Aller à…
RSS Feed

la Russie facilite un accord entre Assad et les Kurdes et retourne la situation


Russie politics
Syrie :
Karine Bechet-Golovko

Mercredi 16 octobre 2019

Alors que l’intervention militaire unilatérale turque en Syrie contre les Kurdes risquait d’empêtrer la Russie dans un jeu d’accords contraires, en facilitant un accord entre Assad et les Kurdes, elle a réussi à retourner la situation : à la fois en renforçant l’unité territoriale de la Syrie et en renforçant sa position stratégique internationale.

Unilatéralement, il y a 5 jours, la Turquie a décidé d’intervenir militairement en Syrie, officiellement contre les Kurdes, qu’elle considère comme terroristes et a très rapidement progressé à l’intérieur du territoire syrien, à plus de 30 km de la frontière. Par là même, les cartes furent rebattues, alors que la situation s’enlisait.

Les Kurdes furent immédiatement lâchés par les Etats-Unis, qui retirent leurs forces de la zone d’intervention turque, furent lâchés par la France, qui n’a rien fait pour soutenir ceux qu’elle considérait pourtant comme des alliés et s’inquiète de la sécurité de notre armée maintenant que le grand protecteur américain rentre chez lui.

De son côté, la Russie est impliquée avec la Turquie, quant au processus politique en Syrie et a collaboré ponctuellement avec les Kurdes dans la lutte contre Daesh. La Turquie, qui est également membre de l’OTAN, mais n’intervient pas ici dans ce cadre. Bref, la situation est complexe et le jeu diplomatique joué par la Russie ici fut remarquable.

Sans faire de grandes déclarations, elle a réussi à retourner le jeu à son avantage, en organisant des négociations entre Kurdes et troupes régulières syriennes, sur la base militaire russe de Hmeimim, les unissant contre l’agression turque. Parallèlement, le retrait militaire partiel des Etats-Unis et le désengagement consécutif des Etats satellites, dont malheureusement la France fait partie, a discrédité cette « coalition atlantiste » aux yeux de leurs alliés sur le terrain, qui se retournent vers la Russie. En réconciliant les Kurdes avec Assad, la Russie renforce ainsi l’unité territoriale de la Syrie, ainsi que sa position politique dans la région.

En ce qui concerne l’unité territoriale, les troupes régulières syriennes ont pris position dans des villages tenus traditionnellement par les Kurdes. Comme le souligne, manifestement à contre coeur, la presse française, il s’agit réellement d’une victoire politique de la Russie dans la région.

Le sommaire de Karine Bechet-Golovko
Le dossier Syrie
Le dossier Russie
Les dernières mises à jour

Source : Russie Politics
http://russiepolitics.blogspot.fr/…

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.