Aller à…
RSS Feed

La Coupe du monde a révélé la faillite des accords d’Abraham


Publié par Gilles Munier sur 7 Décembre 2022, 19:15pm

Catégories : #Qatar, #Palestine

La Coupe du monde au Qatar a percé l’illusion que les accords d’Abraham ne sont rien de plus que des accords entre un État d’apartheid et des dictatures brutales.

Par Mitchell Plitnick (revue de presse: Mondoweiss – 4/12/22)*

Début octobre, le New York Times a publié un article sur la romance éclair entre un rabbin hassidique et son éventuelle épouse. Le rabbin vit aux Émirats arabes unis, où leur mariage a eu lieu. Le mariage, dans la tradition hassidique typique, était grand, avec de nombreux invités. Plusieurs de ces invités appartenaient à la classe d’élite de la communauté émiratie, selon l’article.

L’histoire a été présentée comme démontrant le succès des accords d’Abraham, l’accord négocié par le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, qui a normalisé les relations entre Israël et les Émirats arabes unis, Bahreïn et, de manière plus qualifiée, le Soudan. Les accords représentent l’idée qu’Israël peut retrouver des relations normales avec le monde arabe, et en particulier les riches autocraties du Golfe persique dirigées par l’Arabie saoudite, sans démanteler leur système d’apartheid ni reconnaître les droits humains, civils et nationaux des Palestiniens.

Maintenant bien ancrés dans leur troisième année, les efforts pour maintenir l’illusion que les Accords d’Abraham sont autre chose qu’un accord militaire et commercial entre un État d’apartheid et des dictatures brutales dans le Golfe se heurtent à de sérieux obstacles. Nulle part cela n’a été plus évident qu’au Qatar, lors de la Coupe du monde.

Les fans de football et les journalistes israéliens ont semblé surpris de constater que les supporters et les travailleurs arabes du Qatar ne les accueillaient pas à bras ouverts. Les drapeaux palestiniens étaient en évidence, une nouveauté à la Coupe du monde qui avait, dans le passé, désapprouvé ou même bloqué de tels affichages, feignant un vernis d’apolitisme. Mais plus que cela, les Israéliens ont signalé une atmosphère hostile au Qatar.

Des journalistes israéliens qui ne pouvaient pas ou ont choisi de ne pas cacher leur nationalité ont déclaré avoir été invités à quitter les taxis et les restaurants, avoir rencontré de l’hostilité et avoir du mal à trouver des personnes qui leur parleraient. Les touristes et les fans israéliens ont souvent menti sur leur nationalité. Aucun cas de violence ou de comportement menaçant n’a été signalé, mais les Israéliens, pour la plupart, ont déclaré qu’ils ne se sentaient pas les bienvenus et mal à l’aise.

Il y a également eu des manifestations coordonnées de solidarité publique avec la Palestine. Les supporters tunisiens et marocains, lors de matches séparés, ont brandi des banderoles sur lesquelles était écrit « Libérez la Palestine » à la 48e minute de leurs matchs, commémorant la Nakba de 1948. Tout au long du tournoi, des supporters arabes ont pu être vus tenant des drapeaux palestiniens, portant des t-shirts de soutien, ou portant le keffieh.

Un journaliste israélien couvrant la Coupe du monde a écrit : «… nous ne voulions pas écrire ces mots : après 10 jours à Doha, nous ne pouvons pas cacher ce que nous vivons. Nous nous sentons haïs, entourés d’hostilité, pas les bienvenus. »

De toute évidence, les accords d’Abraham et le désir évident des dictateurs du Golfe de réchauffer les liens avec Israël et de balayer les Palestiniens sous le tapis ont donné à ces Israéliens la fausse impression que les peuples du monde arabe étaient aussi cyniques et insensibles au sort des Palestiniens comme leurs chefs. Ils ont découvert que ce n’était pas le cas.

En fait, la Coupe du monde a exposé les accords d’Abraham pour la fraude qu’ils sont. La journaliste israélienne de droite Lahav Harkov a exprimé une compréhension beaucoup plus claire du sentiment dans le monde arabe lorsqu’elle a écrit que « … les accords d’Abraham étaient un accord de gouvernement à gouvernement, pas de peuple à peuple. Et, il faut noter, que ces gouvernements sont autoritaires à des degrés divers… de sorte que leur volonté de faire la paix ne reflète pas nécessairement celle des personnes sous leur règne. »

Bien sûr, Harkov perpétue ici un mensonge lorsqu’elle se réfère aux accords ayant «fait la paix» entre les Émirats arabes unis, Bahreïn et Israël, car ces pays n’ont jamais été en guerre. Mais les Émirats arabes unis et Bahreïn n’avaient pas auparavant de relations diplomatiques officielles et normales avec Israël. C’est ce que les Accords ont changé. Pourtant, son argument de base est correct : ces accords, comme les accords de paix que les États-Unis ont négociés pour Israël avec l’Égypte et la Jordanie il y a des décennies, ont été conclus sans le consentement et contre la volonté de l’écrasante majorité des citoyens de ces pays.

En fait, un sondage mené l’été dernier par le groupe de réflexion créé par l’AIPAC, le Washington Institute for Near East Policy (WINEP), a révélé que seulement 25 % des personnes aux Émirats arabes unis, 20 % à Bahreïn et 19 % des personnes en Arabie saoudite avaient une vision positive des accords d’Abraham. Et, même s’ils n’ont pas approfondi cette question, il est prudent de supposer qu’au moins certains de ceux qui avaient une vision positive des accords l’ont ressenti à cause d’intérêts commerciaux ou de la peur de l’Iran, et non parce qu’ils étaient positifs envers Israël ou indifférent aux Palestiniens.

Un autre exemple de l’attitude choquante d’auto-tromperie des visiteurs israéliens au Qatar a été présenté par le journaliste sportif israélien Tal Shorrer qui a déclaré : « J’étais tellement excité de venir avec un passeport israélien, pensant que ça allait être quelque chose de positif. C’est triste, c’est désagréable. Les gens nous insultaient et nous menaçaient. »

Cette attitude va bien au-delà de l’auto-illusion sur les accords d’Abraham. Cela reflète l’absence des Palestiniens dans la conscience israélienne. Le concept d’un « processus de paix », aussi fallacieux qu’il ait pu être, n’existe plus dans l’esprit israélien. Le public israélien s’est également fait dire à plusieurs reprises que le monde arabe oublie les Palestiniens. Ainsi, quelqu’un comme Shorrer peut aller dans un endroit avec des gens de tout le monde arabe et s’attendre à être chaleureusement accueilli en tant qu’Israélien.

Un rapport du Times of Israel a involontairement démontré la profondeur des œillères israéliennes sur ce sujet. Ils ont cité le blogueur russe Vitya Kravchenko, qui avait rencontré une grande hostilité de la part des fans polonais et avait commencé à dire aux gens qu’il venait de Serbie. « Cette guerre est la plus grande catastrophe de ma vie », a-t-il dit, faisant référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. « Quand je me parle, je dis que je ne veux pas être russe. Le problème ne concerne pas les autres, le problème est ma propre conscience. »

L’article présentait Kravchenko comme partageant l’expérience israélienne au Qatar. Mais les rédacteurs et éditeurs de TOI passent complètement à côté de la distinction cruciale : Kravchenko a honte de ce que son pays et son dirigeant ont fait à l’Ukraine. Sa conscience le trouble beaucoup même s’il a quitté la Russie il y a des mois à cause de la guerre. C’est, dit-il clairement, ce qui le hante alors qu’il fait face à la colère des Polonais qui se sentent menacés par la Russie. Il ne blâme pas les Polonais et n’attend rien de différent d’eux.

Les Israéliens sont venus avec un état d’esprit très différent. Un fan israélien, Duby Nevo, a déclaré au Guardian : « J’espère vraiment rencontrer des gens du monde entier et en particulier des pays arabes – s’ils veulent se faire des amis. Je veux juste profiter [du football], sans aucun conflit. » Ce n’est clairement pas le sentiment d’un ultra-nationaliste d’extrême droite. Au contraire, la déclaration reflète une sorte de divorce avec la politique.

Et c’est précisément le problème. Là où Kravchenko ressentait le poids terrible de ce que son pays fait subir à l’Ukraine, Duby Nevo espérait pouvoir se faire de nouveaux amis « arabes », comme si la dépossession du peuple palestinien et l’assaut continu contre ses droits humains et civils ne l’empêchaient pas d’exister. Les Israéliens sont venus au Qatar en pensant que les peuples du monde arabe étaient prêts, comme leurs dirigeants corrompus, à oublier les Palestiniens, à faire des affaires et même à développer des relations personnelles avec les Israéliens comme si ces Israéliens ne contribuaient pas activement ou tacitement au conflit en cours et aux souffrance des Palestiniens.

Comme l’a noté Harkov, ces Israéliens naïfs allaient avoir un réveil brutal. En effet, Harkov a semblé surpris non pas du traitement réservé aux Israéliens au Qatar, mais de leur conviction que les choses seraient autrement.

Israël aime jeter autour du mythe qu’il est « la seule démocratie du Moyen-Orient ». Bien que cette affirmation dépérisse même sous l’examen le plus superficiel, il est toujours vrai que les citoyens israéliens, en particulier les juifs israéliens, ont des droits de vote qui leur donnent leur mot à dire dans les décisions de leur gouvernement et que cela est différent du système au Qatar, aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite et dans une grande partie du monde arabe.

Israël gonfle ce point bien au-delà de sa réalité lorsqu’il décrit les réalités de la démocratie dans un État d’apartheid, mais, dans leur orgueil, les Israéliens passent également à côté de certaines implications importantes des structures démocratiques dont ils disposent. En fin de compte, les dirigeants des Émirats arabes unis, de Bahreïn et du Qatar ne sont pas élus. Mais en Israël, ce sont les électeurs qui ont décidé non seulement de ramener Benjamin Netanyahu et de l’associer à des gens comme Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir ; ils ont également créé l’atmosphère politique où même un parti palestinien modéré comme Ra’am est étiqueté « terroriste » pendant son bref passage dans un gouvernement israélien ; ils ont créé une réalité où l’opposition à ce nouveau gouvernement comprend des racistes de droite flagrants comme Avigdor Liberman et Gideon Sa’ar, d’anciens chefs militaires qui se vantent du nombre d’Arabes qu’ils ont tués comme Benny Gantz , et un « modéré » comme Yair Lapid qui lance ses campagnes politiques dans les colonies illégales de Cisjordanie.

Telles sont les politiques créées par la « démocratie » israélienne. Les Israéliens qui veulent juste se faire de nouveaux amis parmi les Arabes du Qatar et des Émirats arabes unis participent à la création du gouvernement qui a signé les accords d’Abraham, contrairement aux citoyens bahreïnis et émiratis.

Pourtant, même ainsi, il y a des limites à ce que même les autocrates peuvent aller. Bien avant les élections israéliennes, alors qu’il devenait déjà clair que Netanyahu gagnerait et que la coalition sioniste religieuse dirigée par Smotrich et Ben Gvir serait probablement un acteur clé du prochain gouvernement, le ministre émirati des Affaires étrangères Abdullah bin Zayed a averti Netanyahu qu’un gouvernement qui incluait ces personnalités d’extrême droite pourrait mettre en péril les liens forgés par les accords d’Abraham.

Il reste à voir comment cela pourrait se dérouler, mais avec l’annonce que Smotrich sera le nouveau ministre des Finances – un rôle clé dans la facilitation du commerce bilatéral que certains considèrent comme la caractéristique la plus importante des accords d’Abraham – il est certain que les EAU seront confrontés à la perspective de devoir soit travailler étroitement et publiquement avec un ministre qui adoptera des mesures draconiennes contre les Palestiniens (Smotrich aura également un contrôle considérable sur l’entreprise de colonisation, et un nouveau ministère gouvernant la « mission nationale ») ou rompre les liens avec Israël qu’ils ont travaillé si longtemps à établir. Même les Emiratis autocratiques ne peuvent pas se permettre d’ignorer complètement la volonté de leur peuple alors qu’ils embrassent un raciste anti-arabe simplement pour augmenter leur richesse déjà énorme.

La Coupe du monde a exposé les Accords d’Abraham pour la mascarade anti-démocratique qu’ils sont. Ils n’ont pas changé la façon dont Israël est perçu dans le monde arabe. Rien d’autre que la pleine reconnaissance et la réalisation des droits des Palestiniens ne peut faire cela. Malgré le flanflam que l’administration Trump a lancé sur le monde et sur les Israéliens avec les Accords ; malgré le soutien continu et indéfectible de l’administration Biden à cette arnaque ; et malgré les illusions entretenues par tant d’Israéliens, la nouvelle alliance militaire et commerciale avec Israël est considérée comme honteuse et détestable par la majeure partie du monde arabe. C’était une chose à ne pas manquer à la Coupe du monde.

Mitchell Plitnick est le président de ReThinking Foreign Policy. Il est co-auteur, avec Marc Lamont Hill, de Except for Palestine: The Limits of Progressive Politics . Mitchell a été vice-président de la Fondation pour la paix au Moyen-Orient, directeur du bureau américain de B’Tselem, et co-directeur de Jewish Voice for Peace.

*Source : Mondoweiss – Traduction : Google

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x