Aller à…
RSS Feed

La chute de la monnaie alimente la pauvreté au Liban. The Great Reset a débuté au Proche-Orient


par Robert Bibeau

Par Jean Shaoul

Les travailleurs descendent dans les rues du Liban et mettent en place des barrages routiers avec des barils et des pneus en feu pour la deuxième journée. La livre libanaise a chuté lundi à un niveau historiquement bas, s’échangeant à près de 10.000 dollars US au marché noir.

La crise économique et financière, intensifiée par la pandémie de coronavirus et le défaut de paiement de la dette souveraine du Liban envers les prêteurs internationaux, a plongé plus de la moitié des six millions d’habitants du pays dans la pauvreté.

La chute de la monnaie a entraîné une flambée des prix des denrées alimentaires, tandis que le salaire minimum est tombé en termes réels à seulement 67 dollars par mois, contre environ 450 dollars par mois il y a deux ans, rendant impossible de mettre de la nourriture sur la table. En décembre dernier, la Banque mondiale a prévu que le PIB du Liban chuterait de près de 20 %, avertissant que le pays était confronté à une « dépression ardue et prolongée ». (Voilà que le Liban vit son « Great Reset » avant tout le monde. NdÉ)

La pénurie désespérée de devises fortes a également entraîné des retards dans l’importation de mazout et de diesel pour produire de l’électricité, ce qui a provoqué de longues pannes de courant dans tout le pays, qui durent plus de 12 heures par jour.

Les souffrances s’étendent à la Syrie voisine, dont l’économie est étroitement liée à celle du Liban, qui faisait autrefois partie de la Syrie avant la défaite de l’Empire ottoman lors de la Première Guerre mondiale. La Syrie – dont l’économie a été ravagée par les sanctions occidentales et la guerre par procuration de dix ans, menée par les États-Unis, les monarchies du Golfe et la Turquie pour renverser le régime du président Bachar al-Assad – a vu sa monnaie tomber à 3 900 livres syriennes contre le dollar.

De nombreux Syriens, qui utilisent les banques libanaises qui offrent aux consommateurs des comptes d’épargne et des comptes chèques en dollars américains avec des taux d’intérêt allant jusqu’à 30 %, ont vu leur argent bloqué car la banque centrale du Liban a mis en place des contrôles de capitaux plus stricts.

De nombreux produits de base sont chers et rares, avec de longues files d’attente à l’extérieur des boulangeries et des stations-service, et de fréquentes coupures d’électricité qui nuisent aux entreprises locales et aggravent le chômage.

Autrefois exportatrice de céréales, la Syrie a vu sa production de blé diminuer de moitié à la suite de plusieurs années de sécheresse, puis de la guerre qui a ravagé l’agriculture du pays.

Elle est aujourd’hui devenue importatrice de blé. Le prix du pain a flambé à la suite des sanctions sectorielles imposées par les États-Unis et des restrictions imposées par la Russie sur l’exportation de blé pour maintenir ses propres approvisionnements pendant la pandémie.

De même, la Syrie, autrefois autosuffisante en pétrole, a vu son approvisionnement en carburant réduit par les sanctions américaines sur son commerce pétrolier et par son soutien militaire au contrôle kurde des champs pétroliers de l’Est.

L’impasse politique du Liban est telle – symptomatique de l’effondrement général des gouvernements bourgeois dans le monde – qu’aucun nouveau gouvernement n’a prêté serment depuis la démission du gouvernement du Premier ministre Hassan Diab à la suite de l’explosion catastrophique du port de Beyrouth.

L’explosion d’août dernier, largement imputée à des années de négligence et de corruption des gouvernements successifs, a fait 211 morts, plus de 6 000 blessés et détruit une grande partie du nord de la ville.

En octobre dernier, le président Michel Aoun a fait appel à l’ancien premier ministre Saad Hariri, un client milliardaire de l’Arabie saoudite et de la France qui a été contraint de démissionner en raison des manifestations de masse qui ont duré des mois et qui ont débuté en octobre 2019.

Ces manifestations ont éclaté en raison de l’augmentation de la pauvreté, des inégalités sociales et de la corruption rampante du gouvernement, et ont soulevé des demandes pour la fin du système politique sectaire et des élections pour former un nouveau gouvernement.

Mais les deux hommes n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur la composition d’un nouveau cabinet qui engloberait leurs différents réseaux de patronage.

Les protestations qui ont commencé au nord du Liban se sont rapidement étendues au sud du pays, à la capitale Beyrouth, à ses banlieues sud qui abritent des partisans du Hezbollah, et aux régions de la Bekaa orientale, englobant des partisans de tous les principaux groupes politiques.

Arrimée au dollar à 1 500 depuis 1997, la livre a chuté précipitamment sur le marché noir à mesure que la crise économique s’aggravait, se stabilisant à 8 000-8 500 pour un dollar ces dernières semaines, après être tombée à 9 900 livres en juillet. (Voilà le premier acte du Great Reset. NdÉ)

La banque centrale a subventionné la différence entre les deux taux, ainsi que l’importation de nombreux produits de base, dont le carburant et la farine. Les maisons de change et les banques commerciales sont mandatées par le gouvernement pour faire des échanges à 3900 livres contre le dollar, un ordre uniformément ignoré.

Cette dernière chute a fait suite à l’examen par la banque centrale des prêteurs du Liban, certains des hommes d’affaires et des politiciens les plus riches du pays, et à la date limite de dimanche pour que les banques augmentent leur capital de 20 %. L’examen de la banque a été effectué en réponse à la pression internationale en faveur de réformes financières comme condition préalable à l’octroi de prêts au pays lourdement endetté.

Selon M. al-Akhbar, l’effondrement de la monnaie est en partie dû au fait que les banques commerciales ont retiré des dollars du marché pour répondre aux demandes de la banque centrale.

Le Liban – pris dans le collimateur de l’escalade du conflit entre, d’une part, les États-Unis, Israël et les pétro-monarques du Golfe et, d’autre part, l’Iran et ses alliés, dont la Syrie – a été mis à sec alors que le président américain Joe Biden intensifie la pression sur l’Iran. (Ce que faisaient déjà Donald Trump et Barack Obama avant lui. Plus ça change les larbins politiciens…plus c’est pareil. NdÉ)

Les pays du Golfe ont refusé d’aider, malgré la récente tournée de Hariri avec un bol de mendiant, à moins qu’il ne forme un gouvernement qui ne dépende pas du Hezbollah, le groupe chiite militant qui est soutenu par l’Iran et qui possède le plus grand bloc au parlement libanais.

Les banques et institutions occidentales ont refusé de débloquer les 11 milliards de dollars promis lors d’une conférence en 2018 tant que le gouvernement n’aura pas mis en œuvre les réformes du marché libre, tandis que les pourparlers avec le Fonds monétaire international au printemps dernier ont été bloqués pour des raisons similaires. (C’est ce que l’on appelle la guerre financière qui complète la guerre commerciale qui accompagne la guerre militaire et parfois la guerre sanitaire. NdÉ)

Ces dernières protestations font suite à d’autres qui ont eu lieu ces dernières semaines contre l’élite au pouvoir et la détérioration des conditions de vie. Le mois dernier, des affrontements violents ont éclaté entre les manifestants et les services de sécurité devant un tribunal militaire à Beyrouth, après que les juges ont décidé que six manifestants de Tripoli, la ville la plus pauvre du Liban, avaient commis « des actes de terrorisme et des vols » lors des émeutes contre la pauvreté en janvier, qui ont été réprimées par la force meurtrière.

Des protestations ont été émises contre les retards et la corruption qui ont marqué l’enquête officielle grotesque sur l’explosion du port. Le juge Fadi Sawan, qui dirigeait l’enquête, a été démis de ses fonctions par la Cour de cassation, qui a mis en doute son objectivité étant donné que sa propre maison était l’une de celles qui ont été endommagées par l’explosion.

Son licenciement est intervenu après qu’il ait inculpé le Premier ministre intérimaire Hassan Diab, qui avait cherché à enquêter sur le stockage dangereux de la cache de nitrate d’ammonium dans le port pendant des années dès qu’il en a été informé, ainsi que trois anciens ministres ayant fait preuve de négligence à propos de l’explosion, et non ses prédécesseurs qui n’avaient rien fait à ce sujet.

Il y a également eu des protestations contre les banques qui auraient retardé la mise en œuvre de la « loi sur les dollars des étudiants » qui permet aux étudiants de recevoir jusqu’à 10000 dollars lorsqu’ils étudient dans une université à l’étranger.

Le Liban, dont le système de santé s’est effondré, a l’un des taux les plus élevés au monde de nouvelles infections et de décès par le COVID-19. La colère populaire contre l’élite au pouvoir est encore alimentée par les politiques qui ont eu l’audace de faire la queue pour obtenir certains des moins de 30 000 vaccins mis à disposition dans le cadre de la subvention de 34 millions de dollars de la Banque mondiale, la première à être mise à la disposition d’un pays, pour acheter le vaccin BioNTech/Pfizer. (Laissé les vaccins à ARN mutant aux larbins politiciens et aux riches, le peuple en sera ainsi débarrassé. NdÉ)

Le président Aoun, son épouse et 10 membres de son entourage, suivis de 16 législateurs et d’une poignée de membres du personnel ont reçu leurs vaccins avant les quelque 730 000 personnes qui ont été enregistrées, ce qui a suscité l’indignation et la démission dégoûtée de Thalia Arawi, responsable de l’éthique du programme national de vaccination. La Banque mondiale a menacé de suspendre le financement des vaccins et le soutien à la pandémie pour le Liban si les violations sont confirmées.

Cette décision fait suite aux efforts des dirigeants libanais qui ont détourné un prêt de 204 millions de dollars de la Banque mondiale pour alimenter 147 000 familles libanaises pauvres pour l’année prochaine à leur propre avantage en distribuant l’argent en livres sterling aux bénéficiaires à un taux inférieur à celui du marché, les banques empochant la différence.

Les divisions et les clivages au sein de l’élite dirigeante sont mis en évidence par la surveillance accrue dont fait l’objet Riad Salameh, gouverneur de la banque centrale du Liban depuis 1993, qui a longtemps été proche de Washington et de Paris, pour sa mauvaise gestion de l’économie.

Avec deux courtiers de change, il ferait l’objet d’une enquête par un juge pour des accusations liées au versement de dollars américains à des courtiers de change. Salameh devrait également être interrogé par des fonctionnaires suisses sur le blanchiment d’argent, des allégations qu’il a décrites comme « des fabrications et des fausses nouvelles »

En complément : Pendant ce temps-là… – Au Liban, la colère de la rue face au coût de la vie (facebook.com)

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x