en jeu. …

En bref, Colby dépeint la Chine comme une puissance expansionniste désireuse d’absorber des territoires, citant à une demi-douzaine d’occasions les prétendues visées chinoises sur les Philippines et Taïwan – comme si l’intérêt de la Chine pour les Philippines était équivalent à son intérêt pour Taïwan. »

Utiliser des ordures ne pouvant produire qu’une ordure, agrémenté de fantasmes militaristes, tout cela ne constitue pas une bonne stratégie.

Le problème est que dans la prochaine administration républicaine, Colby aura probablement un autre poste élevé au Pentagone.

Du coup, ses stupides analyses sont un danger pour le monde entier.

source : Moon of Alabama

traduction Wayan, relu par Hervé, pour Le Saker Francophone

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x