Aller à…
RSS Feed

La guerre se prépare: L’essai d’un missile antisatellite russe révèle la course aux armements dans l’espace


Boîte de réception
les 7 du quebec Se désabonner

lun. 22 nov. 20:42 (il y a 2 jours)

les 7 du quebec

La guerre se prépare: L’essai d’un missile antisatellite russe révèle la course aux armements dans l’espace
par Robert Bibeau

Par Moon of Alabama – Le 16 novembre 2021

Hier, la Russie a testé avec succès un missile antisatellite à « ascension directe » lancé depuis le sol :

Le ministre russe de la Défense, Sergey Shoigu, a déclaré que le système d’armement de pointe russe qui vient d’être testé a atteint sa cible avec une grande précision.

« Il est vrai que nous avons testé avec succès un système futuriste. Il a touché un vieux satellite avec une précision digne d’un orfèvre. Les débris restants ne représentent aucune menace pour l’activité spatiale », a déclaré M. Shoigu aux médias lors d’une visite de travail des unités militaires de la région militaire occidentale, près de Voronej.

Les États-Unis, la Chine et l’Inde ont déjà procédé à des essais similaires d’armes cinétiques destinées à détruire des satellites. Ces essais sont problématiques car ils créent des champs de débris qui mettent en danger d’autres objets en orbite terrestre :

Sept astronautes de la Station spatiale internationale ont été contraints de s’abriter dans leur vaisseau spatial tôt lundi (15 novembre) lorsque la station est passée à proximité de débris orbitaux, selon les rapports.

Les passages de débris spatiaux ont commencé lundi à l’aube et la Station spatiale internationale a continué à passer à proximité de débris toutes les 90 minutes environ, selon les experts qui suivent la situation. L’agence spatiale russe Roscosmos a confirmé la rencontre avec les débris spatiaux à Space.com, mais la NASA n’a pas encore commenté la situation, ni publiquement ni auprès de Space.com.

Les missiles antisatellites peuvent être utilisés contre autres choses que des satellites. Par exemple un missile intercontinental transportant son ogive avec une trajectoire le menant dans l’espace. Un missile anti-satellite pourrait la détruire avant qu’il ne revienne dans l’atmosphère.

Pourquoi la Russie voudrait-elle détruire des satellites, pourrait-on se demander. Le producteur d’armes américain Northrop Grumman a récemment indiqué pourquoi :

Northrop Grumman Corporation (NYSE : NOC) a récemment achevé l’examen critique de la conception du prototype du détecteur spatial de poursuite hypersonique et balistique (HBTSS) pour l’Agence américaine de défense antimissile (MDA). Cette revue établit l’approche technique de l’entreprise pour une couverture précise et opportune des capteurs afin de vaincre les missiles balistiques et hypersoniques.

Les satellites HBTSS assureront un suivi et un transfert continus pour permettre le ciblage des missiles ennemis lancés depuis la terre, la mer ou les airs. Ils constituent un élément essentiel de la constellation de satellites OPIR (Overhead Persistent Infrared), qui peut capter les signatures thermiques pour détecter et suivre les missiles depuis les premiers stades de leur lancement jusqu’à leur interception.

Agrandir

Poursuivre et cibler les missiles hypersoniques russes ? On dirait que la Russie cherche des moyens d’empêcher cela.

Les courses aux armements sont amusantes, n’est-ce-pas ?

La Russie et la Chine pressent depuis longtemps les États-Unis et d’autres pays d’accepter un traité qui interdirait les systèmes d’armes actifs dans l’espace, les missiles antisatellites et, par conséquent, certaines des défenses antimissiles balistiques dont les États-Unis aimeraient disposer. La partie américaine a toujours refusé d’ouvrir des négociations sur un tel traité.

Le commandement spatial américain, créé l’année dernière pour militariser l’espace, accuse maintenant la Russie de faire de même :

« La Russie développe et déploie des capacités visant à refuser activement l’accès et l’utilisation de l’espace par les États-Unis, leurs alliés et leurs partenaires », a ajouté le général James Dickinson, commandant du commandement spatial américain. « Les essais russes d’armes antisatellites à ascension directe démontrent clairement que la Russie continue de rechercher des systèmes d’armes de contre-attaque dans l’espace qui sapent la stabilité stratégique et constituent une menace pour toutes les nations. »

Le ministère russe de la Défense a réagi :

Le ministère russe de la Défense a qualifié d’hypocrites les déclarations du Département d’État américain et du Pentagone qui ont tenté d’accuser la Russie de créer des risques pour la Station spatiale internationale (ISS), a déclaré mardi l’agence militaire.

L’agence militaire russe a rappelé qu’en 2020, les États-Unis ont créé le Space Command et adopté officiellement une nouvelle stratégie spatiale dont l’un des objectifs officiels est de « garantir la supériorité dans l’espace ». « À son tour, le Pentagone, tant avant ces mesures officielles que, de surcroît, après, a activement développé et testé en orbite, sans aucune notification, les plus récents moyens de combat d’attaque de différents types, y compris les dernières modifications des drones spatiaux X-37 », a déclaré le ministère.

Le X-37 est une navette spatiale non habitée que les États-Unis ont envoyé en mission secrète pendant plusieurs mois. Elle est soupçonnée d’être capable de détourner ou de manipuler des satellites.

Agrandir

Dans l’échange suivant de diplomatie publique, l’ambassadeur britannique à la Conférence du désarmement a également fait preuve d’une hypocrisie digne des États-Unis :

Aidan Liddle @AidanLiddle – 21:56 UTC – 15 nov. 2021

Le test de missile ASAT russe va directement à l’encontre de ses propres appels à ne pas militariser l’espace, et illustre exactement les menaces qui pèsent sur les systèmes spatiaux britannique mis en évidence à la #FirstCommittee il y a quelques semaines. La Russie doit s’engager dans le processus de l’ONU sur les comportements responsables dans l’espace.

Ce à quoi son homologue russe a répondu :

Mikhail Ulyanov @Amb_Ulyanov – 12:50 UTC – 16 nov. 2021

Désolé de vous rappeler, M. Liddle, que le Royaume-Uni et les États-Unis sont les principaux opposants à un instrument juridiquement contraignant visant à empêcher l’armement de l’espace. Je me souviens de mes différends avec votre prédécesseur à ce sujet.

Aidan Liddle @AidanLiddle – 12:57 UTC – 16 nov. 2021

Malheureusement, votre projet de traité ne ferait rien pour empêcher ce genre de choses, ou d’autres menaces pour les systèmes spatiaux. C’est pourquoi nous avons lancé une discussion à l’ONU sur les comportements spatiaux responsables qui, elle, pourrait l’empêcher. Nous sommes impatients de travailler avec la Russie et d’autres pays à cet égard.

Aidan Liddle @AidanLiddle – 12:59 UTC – 16 nov. 2021

Nous n’excluons pas un instrument juridiquement contraignant sur l’espace. Mais il doit faire face aux menaces telles qu’elles sont aujourd’hui.

Mikhail Ulyanov @Amb_Ulyanov – 13:08 PM – Nov 16, 2021

Si le projet de traité sur le #outerspace déposé par la Russie et la Chine n’est pas parfait, rien n’empêche Londres de faire des contre-propositions et d’entamer des négociations. Mais pour le Royaume-Uni, un instrument juridiquement contraignant n’est pas acceptable. Il préfère des « comportements responsables dans l’espace » vagues et non contraignants.

Aidan Liddle @AidanLiddle – 13:12 UTC – 16 nov. 2021

Le projet de traité n’est pas seulement imparfait, il est fondamentalement défectueux. Ce n’est pas un point de départ approprié pour des négociations. Le nouveau Groupe de travail des Nations Unies sur l’environnement offre à tous les États un moyen de discuter des menaces et des solutions possibles, y compris des solutions juridiquement contraignantes.

Mikhail Ulyanov @Amb_Ulyanov 13:20 UTC – Nov 16, 2021

OK, si vous le pensez, déposez votre propre projet de traité en plus du premier et entamez des négociations conformément à la pratique diplomatique normale. Malheureusement, l’idée même d’un instrument juridiquement contraignant pour empêcher la militarisation de l’espace extra-atmosphérique est inacceptable pour Londres.

Aidan Liddle @AidanLiddle – 13:32 UTC – 16 nov. 2021

Commencer des négociations implique d’avoir une compréhension commune des menaces auxquelles nous essayons de nous attaquer. Cette compréhension n’est pas encore là, donc proposer un projet d’instrument serait prématuré. D’où la création du GTCNL, pour commencer une étude approfondie et inclusive du problème.

Mikhail Ulyanov @Amb_Ulyanov – 14:19 UTC – 16 nov. 2021

Des collègues britanniques estiment qu’il serait prématuré de commencer des négociations sur l’espace extra-atmosphérique car, au cours des 40 dernières années, la Conférence sur le désarmement n’a pas encore réussi à obtenir une compréhension commune des menaces pertinentes. Pas d’urgence ? Passons alors 40 ans de plus pour des échanges généraux.

Aidan Liddle @AidanLiddle – 14:28 UTC – Nov 16, 2021

Il y a bien assez d’urgence : nous ne pouvons pas nous permettre beaucoup d’autres essais irresponsables de missiles DA-ASAT. Nous pensons que c’est une menace. La Russie ne le pense clairement pas. Il semble donc que nous devions encore parvenir à un accord commun.

L’excuse pour ne pas entrer dans les négociations du traité semble bien mince. Voilà un autre exemple d’« ordre international fondé sur des règles » dans lequel l’« Occident » veut inventer les règles et être le seul autorisé à les enfreindre.

L’insistance à ne pas négocier un traité garantit une nouvelle course aux armements dans laquelle des sommes énormes seront dépensées pour des armes inutiles.

Dr Jeffrey Lewis @ArmsControlWonk – 17:59 – 16 nov. 2021

La prochaine étape est que les États-Unis commencent à discuter de la façon dont nous avons besoin de missiles conventionnels à longue portée pour cibler les ASAT russes qui visent les satellites sur lesquels nos antimissiles comptent pour intercepter les ICBM russes.

C’est aussi une course dans laquelle les États-Unis ont maintenant plusieurs années de retard sur les systèmes de pointe que la Russie et la Chine utilisent aujourd’hui.

C’est une course dans laquelle tous les gens ordinaires sont perdants.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone
Robert Bibeau | 22 novembre 2021 à 14 h 40 min | Catégories: Asie/Afrique | URL: https://les7duquebec.net/?p=268477

Commentaire Voir tous les commentaires

Résilier l’abonnement pour ne plus recevoir d’articles de les 7 du quebec.
Modifiez vos préférences d’envoi sous Gestion des Souscriptions.

Problème de clic? Copiez et collez cette URL dans votre navigateur:
https://les7duquebec.net/archives/268477

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x