Aller à…
RSS Feed

La Nakba à l’Institut du Monde Arabe


Il y a 65 ans, la Palestine vécu une tragédie des plus térrible… Le vol, le saccage, la trahison, le sang et la peur… Le 15 Mai 1948, Ben Gourion proclamait « l’indépendance d’israël » .
S’en suivit un véritable génocide et éxil massif des Palestiniens vers d’autres terres, vers d’autres pays, laissant derrière eux, clé  a la  main,  leur maison, leur histoire, leur vie et leurs souvenirs ancestraux.
C’est pour commémorer cette terrible tragédie, qu’à Paris, à l’institut du Monde Arabe, le collectif de soutien de la Palestine, dirigé par Imad Amroune, a tenu à se réunir autour de personnalités hautement  symboliques.
En effet, parmis les invités figuraient Monseigneur Hana Atallah, Archevèque d’Al Qods, ovationné par la foule lors de son arrivée dans la salle,  l’ ambassadeur de la Palestine en France, Hael Fahoum et Christophe Oberlin, chirurgien et professeur. Le Mufti d’Al Qods, Cheickh Ikrama Sabri n’a pu se rendre en France par décision de Paris de ne pas lui octroyer de visa.
La conférence débute avec un reportage retraçant dans les grandes lignes la tragédie palestinienne pour sensibiliser les présents à la cause des opprimés de la Terre Sainte. Et Mgr Atallah de rappeler l’aide britannique à l’instauration de l’occupant en armant et entrainant les différentes milices sionistes déjà présentes en Palestine et souligner la présence de camps de « détention » et les assassinats de masses pré et post déclaration de ben gourion.
Enfin, les séquences vidéos s’arrêtent sur les conditions catastrophiques dans lesquelles continuent de vivre la plupart des 7 millions de réfugiés.

L’ambassadeur de Palestine en France, Hael el Fahoum ouvre la conférence en déplorant la politique systhématique de la négation des souffrances palestiniennes. Et d’affirmer que 48% de l’économie « israélienne » est utilisée dans l’armée. Pour que l’occupant puisse perdurer, l’aide financière étrangère est inéluctabe alors , lance t-il, « que l’on ne dise pas qu’il s’agit d’un conflit uniquement israélo-palestinien! ».

 

Une ovation s’en suit, c’est au tour de l’archevèque Atallah de prendre la parole.
Regrettant l’absence de son confrère, le Mufti d’Al Qods,  son Eminence a tenu à rappeler que les Palestiniens ne sont pas des « groupuscules confessionnels mais une seule et même famille qui défend main dans la main la Palestine ». Et de lancer: « A ceux qui cherchent la zizanie et le chaos pour s’accaparer des lieux saints, je me joint au Mufti  Ikrama Sabri pour que nous unissions nos efforts pour Al Qods ».
Pour lui, une paix en échange d’une solution à deux états est tout bonnement inconcevable; « il y a une terre, c’est la Palestine et pour la paix, tous les Palestiniens doivent être en droit d’y revenir ».
En référence a la guerre menée contre la Syrie, l’Archevèque évoque une nouvelle catastrophe qui est en train de s’immiscer dans le monde arabe. Pour son Eminence, les tueries entre frères arabes ne visent qu’à une seule et unique chose; à protéger l’entité sioniste et ainsi contribuer à éffacer des mémoires arabes le vrai danger: La disparition d’Al Qods et de la Palestine religieuse et sprirituelle.

Et d’en appeler aux « respectueux » de la nation à se rassembler autour d’une même cause afin de ne pas abandonner la Terre Sainte des chretiens, juifs et musulmans.
Il a egalement lancé un appel aux chrétiens du monde afin qu’ils se rappelent de la place primordiale que constitue Al Qods pour eux. Cette ville  » est le lieu de naissance de Jésus, le berceau de la chrétienté ». Et de les amener à revenir aux origines de leur foi et ainsi être solidaires avec les habitants de cette terre de Rappel divin.
Et sous une ovation toute particulière, Monseigneur Hana Atallah de lancer: « Ne cédez pas aux désespoir, la Naqba se poursuit, la résistance aussi!!!! ».

C’est ensuite au tour de Christophe Oberlin, chirurgien et professeur à l’université Diderot de Paris, de rappeler que l’Onu,  qui en 1948 donnait raison à Ben Gourion, est aller à l’encontre de ses propres lois. En effet, elle n’est pas en droit de faire et de défaire les Etats, de surcroît un Etat établit il y de cela près de 3000 ans.
Celui qui participe depuis trente ans à des actions de chirurgies humanitaires et d’enseignement en Afrique, Asie et Gaza, n’a pas mâché ses mots en parlant de l’entité sioniste. Ce n’est pour lui qu’un lobby tribal qui se nourrit  grâce à des moyens illégaux et qui en fait donc un état mafieux avec lequel il est donc impossible de négocier.

Cheickh Ikrama Sabri, Mufti d’Al Qods cloture la commémoration par une intervention pré enregistrée. Interdit de se rendre en France sous la présidence de Sarkozy, l’election de François Hollande à sa succession n’aura pas levé la décision.
Son Eminence rappelle d’ailleurs à juste titre que cette censure est contraire à la démocratie et aux droits internationaux de déplacement pour tout un chacun.
Dans une longue élocution, Cheickh Sabri rejoint son confrère, son Eminence Atallah, pour rappeler le statut tout particulier d’Al Qods et les dangers auxquels  la ville sainte fait face et dénoncer un complot international sur la Palestine et les Palestiniens, dans l’objectif de changer l’identité de ce pays à l’histoire ancestrale.
Et son Eminence de dénoncer  la destruction lente et sournoise d’Al Qods, pour que les sionistes en fasse sournoisement mais progressivement un lieu de judéisation pure. Et de poursuivre, que  » tout est fait pour qu’Al Qods soit vidé de sa population Palestinienne arabe, musulmane et chrétienne ».
La rencontre prend fin, les coeurs sont lourds, dans le public.

« La Palestine souffre, nous rappelait Fernand Tuil,militant français, « luttons chez nous, en France, pour éxiger de nos élus d’assumer leurs parts de responsabilité, ne nous rendons pas responsables de non assistance à peuple en danger! »

Une réponse “La Nakba à l’Institut du Monde Arabe”

  1. cromagnon
    juin 2, 2013 à 10:12

    comment lutter????on ne peu même pas dire ASSASSIN a un assassin sans payer une amende voir même la prison
    pays de liberté…liberté qui n’a jamais existé que dans les contes de Fées……
    ce pays n’est grand que dans ses livres d’histoire……..j’ai honte d’être d’ici de ce pays
    65 ans et le peuple PALESTINIEN est toujours présent malgré les meurtres à répétition de la plus forte armée du monde
    HONTE a ceux qui accomplissent ces actes pour des dirigeants assoiffés d’expension de territoire