Aller à…
RSS Feed

Ziouganov : Nous n’avons d’autre choix que la victoire !


Histoire et société

Editorial
Ziouganov : Nous n’avons d’autre choix que la victoire !

Ziouganov : Nous n’avons d’autre choix que la victoire !

admin531923 septembre 2022Textes fondamentaux

1

https://kprf.ru/party-live/cknews/213432.html

Le 21 septembre, le président du comité central du KPRF et chef de la faction du KPRF à la Douma d’État, Guennadi Ziouganov, s’est adressé à la session plénière du parlement. Nous portons à votre attention le texte de son discours.

– Chers collègues !

J’avoue que j’ai attendu longtemps ce discours présidentiel. Je l’ai écouté deux fois ce matin. Je soutiens pleinement l’essence de cet appel et lui exprime ma solidarité. Toutes les forces patriotiques de gauche, notre parti et notre faction mettront activement en œuvre ses principales dispositions.

L’appel revêt un caractère capital à bien des égards. Le Président a caractérisé la situation internationale comme étant une situation d’agression par l’OTAN, les Banderistes et les fascistes contre le monde russe et notre État d’une manière absolument objective. Pour la première fois, il a dit ouvertement que leur objectif est de détruire la Russie, de la démembrer et de la privatiser par étapes. Aucun d’entre nous ne peut accepter une telle perspective !

La guerre est la guerre. Et je vous ai dit plus d’une fois qu’elle n’a que deux issues : la victoire ou la défaite. Chaque génération qui a eu son année 41 doit aussi voir 1945. Nous tous devons absolument gagner !

Mais pour gagner, nous devons d’abord évaluer correctement la situation. Le président a déclaré directement que nous avons une ligne de front de plus de mille kilomètres de long – de Kharkov à Odessa. Pour contenir même les tentatives offensives que le commandement de l’OTAN organise à partir de Kiev, pour stopper les frappes sur les régions frontalières, nous devons augmenter nos réserves – y compris les effectifs.

Quant à la mobilisation, je rappelle à ceux qui ne le savent pas : pendant la Grande Guerre Patriotique, nous avons dû mettre sous les fusils près de 33 millions de personnes. Tous les membres de ma famille ont combattu, certains sont morts en défendant leur patrie. Et je crois que cette décision était la bonne.

Si on avait écouté Staline, qui suggéraient aux “démocraties” occidentales d’étouffer le Reich nazi et Hitler avec à Berlin, cette tragédie aurait été évitée. Et voilà qu’aujourd’hui, des fascistes et des banderistes rescapés, ainsi que des généraux américains et britanniques, installés à Kiev, planifient des opérations militaires et mettent en œuvre leur stratégie dans toute son ampleur.

Le Président a souligné dans son discours que nous pouvons utiliser toutes sortes d’armes pour défendre notre territoire et l’unité du pays. Et je crois que c’est la bonne attitude, malgré les babillages effrayés de certains journalistes immatures. Sinon, pourquoi avons-nous besoin d’une stratégie nucléaire ? Nous avons assez de munitions dans un seul sous-marin pour convaincre n’importe quel État pour les vingt ans à venir. Ce n’est donc pas un problème.

Quant à la stratégie militaire en Ukraine, de telles options y sont inacceptables. Une autre option est acceptable là-bas, et elle a été expliquée dans son discours par le ministre de la Défense Shoigu. Qu’est-ce que la mobilisation partielle de trois cent mille personnes ? Nous avons une ressource de mobilisation de 18-20 millions, donc moins de 2% de cette ressource sera mobilisée maintenant.

Dans cette situation, nous avons besoin de personnes compétentes, capables de travailler rapidement et efficacement avec des équipements modernes, qui sont passées par l’école appropriée, qui ont un passé militaire. Ils devraient être en mesure d’assurer l’interaction de tous les types de troupes, y compris les forces spatiales et de fusées. Et cela nécessite trois à quatre ans de formation. Mais nous avons beaucoup de personnes talentueuses dans la réserve de mobilisation qui savent comment faire. Toute la question est de savoir comment les rassembler et les remettre à niveau rapidement. Nous avons besoin de l’aide des gouverneurs et des bureaux d’enrôlement militaire car il nous faut des spécialistes.

Il était juste de rassurer les parents des étudiants et des conscrits. Aucun d’entre eux ne sera affecté. Mais ceux qui ont une formation militaire, je les réunirais pendant une quinzaine de jours sur un cours et j’identifierais ceux qui sont prêts à participer à l’opération spéciale. S’ils sont correctement formés, correctement encadrés, assurés de leur avenir, je vous assure qu’il y aura suffisamment de ce type de conscrits – volontaires qui pourront faire face à la tâche militaire.

En même temps, nous devons nous rappeler que nous avons des “petits malins” dans les autorités locales, qui sont prêts à laisser toute l’agriculture sans conducteurs de moissonneuses-batteuses et de tracteurs demain. Bien que, même pendant la Grande Guerre patriotique, les conducteurs de tracteurs étaient exemptés. Par conséquent, nous devons examiner la situation très attentivement, afin de ne pas perturber le fonctionnement de l’économie nationale.

Le président a immédiatement convoqué les chefs du complexe militaro-industriel. J’ai eu la chance de visiter toutes les grandes entreprises de ce complexe et les villes nucléaires. Avec Maslioukov et Solomonov, nous avons monté une coopération pour sauver le missile Topol M, pour fournir tout ce qui était nécessaire à la production de Boulava, pour sauver la dernière usine de production de poudres solides à Perm.

Mais alors que nous avions autrefois de grandes usines de chars, je ne vois aujourd’hui aucun char moderne sur le champ de bataille qui dispose d’une protection vraiment fiable, y compris contre les Javelins. Nous devons donc veiller à ce que les entreprises dont cela dépend, travaillent en trois ou quatre équipes.

Le complexe militaro-industriel ne deviendra efficace qu’à une seule condition : si l’ensemble de l’économie nationale fonctionne correctement. Et cela nécessite un budget différent, un principe différent d’allocation des ressources. L’ensemble de la chaîne de production doit être planifié différemment, des machines-outils à l’intelligence artificielle. Je ne sais pas quel projet de budget le ministre des finances, M. Silouanov, va présenter à la Douma, mais ces dernières années, il a toujours présenté les mêmes “âneries”, ce qui ne fait qu’aggraver la situation.

À propos, je vais donner un exemple spécialement pour M. Silouanov. Lorsque l’armée soviétique s’est tenue dans le saillant d’Orlovsko-Kurskaya pour effectuer une opération défensive offensive pour la première fois dans l’histoire de l’humanité et que Rokossovsky a tenu une réunion avec son état-major près de Koursk, il s’est avéré que même un char T-34, le meilleur véhicule de combat, a une portée de vue de 600-800 mètres. Or Hitler avait déjà mis sur la chaîne de montage des “Tigres” et des “Panthères” avec une portée de tir de visée de 1500 mètres et plus. Et il s’est avéré que nos tanks étaient sans défense. Staline a convoqué les principaux experts dans le domaine de la construction de chars et a déclaré que nous étions dans une situation difficile. Il leur a donné exactement quarante jours pour créer un produit qui paralyserait l’élan offensif des Allemands. Et en quarante jours, l’automoteur SU-152 était mis en service. Sous l’effet direct de son obus, la tourelle d’un char allemand volait en l’air. Et notre machine frappait déjà à 1800 mètres. C’est le niveau de gestion, d’organisation et de sécurité qu’il nous faut! Et nous avons des gens assis ici qui discutent de la même chose pendant trois mois d’affilée.

En outre, l’information et le soutien à la propagande sont extrêmement importants. Je vous ai déjà rappelé que Cholokhov, Mikhalkov, Ehrenburg, Simonov, tous nos meilleurs écrivains, chanteurs et acteurs ont défendu leur pays dès le premier jour de la Grande Guerre patriotique. Et aujourd’hui, quelle que soit la chaîne de télévision que vous allumez, vous assistez à une véritable foire.

Un autre point important est l’éducation patriotique des jeunes. Allez dans n’importe quel établissement d’enseignement supérieur, à commencer par l’université d’État de Moscou, et demandez à des étudiants de troisième année de répondre à une question sur notre histoire et la situation militaire et politique. Ils se rendront sur Internet et liront des documents à 95% anglo-saxons dans lesquels il n’y a pas un seul nom de famille russe. Vous ne trouverez jamais aucune mention de Joukov, Rokossovsky, Vasilevsky ou tout autre de nos commandants exceptionnels. Reconstruisons donc le système éducatif ! Mettons-le sur les rails russo-soviétiques. Relevons les défis qui nous sont lancés aujourd’hui.

Je demande au Président de convoquer le Gouvernement et le Parlement et de définir à nouveau ce que chacun de nous peut faire à sa place pour assurer le succès de l’opération spéciale. Nous soutenons pleinement la volonté et le désir des habitants de Malorossia, qui vont retourner dans leur patrie historique. Mais nous devons aussi nous adresser directement aux citoyens de l’Ukraine. Après tout, 82 % de ces personnes considèrent le russe comme leur langue maternelle. Il est également nécessaire de tout faire pour unir les forces patriotiques du peuple. Et nous avons déjà pris des décisions pertinentes sur la ligne du PCC-CPUS.

Quant au soutien aux enfants du Donbass et à l’envoi de nos convois humanitaires là-bas, ils seront désormais envoyés en double volume et à un rythme accéléré.

Allons vers la victoire ensemble !

5 1 vote
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x