Aller à…
RSS Feed

Jeunes Tunisiens avec les djihadistes en Syrie: « on a découvert qui était derrière ces activités »


Afrique
https://fr.sputniknews.africa/20220923/jeunes-tunisiens-avec-les-djihadistes-en-syrie-on-a-decouvert-qui-etait-derriere-ces-activites-1056264160.html
Jeunes Tunisiens avec les djihadistes en Syrie: « on a découvert qui était derrière ces activités »

Dans une interview à Sputnik, l’ancien secrétaire d’État tunisien chargé de la sûreté nationale Rafik Chelly évoque les « voyages » d’environ 10.000 jeunes… 23.09.2022, Sputnik Afrique
2022-09-23T11:45+0200

– Comment avez-vous commencé à enquêter sur les départs massifs de jeunes Tunisiens pour la Syrie et l’Irak lorsque vous étiez secrétaire d’État chargé de la sûreté nationale?-
Tout a commencé en 2015, dès que nous avons interdit aux jeunes de se rendre en Turquie, en Syrie et en Irak. À cette époque, nous savions déjà dans quel but ils s’y rendaient. Nous avons commencé à creuser sur la façon dont les départs illégaux sont effectués. Ensuite, nous avons découvert dans notre pays un certain nombre de cellules associées à des terroristes. La rapide interpellation de leurs principaux cadres a permis de stopper rapidement ces « voyages » de nos jeunes, mais ce n’était que la première étape de l’enquête.
Ensuite, nous avons découvert qui était derrière les activités de ces cellules. Il s’est avéré qu’un certain nombre de politiciens du parti islamiste tunisien Ennahdha ont sponsorisé leur travail. De plus, en général, le parti ne s’est jamais opposé aux intentions de notre jeunesse de se battre aux côtés des radicaux en Irak et en Syrie.-

Durant cette période, vous a-t-on personnellement fourni certains détails concernant l’enquête?- Pendant que j’occupais ce poste [Rafik Chelly a été secrétaire d’État chargé de la sûreté nationale de février à décembre 2015, ndlr], l’affaire était examinée devant les tribunaux. En raison de l’intervention de certains politiciens, l’enquête a été gelée à plusieurs reprises et, par conséquent, l’affaire a été suspendue.

– Pourquoi cela?-
Le problème est qu’à l’époque le système judiciaire était extrêmement fidèle aux politiciens du parti Ennahdha. Et dès qu’ils ont commencé à faire pression pour qu’on n’engage pas de poursuites pénales contre leurs élites, les autorités compétentes ont fait preuve de compréhension. C’est pourquoi le tribunal n’a toujours pas rendu de verdict définitif.- Ainsi, en 2015, les interpellations des organisateurs de ces voyages ont commencé. Mais le flux persistait, c’est bien cela?- Oui, les voyages illégaux vers la Syrie et l’Irak se sont poursuivis, bien qu’en nombre très limité.

Nous n’excluons pas que nos jeunes aient pu se rendre dans des zones de guerre en passant par des pays tiers, y compris des pays voisins.- Combien de jeunes Tunisiens environ ont rejoint les rangs des djihadistes?- Environ 10.000 personnes. Et si nous n’avions pas restreint les déplacements de nos jeunes à l’étranger, les chiffres auraient été plus élevés. Mais en 2015, cette décision a été critiquée par de nombreuses personnes dans le pays.-

Y a-t-il eu des tentatives de clore l’affaire pendant que vous vous occupiez de la sûreté nationale?

– Oui, et pas seulement de la part d’Ennahdha. À l’époque, il y avait encore une coalition entre Ennahdha et le parti Nidaa Tounes: ce dernier faisait également pression sur la justice. Les parlementaires de ces partis n’ont pas caché leur volonté de perturber les travaux de la commission d’enquête. Et ils y sont parvenus.- Certains enquêteurs se sont plaints d’avoir reçu des menaces à plusieurs reprises alors qu’ils travaillaient sur l’affaire des « voyages ». Est-ce vrai?- Oui, de telles informations ont été reçues très souvent. Ces problèmes ont été résolus par le service de sécurité et je n’y ai pratiquement pas participé. Ces menaces font partie de cette même pression politique que j’ai évoquée plus tôt.- Des mesures ont-elles été prises contre les mosquées abritant des lieux de rassemblement d’extrémistes?- Oui, et beaucoup. Les mosquées où des imams extrémistes avaient été repérés ont été perquisitionnées. Cependant, les politiciens islamistes s’y sont opposés, et souvent, à leur demande, il a fallu libérer les imams extrémistes.-
Est-ce que cela signifie que les accords politiques qui existaient à l’époque entre Ennahdha et le Président empêchaient une action décisive?

– Sans aucun doute, c’était véritablement le cas.- Actuellement, les politiciens d’Ennahdha nient leur implication dans les départs illégaux de jeunes Tunisiens pour rejoindre les rangs des djihadistes.

Les preuves de leur soutien étaient-elles convaincantes?-

Bien sûr, nous avions toute une série de preuves irréfutables de leur implication. Cela a été confirmé même par des terroristes, membres de cellules, arrêtés pendant l’enquête.- Aviez-vous contacté les services de sécurité syriens ou irakiens à cette époque?- À cette époque, il n’y avait pas de contact avec la partie syrienne, nous attendions le feu vert des diplomates.

Par contre, il y avait des contacts avec l’Irak. Je suis personnellement allé à Bagdad: j’ai rencontré le chef de l’état-major général, le Président de la République et un certain nombre d’autres hauts responsables de la sécurité. Nous avons discuté de nombreux détails de la coopération dans le domaine de la sécurité, on nous a demandé de fournir des informations sur les Tunisiens qui se sont retrouvés dans la zone de guerre en territoire irakien.
Sputnik Afrique

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x