Aller à…
RSS Feed

Israël accusé « d’apartheid »: mise en cause « antisémite » ou réalité indéniable?


France
Israël accusé « d’apartheid »: mise en cause « antisémite » ou réalité indéniable?
20:02 02.02.2022
heurts entre Palestiniens et police israélienne à Jérusalem – Sputnik France, 1920, 02.02.2022
© AFP 2021 AHMAD GHARABLI

Hakim Saleck – Sputnik France

Pour la seconde fois, Israël est accusé par une ONG internationale de mener une politique « d’apartheid » envers le peuple palestinien. Une réalité pour les uns, une accusation « mensongère, biaisée, antisémite » pour les autres. Regards croisés.
« Le gouvernement israélien commet un crime contre l’humanité en pratiquant une politique d’apartheid contre les Palestiniens et doit être tenu pour responsable », n’a pas craint d’écrire ce 1er février l’ONG Amnesty International dans un rapport de 280 pages, fruit de quatre années de travail.
Sur la « base d’une analyse juridique et d’une enquête de terrain minutieuses », l’ONG affirme démontrer que le « système d’oppression et de domination institutionnalisé » israélien « correspond à la définition juridique de l’apartheid. » C’est la deuxième fois qu’une ONG internationale présente une accusation de ce type. Au mois d’avril 2021 déjà, Human Rights Watch (HRW) avait elle aussi dénoncé dans un rapport de 213 pages les « crimes contre l’humanité d’apartheid et de persécution commis par les autorités israéliennes. »

« L’occupation israélienne tue et détruit »
Juridiquement, l’apartheid « est un système d’oppression et de domination d’un groupe racial sur un autre, institutionnalisé à travers des lois, des politiques et des pratiques discriminatoires. Par ailleurs, le crime d’apartheid suppose la commission d’actes inhumains, dans l’intention de maintenir cette domination. » Historiquement, le terme d’apartheid désigne le régime de ségrégation raciale mis en place par l’État sud-africain entre 1948 et 1991.
Pour le journaliste palestinien Mohamed El-Saïf, il n’y a pas de différence entre le sort réservé aux Sud-Africains noirs et celui réservé aux Palestiniens.
« La décision d’Amnesty d’accuser l’État israélien de crime d’Apartheid est tout à fait correcte et justifiée. L’occupation israélienne tue et détruit des maisons palestiniennes tous les jours et déplace de nombreuses familles par la force », indique-t-il au micro de Sputnik.
« la vie est dure », nous confie ce jeune homme d’une vingtaine d’années. Mais il arrive à survivre en réalisant des piges ici et là pour des médias étrangers. Pour les plus démunis, nous explique Mohamed, la situation est plus compliquée: « il y a d’autres familles qui n’ont ni argent, ni médicaments, ni logement à cause du siège israélien. » Début 2018, 29,2% de la population palestinienne vivait sous le seuil de pauvreté (13,9% en Cisjordanie et 53% à Gaza).
La vie est rude dans la bande de Gaza, où la photo ci-dessus a été prise par Mohamed El-Saïf. – Sputnik France, 1920, 02.02.2022
La vie est rude dans la bande de Gaza, où la photo ci-dessus a été prise par Mohamed El-Saïf.

© Sputnik
Dans la bande de Gaza, la zone urbaine plus densément peuplée du monde, le chômage atteint 60% chez les jeunes. Néanmoins, que ce soit à Gaza ou en Cisjordanie, « l’occupation israélienne », comme il l’appelle systématiquement, « déteste la notion de Palestine, déteste le drapeau palestinien et déteste les citoyens palestiniens eux-mêmes. » Il y a selon lui une réelle dimension ethnique à ce conflit.
Ce cliché pris au niveau du mur de séparation à Bethléem, en Cisjordanie, montre une peinture réalisée par un Palestinien représentant un soldat de Tsahal avec la cagoule pointue blanche du Ku Klux Klan. Un groupe extrémiste et suprémaciste américain, connu pour avoir longtemps persécuté et tué les populations afro-américaines. Elle symbolise aux yeux de Mohamed El-Saïf la dimension ethnique du conflit israélo-palestinien. – Sputnik France, 1920, 02.02.2022
Ce cliché pris au niveau du mur de séparation à Bethléem, en Cisjordanie, montre une peinture réalisée par un Palestinien représentant un soldat de Tsahal avec la cagoule pointue blanche du Ku Klux Klan. Un groupe extrémiste et suprémaciste américain, connu pour avoir longtemps persécuté et tué les populations afro-américaines. Elle symbolise aux yeux de Mohamed El-Saïf la « dimension ethnique » du conflit israélo-palestinien.

© Sputnik
Un rapport « mensonger, biaisé, antisémite »
Dans son rapport, Amnesty International se fait l’écho des voix palestiniennes et les fonde juridiquement. L’ONG entend ainsi apporter les preuves, au regard du droit international, de la manière dont Israël a adopté des lois et des pratiques qui « visent à maintenir un système cruel de contrôle sur les Palestiniens, les ont laissés fragmentés géographiquement et politiquement, souvent appauvris et dans un état constant de peur et d’insécurité ». Et ce, autant à Gaza, qu’en Cisjordanie ou en Israël, précise le rapport.
Des accusations biaisées et politiques, affirme la diplomatie israélienne. Avant même la parution du document, Tel-Aviv a ainsi balayé du revers de la main les accusations de l’ONG, en particulier celle de crime d’apartheid. Israël a évoqué un document « mensonger, biaisé, antisémite », déclarant que l’organisation mettait en danger les Juifs du monde entier. « Le rapport d’Amnesty sert de feu vert… à tous ceux qui veulent nuire non seulement à Israël, mais aux Juifs du monde entier », a indiqué lundi un communiqué diffusé par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
Armée israélienne – Sputnik France, 1920, 29.12.2021
Les soldats israéliens auraient désormais « un permis de tuer » les Palestiniens
29 Décembre 2021, 19:00
Pour sa part, le chef de la diplomatie, Yair Lapid, a reconnu qu’Israël « n’est pas parfait. » Toutefois, l’État hébreu reste selon lui « une démocratie attachée au droit international, ouverte à la critique. » Pour le diplomate, l’accusation résulte peut-être d’une forme d’antisémitisme de l’ONG. « Je n’aime pas dire que si Israël n’était pas un État juif, personne chez Amnesty n’oserait s’en prendre à lui, mais je ne vois pas d’autre explication », a-t-il ajouté.
« L’erreur politique de ce rapport »
Gil Mihaely, journaliste originaire d’Israël et spécialiste de l’État hébreu, dénonce pour sa part un rapport dont l’historiographie est fausse, ou, a minima, totalement biaisée. L’erreur principale étant le fait de dénoncer une politique d’apartheid dès la naissance de l’État juif. En effet, le rapport part du postulat qu’Israël est, depuis son indépendance en 1948, un État d’apartheid.
« Depuis sa création en 1948, Israël a poursuivi une politique explicite visant à établir et à maintenir une hégémonie démographique juive, ainsi qu’à maximiser son contrôle sur les terres. […] au profit des Israéliens juifs, tout en minimisant le nombre de Palestiniens, en restreignant leurs droits et en faisant obstacle à leur capacité de contester cette dépossession », indique le rapport. Une lecture historique erronée, selon Gil Mihaely, qui empêcherait tout débat sérieux sur des griefs autrement légitimes, estime-t-il.

« Si on met sur le même plan Israël de 1948 et 1967, ça n’a pas de sens. Ça ne veut pas dire que tout allait bien de 1948 à 1967, mais le pays était en train de lutter pour sa survie. C’est ça la grande erreur méthodologique et politique de ce rapport. On ne peut même pas débattre, parce que ce n’est pas sérieux », explique le directeur de la revue de géopolitique Conflits.
En effet, les pays arabes voisins, soutenus par la Ligue arabe, mais aussi plusieurs milices palestiniennes ont immédiatement déclaré la guerre à l’État d’Israël, dès sa déclaration d’indépendance du 14 mai 1948. Une guerre « pour la survie », qui dura jusqu’en 1967. Ce n’est qu’à partir de ce point qu’Israël assoit réellement sa supériorité militaire sur ses voisins arabes, ainsi que sur les groupes armés palestiniens, et n’est donc plus directement menacé. Or, un État luttant pour sa survie, en faisant usage de la légitime défense, ne saurait être un état d’apartheid, pense Mihaely.

« Si on dit que l’État d’Israël est un État criminel depuis le début, que c
’est un projet d’apartheid depuis le début, ça décrédibilise toute critique légitime. Au lieu de mettre le doigt sur certains éléments sur lesquels il peut y avoir un consensus, même au sein d’Israël, ils sont allés si loin et de manière si caricaturale, qu’ils ont complètement manqué leur coup », conclut le journaliste.
Une logique que réfute totalement Mohamed El-Saïf. Selon le jeune journaliste palestinien, le fait d’être en guerre ne justifie pas de reléguer au rang de citoyen de seconde zone une partie de la population de son pays ou du territoire que l’on contrôle.

© 2022 Sputnik. Tous droits réservés. 18+
Fil d’actu
0
International
InternationalEnglishAnglais
MundoEspañolEspagnol
Europe

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x