Aller à…
RSS Feed

LA BLAGUE DU JOUR. Syrie: « Je n’ai pas encore pris de décision » (Barack Hussein Obama)


Publié le août 29, 2013

Allain Jules
Goebbels disa
it: «Plus le mensonge est gros, plus il passe. Plus souvent il est répété, plus le peuple le croit». Nous y sommes presque, même comme on voit très bien que la manipulation médiatico-occidentale a du mal à prendre, malgré un forcing ubuesque. La réflexion au ras des pâquerettes, la désinformation chevillée au corps, les journalistes ne le sont plus. Ils sont des combattants au service des multinationales qui sont derrière tous les conflits. Les « qui » arment les « rebelles » en Syrie ? Il suffit de répondre à cette question pour comprendre ce qui se passe actuellement avec la supposée attaque à l’arme chimique : une promesse faite par les soi-disant rebelles afin que les États-Unis et leurs alliés rentrent en guerre. Hélas, les Russes viennent eux-aussi d’envoyer deux vaisseaux en Méditerranée. Il s’agit d’un navire anti-sous-marin et d’un lance-missiles. Les enquêteurs de l’ONU quitteront la Syrie dès samedi annonce l’ONU mais, des frappes sont annoncées juste après…sans des résultats de l’enquête. Ambiance.

L’Occident n’a vécu et ne survit que par la rapine. Toutes ses actions ont toujours été basées sur du mensonge accompagné du bruit et de la fureur. De tout temps, advitam aeternam ; à tous ses coups fourrés, lors de ses conquêtes. Il n’y a pas de génération spontanée et, ce n’est pas demain la veille. Quand le président américain Barack Obama déclare, pince sans rire, que, « Les Etats-Unis ont conclut que c’est le Gouvernement syrien qui est à l’origine de l’attaque », comme ça, sans preuve, il demande donc au monde entier, puisque ce sont les Etats-Unis, de le croire sur parole.

Avec le financement et l’armement de ces terroristes qui violent, tuent, pillent, de dire qu’ils ne peuvent pas commettre un tel délit, c’est se moquer de notre intelligence, petite soit-elle. la vraie impunité est de leur ressort puisqu’ils peuvent tout se permettre en violant aigrément le roit international. Heureusement que l’armée arabe syrienne veille. La paresse intellectuelle de certains journalistes devient inquiétante. Aucune déontologie et, pire, du copier-coller rance. Nous allons étayer notre réflexion rien qu’en se basant sur quelques faits irréfragables.
Il n’y a absolument aucune preuve ou même un début de preuve, encore moins une confirmation que le gouvernement Assad a effectué l’attaque chimique présumée survenue dans la banlieue de Damas.
Les inspecteurs des Nations Unies sont en Syrie à la demande directe du gouvernement syrien, qui les a interpellé depuis le mois de…mars 2013. Donc, c’est l’ONU qui a même tardé à venir prouver l’utilisation des armes chimiques en Syrie et par conséquent, la Gouvernement Assad coopère avec l’ONU.
Fait troublant, l’attaque a eu lieu à quelques dizaines de kilomètres de l’équipe des inspecteurs onusiens, le jour même de leur arrivée à Damas. Qui peut croire ensuite à l’utilisation de ces armes par le Gouvernement syrien à part ses ennemis ?
Carla Del Ponte, membre de la Commission d’enquête indépendante des Nations unies sur la Syrie, avait accordé un entretien en mai 2013, à une chaîne de télévision italianophone de son pays natal, la Suisse. Elle avait déclaré que ce sont les « rebelles » qui avaient fait usage des armes chimiques. La presse parla alors de propos « irresponsables ». Pourquoi donc ?

En mai 2013, 12 membres du Front al-Nosra ont été arrêtés en Turquie. Ils étaient en possession du fameux gaz sarin, ce neurotoxique qui aurait été utilisé dans l’attaque récente.
En Janvier 2013, le journal britannique «Daily Mail» a rapporté que les « rebelles » avaient prévu une attaque chimique et qu’ils allaient l’amputer au Gouvernement syrien afin de justifier l’intervention américaine. Le rapport était basé sur des emails de certains vendeurs d’armes.
Le Dr Ake Sellstrom, chef des inspecteurs onusiens en Syrie, doutent de la crédibilité des accusateurs. En effet, les rapports sur l’attaque sont extrêmement contradictoires. Certaines informations indiquent qu’il y a plus de 1300 morts, d’autres parlent de moins de 200 et enfin, de 350 morts.
« Médecins sans frontières » est aussi allé de son rapport qui ne repose pas sur ses propres informtions mais est basé sur celui reçu d’eux et expédié un groupe rebelle syrien. D’une grande crédibilité, bien sûr.

La vidéos de l’attaque présumée a été mise en ligne sur Internet par les « rebelles », quelques heures avant l’attaque supposée. Quelques images prouvent même qu’on a affaire à des acteurs sur certaines scènes, d’autant plus que le gaz sarin est dévastateur.
Les États-Unis ont exhorté, en vain, l’équipe d’inspection de l’ONU de mettre fin à ses travaux. Ces derniers ont insisté pour rester 4 jours supplémentaires, pour mieux pousser leurs investigations et déterminer les faits réels.
Nous croyons avoir été simple et assez explicite pour que, même le plus sceptique des hommes, prennent un peu de recul. Parce que, la presse mainstream passe sont temps à diaboliser le président Assad. Avec le vrai visage de ceux-ci, vu plus haut, on se demande bien les « qui » sont des monstres…Ces gens fuient les pourparlers de Genève II. Et si les observateurs de l’ONU annoncent que c’est leurs protégés qui ont utilisé des arms chimiques, quelle sera la réponse de monsieur autopersuasion Obama ? Les attaquer ?

0 0 voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x