Aller à…
RSS Feed

L’ Iran insiste sur l’anéantissement total des armes nucléaires


L’Iran insiste sur l’anéantissement total des armes nucléaires

IRIB- Le représentant iranien, auprès de l’Agence internationale de l’Énergie atomique(AIEA), a mis l’accent sur la mise en application totale du contenu du Traité de Non-Prolifération nucléaire(TNP).

« Si ce traité est mis en application, dans son intégralité, il pourra jouer un rôle efficace, dans l’instauration de la paix et de la sécurité internationale », a déclaré Ali-Asqar Soltanieh, lundi, lors d’une réunion préliminaire de la Conférence de l’interdiction de la production et prolifération des armes nucléaires, à Vienne. En allusion à divers cas de violation du TNP, il a critiqué les coopérations nucléaires entre les Etats-Unis et certains pays membres de l’UE, dont la France et la Grande- Bretagne, avec le régime sioniste, et les a qualifiées de violation du TNP. L’accumulation de plus de 27.000 armes nucléaires, dans les arsenaux nucléaires du monde, est une indéniable et amère vérité, qui menace, depuis un demi-siècle, la paix et la sécurité internationale.

Cette menace provient de la part des détenteurs de ces armes qui ne sont pas attachés au TNP. En réalité, l’unilatéralisme et la division des pays, selon un double standard, constituent un obstacle majeur à la mise en application du TNP. Ces politiques de deux poids, deux mesures, envers la paix et la sécurité mondiale, interviennent, alors que les pays membres du TNP sont confrontés à des obstacles et des sabotages, dans l’acquisition et la défense de leurs droits légitimes. Les déclarations du 7 mai du représentant américain, lors de la réunion chargée de réviser le TNP, témoignent de cette réalité  et de l’instrumentalisation du  TNP. Le représentant américain, auprès de l’AIEA, Robert Wood  a accusé l’Iran, lors de la conférence de l’Agence, de ne pas être attaché au TNP. Il a, également, prétendu que la communauté mondiale s’inquiète du fait que l’Iran ne permet pas aux représentants de l’Agence d’avoir accès aux données, documents et lieux en question.

Ces prises de positions se répètent, à un moment où on s’approche du deuxième tour des négociations entre l’Iran et les 5+1, le 23 mai, et ce qui peut permettre de regagner la confiance de l’Iran, pour la poursuite des négociations, c’est bien le changement d’attitude de l’Occident, concernant ses prises de positions, généralement, hostiles. De ce point de vue, le premier pas a été franchi, lors des négociations,  à Istanbul, mais cela va de soi que tout atteinte au droit de l’Iran, en toutes circonstances, est absolument inacceptable, et s’obstiner sur des prises de position négatives n’aidera en rien au progrès des pourparlers. Actuellement, on s’attend à ce que les tapages médiatiques sur les activités nucléaires iraniennes prennent fin, le plus vite possible, et que les résultats des négociations d’Istanbul-Bagdad balisent le terrain à un commencement, pour mettre fin aux allégations factices sur le nucléaire iranien.