Aller à…
RSS Feed

La bataille du nord de la Syrie ou la tromperie toujours partagée par Ankara et Washington


Revue de presse par Mouna Alno-Nakhal

Mardi 15 octobre 2019

Dimanche 13 octobre

Les chaines d’informations syriennes et libanaises ayant diffusé les déclarations de responsables des conseils kurdes concernant un accord entre certaines factions séparatistes et le gouvernement syrien, décidé à contrer l’invasion turque, nous sommes allés à la recherche de sites kurdes en langue arabe.

C’est ainsi que, dans la soirée, nous avons consulté le site « ANT Kurdistan », alors qu’il venait de diffuser une vidéo sous le titre : « Autour de l’accord entre les forces kurdes et la Russie sur la cession de Aïn al-Arab/ Kobane et Manbej au régime syrien – par Rami Abdul-Rahman », le fameux directeur du non moins fameux OSDH [le soi-disant Observatoire Syrien des Droits de l’Homme]. Plus tard, les messages se sont succédé. Les voici, dans l’ordre :

1. URGENT / Les forces gouvernementales syriennes se déploient autour de Manbej en vue de leur entrée dans la ville.

2. URGENT / Canal central de la base militaire de Hmeimim, ??????????? ???????? ??????? :

Les forces gouvernementales syriennes se préparent à entrer dans Kobané et Manbej, au nord-est de la Syrie, en accord avec les Forces Démocratiques Syriennes [FDS] dans la région.

Nous espérons que la partie turque, et les forces qui lui sont alliées, feront preuve de retenue et ne se risqueront pas dans une guerre ouverte avec les forces gouvernementales. (Alexander Ivanov)

3. URGENT / L’Occupant turc bombarde les villages situés du côté du village de Chirawa soumis au contrôle des forces kurdes, au nord des villes d’Alep et de Afrine.

4. URGENT / La « Coalition internationale » affirme que les FDS ont conclu un accord avec le gouvernement syrien et que ces derniers jours furent d’une grande sauvagerie, en parlant des frappes et attaques turques. La Coalition a aussi affirmé que « Mazloum Abdi » a rencontré les Russes et qu’il n’est pas clair si l’accord concerne uniquement Manbej et Kobané ou s’il s’agit d’un accord plus vaste.

5. URGENT / Macron : l’attaque turque en Syrie risque de créer une situation humanitaire intolérable – Présidence française : le gouvernement tiendra aujourd’hui une réunion d’urgence pour discuter de la situation dans le nord de la Syrie.

6. URGENT / Les forces gouvernementales syriennes se déploient dans la campagne autour de Manbej sur les lignes contigües aux zones contrôlées par les factions de l’opposition armée soutenues par la Turquie, dont certaines sont stationnées dans les villages Jamous et Rida, tandis que d’autres continuent à se déployer.

7. URGENT / Daech annonce que son organisation est en train de s’en prendre à une base militaire américaine dans la région d’Al-Chaddadi au sud de Hassaké.

8. LES TERMES DE L’ACCORD ENTRE LES FDS ET LE GOUVERNEMENT SYRIEN :

Les FDS deviendront des forces syriennes sous l’appellation « 5ème Corps ».
Déploiement à :

Manbej [répétition, NdT] : Les forces gouvernementales syriennes se déploient dans la campagne autour de Manbej sur les lignes contigües aux zones contrôlées par les factions de l’opposition armée soutenues par la Turquie, dont certaines sont stationnées dans les villages Jamous et Rida, tandis que d’autres continuent à se déployer.

Kobané : Les forces gouvernementales seront déployées au passage frontalier avec la Turquie et en d’autres points à l’est et à l’ouest.

Aïn-Issa: Les forces gouvernementales entreront, via Al-Mansoura et Al-Tabqa, dans Aïn-Issa située au nord de Raqqa.

(Vdc-nsy Centre de documentation sur les violations au nord de la Syrie)

9. Auto-administration de Kobané : les forces gouvernementales syriennes se déploieront demain le long de la frontière avec la Turquie dans le cadre d’un accord militaire conclu par les FDS avec Damas.

10. URGENT / Les FDS reprennent le contrôle de la route internationale [Alep-Hassaké], mais la route reste impraticable pour les civils.

11. URGENT / Une source du gouvernement syrien a déclaré à North Press: Les forces américaines stationnées en divers points de la banlieue de Manbej, empêchent l’Armée syrienne d’entrer dans la région et de repousser l’agression turque.

12. URGENT / D’après l’OSDH, la « Coalition internationale » s’en prend à un convoi militaire du régime syrien se dirigeant vers Al-Tabqa, dans la région d’Al- Rassafa au sud-ouest de Raqqa.

13. QAMICHLI : Les tirs de balles que l’on entend sont dus aux festivités des alliés du gouvernement syrien et du groupe de presse d’« Al-Akhbariya ».

Il est minuit. Les messages s’arrêtent. Les commentaires sont nombreux. Nous avons retenu quelques-uns se demandant s’il est vraiment venu le temps des réjouissances ou s’il fallait s’attendre à des coups tordus de la part de ladite Coalition internationale menée par les USA, ou d’Erdogan menant à la fois l’armée turque et son armée parallèle de mercenaires : « mélange de milliers de terroristes ayant pris la fuite devant la progression de l’Armée arabe syrienne dans les différentes régions du pays, dont la région sud (Quneitra ; Ghouta orientale et occidentale ; Al-Qalamoun) et les banlieues de Homs, Hama et Idleb… » telle qu’elle est définie par l’Agence nationale syrienne SANA [1] et telle qu’elle est illustrée sur le site SYRIANA [2] :

C’est cela « les forces alliées à la Turquie » du paragraphe 2 et « les factions de l’opposition armée soutenues par la Turquie » du paragraphe 6, ci-dessus. C’est cela l’armée baptisée par Erdogan « Armée nationale syrienne », grâce à laquelle il compte rapatrier des réfugiés syriens qu’il a condamnés à l’errance, après avoir nettoyé le terrain de leurs compatriotes syriens restés accrochés à leur terre.

Il suffit de noter certaines appellations : Brigade du sultan Mourad, Brigade du sultan Mehmet le conquérant, Brigade du sultan Soleiman, Brigade du sultan Osman… pour deviner qui est leur vrai seigneur et maître. Le tout avec, en prime, les reliquats de l’ASL [la prétendue armée syrienne libre] sanctifiée, soutenue, armée, entraînée et bichonnée par les gouvernements occidentaux dont, malheureusement, le gouvernement français.

Une armée sous bannière turque faite d’un fatras des mêmes groupes armés qui, à tour de rôle ou en même temps, ont massacré la Syrie et les Syriens depuis plus de huit années, avec le soutien des USA, de l’OTAN, de l’Union européenne et d’Israël ; sans oublier l’aide financière nécessaire à cette gigantesque machination de la part de certains pays de la Ligue arabe, connus de tous. Une Ligue arabe qui vient de se réunir, ses grosses têtes terrorisées à l’idée que la Turquie puisse leur faucher leur suprématie sur le monde musulman, au cas où les Frérots de M. Erdogan sortiraient vainqueurs des Frérots wahhabites.

Alors quand la porte-parole du gouvernement français nous dit : « Nous souhaitons que la Turquie termine au plus vite l’intervention qu’elle a commencée… » [3], quelqu’un a-t-il eu la bonté de lui expliquer la situation ? Imagine-t-elle quelles responsabilités supplémentaires pèseront sur les épaules du gouvernement syrien et du pays saigné par la plus sale des guerres et les pires sanctions, parce que son gouvernement a continué à couvrir ou à jouer les exportateurs de terroristes, qu’elle voudrait voir jugés et condamnés sur place ?

Lundi 14 octobre :

Nous retournons sur le site « ANT Turkistan » où des messages supplémentaires se résument à dire :

ALERTE / Les termes de l’accord entre les FDS, la Russie et le président syrien qui circulent actuellement sont faux

DAR al-KHALIL / [Base du PYD = Parti kurde de l’union démocratique ; Ndt] : L’accord entre Les FDS et l’Armée syrienne est strictement militaire, n’aborde pas le statut d’auto-administration des villes ou villages, et constitue une mesure d’urgence pour opposition à l’agression turque contre toute la Syrie, via son agression au nord et à l’est de son territoire national.

D’où la question : y a-t-il un accord FDS-gouvernement syrien ?

1. Le journaliste libanais Nidal Hamade nous dit, dans son article du jour intitulé « Les États-Unis tenteraient-ils de ramener DAECH à Raqqa ? », que l’armée américaine a travaillé à empêcher l’Armée syrienne de concrétiser un accord conclu entre les FDS et les Russes sur la région de Manbej et la région de Rassafa près de Raqqa. Il écrit :

« Dans la soirée du dimanche 13 octobre, trois véhicules militaires de l’armée américaine ont empêché un convoi de reconnaissance de l’Armée syrienne d’entrer dans la ville de Manbej, du côté ouest. Le convoi est retourné à l’École publique d’Al-Dahima.

Puis, vers minuit, l’aviation américaine a bombardé un convoi de l’Armée syrienne parti de Rassafa en direction de Raqqa et d’Al-Tabqa, conformément à l’accord conclu entre les FDS et la partie russe ; deux villes dans les prisons desquelles sont répartis les éléments armés de Daech.

D’où l’évidence qui dicte que le bombardement américain a empêché l’Armée syrienne d’atteindre ces prisons, dans le cadre d’une tentative visant à libérer les milices armées de Daech, comme ils l’ont déjà fait en Irak en 2013.

Ainsi, nombre d’opérations américaines suggèrent qu’il a été décidé de redéployer Daech, de Raqqa et ses environs vers Palmyre et Abou-Kamal, à l’extrême Est de la Syrie.

Cette guerre est donc ouverte dans toutes les directions.» [4].

2. M. Nasser kandil nous en dit encore plus dans son éditorial du quotidien libanais Al- Binaa :

« D’après nos informations, l’Armée syrienne avance dans trois directions : vers Manbej puis Aïn al-Arab ; de Deir ez-Zor vers Hassaké et Qamichl ; vers Raqqa. C’est à Rassafa, sur la route de Raqqa, que l’Armée syrienne à été ciblée par l’aviation américaine dans le but évident de protéger les éléments de Daech préalablement rassemblés par leurs soins à Raqqa.

Des frappes américaines qui remettent la décision du retrait américain devant l’invasion turque dans son véritable contexte et révèlent le projet initial de partition du nord-est de la Syrie en trois sections :

une section sous tutelle turque gérée par les Frères musulmans qui annonceront la création de leur gouvernement sous un faux drapeau syrien ;

une section gérée par les Kurdes qui annonceront la création de leur mini-État avec Qamichli pour capitale ;

une section à Raqqa gérée pas Daech.

Des frappes américaines au moment même où les FDS, mesurant les dangers de l’invasion turque suite à l’abandon de Trump, envisageaient de conclure un accord avec l’Armée syrienne, encouragés en cela par les Iraniens et les Russes.

Des frappes américaines qui réfutent la théorie du retrait des guerres interminables et stupides revendiquée par Donald Trump ; retrait qui a, plus exactement, ouvert la porte à l’invasion turque. Les prochaines heures montreront comment sera relevé ce défi destiné à tracer des lignes rouges devant la détermination de l’État syrien à s’opposer à la partition de son territoire.

Et enfin, des frappes américaines qui ont fait que le conseiller du président turc a déclaré haut et fort que la Turquie s’opposera à l’avancée de l’Armée syrienne puisque, d’après des sources bien informées, elles étaient déjà programmées dans le cadre des accords turco-américains précédant l’invasion turque… Mais voilà que le moment venu, les Turcs ont ignoré l’entrée de l’Armée syrienne dans Manbej » [5].

***

Finalement, la tromperie est toujours partagée entre Washington et Ankara. Elle est encore plus flagrante qu’en Octobre 2016 quand nous l’avions observée sous l’angle de la bataille de Mossoul [6]. Il n’empêche que malgré toutes leurs machinations criminelles, ils n’ont toujours pas gagné la partie…

Et, pour mémoire, rappelons les bras tendus du gouvernement syrien et de son président, Bachar al-Assad, à tous ceux qui ont été dupés par les sirènes des colonialistes :

« À ces groupes qui parient sur l’Américain, nous disons qu’il ne vous protégera pas, ni ne vous gardera dans son giron ou en son cœur. Il vous gardera dans sa poche comme monnaie d’échange en dollars, un échange déjà commencé. Si vous ne vous préparez pas à résister et à défendre votre pays, vous ne serez que des esclaves de l’Ottoman. Seul votre pays vous protégera lorsque vous rejoindrez les rangs de l’Armée arabe syrienne et que vous combattrez sous son drapeau. Lorsque nous nous tenons dans un même camp face à un même ennemi et que nous visons dans une même direction au lieu de nous viser les uns les autres, nous n’avons rien à craindre quelle que soit l’importance des menaces. Aujourd’hui, il vous appartient de déterminer ce que l’Histoire impitoyable retiendra de vous en comparaison de vos frères syriens ; lesquels, dès les premiers jours de la guerre, ont opté pour leur pays, l’ont défendu au prix d’énormes sacrifices, ont sauvegardé sa souveraineté et ont repoussé les terroristes. Aujourd’hui, il vous appartient d’être maître sur votre terre et dans votre pays ou esclave de l’occupant » [7].

Mouna Alno-Nakhal

14/10/2019

Notes :

[*] Nous utilisons une majuscule pour parler de l’Armée syrienne, non par irrespect pour les armées de tous les pays du Monde, mais à cause de toutes les fois où l’on a affublé telle ou telle milice terroriste de cette appellation sacrée pour le peuple syrien qui la nourrit de sa chair et de son sang.

[1] [Les mercenaires d’Erdogan effectuent des exécutions brutales parmi les civils au sud de Tell Abyadh dans la banlieue de Raqqa]
[2] [Contexte de l’agression turque sur la Syrie]
[3] [Fuite de proches de djihadistes en Syrie : Paris presse Ankara d’achever son opération]
[4] [Par Nidal Hamade]
[5] [Par Nasser Kandil]
[6] [La bataille de Mossoul ou la tromperie partagée par Washington et Ankara]
[7] [Bachar al-Assad : La volonté populaire a évité à la Syrie l’holocauste prémédité par ses ennemis]

Le sommaire de Mouna Alno-Nakhal
Le dossier Russie
Le dossier Syrie
Les dernières mises à jour

Source : Mouna Alno-Nakhal

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.