Aller à…
RSS Feed

La Belgique doit prendre ses distances vis-à-vis de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis


intal s’oppose à toute attaque militaire visant la Syrie

Le langage menaçant du Secrétaire d’Etat John Kerry (1) est une étape dangereuse vers une attaque militaire à l’encontre de la Syrie. Laurent Fabius (2) (France) et William Hague (Grande Bretagne) ont tenu la même rhétorique belliciste. Intal s’oppose à ces plans de guerre. La paix ne peux venir d’un bombardement.

Les Etats-Unis sont mal placés pour donner des leçons concernant l’utilisation d’armes non conventionnelles. L’emploi de la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki, celui de l’agent Orange sur le Vietnam, tout cela est avéré ; tout comme l’utilisation de bombes à l’uranium appauvri en Yougoslavie et de bombes au phosphore en Irak. Dans son discours, Kerry condamne, au nom de la «conscience de l’humanité», l’utilisation d’armes chimiques en Syrie. Son indignation n’est pas crédible.

Intal s’oppose à l’utilisation (et à la possession) d’armes non conventionnelles. Ces dernières doivent être interdites. Les Etats-Unis constituent l’obstacle principal à cette interdiction car ils possèdent le plus grand arsenal d’armes nucléaires au monde et ne comptent rien changer à ce sujet.

Les armes chimiques ne sont qu’une excuse pour pouvoir entrer en guerre. Pour envahir l’Irak, les Etats-Unis ont fabriqué des preuves sur la possession d’armes de destruction massive. Ces preuves se basaient sur les mensonges qu’avaient présentés le Secrétaire d’Etat Colin Powell au Conseil de Sécurité de l’ONU (3). Aujourd’hui Kerry prétend aussi détenir des preuves de la culpabilité du gouvernement syrien, mais il ne les rend pas publiques. C’est inadmissible.

Comme le déclarait l’ancien secrétaire d’Etat américain Kissinger, les Etats-Unis défendent toujours en premier lieu leurs intérêts. Le discours alarmiste de Kerry est un signe que ces intérêts américains sont menacés, sans doute parce que les rebelles qu’ils soutiennent ont perdu du terrain ces derniers mois au profit du gouvernement syrien.

Intal lance un appel à s’opposer aux menaces de guerre de l’Occident visant la Syrie et contre une éventuelle participation belge à cette dernière. L’Irak, la Libye, l’Afghanistan nous ont appris qu’une intervention militaire apportera encore plus de misère au peuple syrien. La Belgique doit se distancer de la violence des Etats-Unis et de celle de ses alliés. Elle doit défendre une diplomatie basée sur la paix, sur la recherche d’une solution négociée et sur le respect de la souveraineté.

Bureau National d’intal

1 – http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2013/08/26/read-the-full-transcript-kerrys-speech-on-syria-chemical-weapons-and-the-need-to-respond/
2 – https://www.youtube.com/watch?v=t53QPbuuWsg