Aller à…
RSS Feed

La carte détaillée des zones de combat en Syrie, d’après les sources proches de la rébellion :


http://en.wikipedia.org/wiki/Template:Syrian_civil_war_detailed_map

carte dans la version russe : Carte des « zones rebelles » selon ANNA-InterFax.

http://anna-news.info/sites/default/files/2011/u478/%20%D1%81%D0%B8%D1%80%D0%B8%D0%B8%20-%20%D1%80%D0%B0%D0%B9%D0%BE%D0%BD%D1%8B.jpg

Le point de la situation selon infosyrie :

Ces analystes qui prennent leurs désirs pour des réalités, et leurs lecteurs pour des imbéciles

Par Louis Denghien, le 5 janvier 2013

L’AFP, l’OSDH et nos « prévisionnistes » syrologues patentés continuent de se heurter, tout comme leurs amis ou alliés rebelles, à la solidité de l’armée syrienne, elle même reflet de la solidité de la nation syrienne….

Les différentes sources médiatiques et militaires syriennes annonçaient, ces dernières 48 heures, que la ville de Daraya, principal point d’appui des rebelles au sud de Damas, était totalement nettoyée. Eh bien, ce samedi matin, l’AFP titre ainsi son compte-rendu de la situation militaire : « L’armée progresse autour de Damas« . Titre qu’elle accompagne immédiatement de restrictions : ainsi, selon elle (d’après l’OSDH) l’armée a juste « avancé » et « resserré son étau » sur les localités de Daraya et de Mouadamiyat al-Cham (deux kilomètres à l’ouest de Daraya). Et plus loin dans l’article, le préposé à la désinformation prend de la « hauteur », rappelant à ses lecteurs que l’armée syrienne a été, ces derniers mois « chassée de larges zones du nord et de l’est du pays« . Et qu’elle concentre ses efforts sur la sécurisation d’un « axe allant du sud jusqu’au pays alaouite sur la côte ouest (….) en passant par Damas et sa périphérie« .

L’exercice de voyance (extra-non lucide) d’Agnès Levallois

Cette thèse du repli des forces gouvernementales sur une « Syrie utile » (et minimum) est devenue presque un lieu commun des spécialistes français. Elle leur permet d’expliquer la résistance déconcertante du régime : ainsi, on a pu lire vendredi cette analyse de la très géopolitiquement correcte Agnès Levallois – invitée permanente des plateaux de I-Télé, pour mieux la situer  : « Bachar al-Assad s’accroche jusqu’au bout au pouvoir quitte à provoquer des massacres (…) Il cherche à gagner du temps. Plus il gagne du temps, plus il pense qu’il pourra s’en sortir (…) Non pas en récupérant l’ensemble du territoire mais en en gardant une partie : Damas, le noeud stratégique de Homs, et de fait la voie vers la montagne alaouite« . Et dame Levallois d’estimer – de déplorer – que le régime « a encore la capacité de contrôler Damas durant des mois avant d’envisager l’option de la région alaouite« .

Passons très vite sur le fait qu’Agnès Levallois ne semble pas envisager une seconde que les fanatiques et égorgeurs qu’elle soutient implicitement – pas officiellement, ces gens-là sont devenus un peu « délicats » à assumer pour une bourgeoise « démocrate » – ont une responsabilité importante dans les massacres qu’elle attribue à Bachar. Et allons au fond de l’argumentation : que le gouvernement syrien, attaqué sur plusieurs fronts, s’attache à préserver l’essentiel, c’est une évidence. Et, comme le reconnaissent à reculons l’AFP et  Levallois, il y parvient à peu près, gardant et raffermissant non seulement le contrôle des zones et villes évoquée plus haut, mais ayant depuis quelque temps bloqué toute progression rebelle à Alep, reconquise lentement mais sûrement, sur le modèle de Homs.

Mais il fait quand même, ce gouvernement, un peu mieux que ça : comme l’a reconnu voici quelques jours dans une interview à l’AFP le patron de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, fonctionnaire de la propagande anti-syrienne depuis le début des événements, des villes importantes comme Idleb au nord, Deir Ezzor à l’est, Deraa au sud, Ar Raqqah et al-Hassake au nord-est sont toujours aux mains de l’armée, qui ne fait face là, au pire, qu’à des infiltrations de bandes mais pas à des offensives menaçantes et de quelque ampleur. Restons dans cette zone nord de la Syrie d’où l’armée, selon la vulgate journalistique, aurait été définitivement chassée : tout près d’Idleb, les assauts de plusieurs centaines d’islamistes contre la base aérienne de Taftanaz ont été, de l’aveu de l’OSDH, repoussées, et avec pertes. Même topo en ce qui concerne celle de Wadi Deif, près de Maarat al-Numan. Dans cette même province stratégique d’Idleb, l’armée tient les villes secondaires – et noeuds routiers – de Jisr al-Choughour et de Khan Shaykun, respectivement au nord-ouest et au sud de Maarat al-Numan où l’armée a repris pied.

Au nord d’Alep, l’armée a menée des opérations aux environs de la frontière turque, près de la ville d’Azaz, tient toujours la base de Marea (une trentaine de kilomètres au nord d’Alep) et a annoncé ces derniers jours la prise de la bourgade de Kaljibrin, entre Marea et Azaz. À l’ouest d’Alep, l’agence syrienne Sana signalait toujours des combats vendredi dans le secteur d’Antareb (ou al-Atarib, 20 kilomètres à l’ouest de la ville), verrou des approches occidentales d’Alep, que les rebelles venus de Turquie ou du gouvernorat d’Idleb tentent depuis des mois maintenant de faire sauter pour tendre la main à leurs camarades assiégés dans la ville. Verrou qui tient plus que jamais.

Et tant Agnès Levallois que ses collègues atlantistes semblent avoir oublié ce « détail » : l’hostilité active des groupes de défenses kurdes qui contrôlent désormais une large portion de la frontière syro-turque, ce qui ne peut que gêner le ravitaillement des bandes armées islamistes.

Méthode Coué

Bref, non seulement le gouvernement tient ses bastions, mais il est présent dans cette zone disputée du nord syrien, où la rébellion contrôle des montagnes, des routes, des villages, des postes-frontière et, au mieux, des villes secondaires, d’ailleurs régulièrement bombardés par l’artillerie et l’aviation gouvernementale – dont on nous annonçait voici peu qu’elle allait être clouée au sol par les redoutables Stinger et autres missiles sol-air dont disposaient désormais les insurgés. Le seul succès notable des rebelles dans cette région depuis des mois est la prise, le 25 décembre, de la petite ville de Harem, située sur la frontière turque, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest d’Alep. Et Harem était quand même assiégée depuis des mois.

Mais les journalistes et analystes officiels s’accrochent à leur postulat : le régime recule, le régime va tomber. Il n’en prend pas tout à fait le chemin (même la Levallois repousse la chute finale à dans « plusieurs mois« ) et nous répétons une fois de plus que la rébellion, toutes tendances confondues, n’a pas les moyens de triompher de l’armée syrienne, et d’ailleurs, certains articles de l’AFP ont reconnu, ponctuellement, cette évidence « technique ». Mais au fond, même chez ces soi disant analystes, soi disant objectifs et bien renseignés, ce ne sont pas les faits qui sont déterminants mais leurs préjugés politiques : Le régime syrien va tomber, car il doit tomber. C’est un acte de (mauvaise) foi. Ce n’est pas de l’information ou de l’analyse « froide ». Après tout, s’ils veulent continuer à se décrédibiliser, c’est leur droit le plus strict. Ce seront d’autres victimes de Bachar al-Assad, en quelque sorte….