Aller à…
RSS Feed

LA REPUBLIQUE D’EUROPE/ LA LENTE AGONIE DU NON-ETAT BELGICAIN


ATTENTATS DJIHADISTES : ‘UN ÉTAT AGISSANT COMME UN POULET SANS
TÊTE’ !

LA REPUBLIQUE D’EUROPE/ 2016 09 04/
https://www.facebook.com/la.Republique.d.Europe/

Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles : insupportable, grande gueule,
arrogant, prétentieux, inique, comme savent l’être les journalistes français. Et comme le sont
ceux de Libé. Double hérédité lourde ! Mais Quatremer est aussi, parfois, un regard acéré sur
la lente agonie du non-état belgicain, qui trouve en lui-même, en son système mafieu et usé,
les toxines qui l’engourdissent …
Extraits :
« Jean Quatremer cible les conséquences des 6 réformes de l’Etat successives: « Personne n’est
jamais responsable dans ce pays. Les correspondants étrangers basés ici dénoncent quelque
chose de pourri dans le Royaume de Belgique et sont terrifiés par l’incompétence des autorités
locales. »
Au fil du temps, les critiques de ce type sont devenues très minoritaires. Il faut vraiment être
aveugle pour ne pas voir ce que la majorité des citoyens et la quasi-totalité des observateurs
étrangers constatent : la Belgique est en déliquescence accélérée (…) Vous pensez réellement
que les Bruxellois sont heureux de vivre dans une ville que l’on a consciencieusement
saccagée à coup d’autoroutes urbaines et d’opérations immobilières qui ont détruit une partie
de son patrimoine architecturale, de subir des services publics déficients, comme le ramassage
des poubelles ou l’absence totale de coordination des travaux d’entretiens ? »

LES RESPONSABILITES ?
« La Belgique centralisée fonctionnait très bien. Les dysfonctionnements ont commencé avec
la fédéralisation du pays et une régionalisation des compétences au fil des six réformes de
l’État qui n’obéissait à aucune logique d’ensemble, mais était le résultat de compromis
politicien. Six réformes de l’État en moins de 50 ans, des réformes faites sans vision
d’ensemble, qui pourrait survivre à un tel traitement ? Aujourd’hui, mis à part quelques
juristes pointus, on ne sait plus qui est responsable de quoi et qui décide quoi. Cette lasagne
institutionnelle fait que tout le monde ne cesse de se renvoyer la balle. Plus personne n’est
reponsable! Même à Brussels Airport, la police accuse l’État, qui lui accuse l’aéroport, qui
lui-même dénonce les syndicats policiers. La Belgique est devenu une fabrique
d’irresponsables. »

L’ÉTAT BELGE S’EST AVOUÉ VAINCU ET A AFFOLÉ SES CITOYENS
« Mes confrères du Monde ont publié un éditorial au vitriol au lendemain des attentats de
Paris du 13 novembre, en qualifiant la Belgique « d’État déliquescent » lorsqu’on a découvert
que Molenbeek était un véritable nid de daeschistes. Le site américain Politico a fait
exactement le même constat tout comme la plupart des journaux étrangers. J’avais trouvé, à
l’époque, que l’on manquait encore d’éléments pour faire une telle analyse, la France n’ayant
guère été plus glorieuse pour prévenir la constitution de ghettos ou démanteler les filières
djihadistes. Mais, à la fin novembre lors du fameux lockdown de Bruxelles, il est devenu
évident que ce pays ne tournait plus rond. C’était une décision totalement folle, alors qu’il n’y
avait pas eu d’attentats en Belgique, une décision qui n’a d’ailleurs pas été expliquée à ce jour
! Aucune ville au monde ayant été victime du terrorisme, que ce soit Paris, Londres ou
Madrid, n’a subi un tel traitement qui a coûté 0.1% de PIB au pays ! C’était le signe d’une
panique totale au plus haut niveau de l’État à un moment où il fallait au contraire se montrer
ferme face au terrorisme et rassurer la population. Là, l’État belge s’est avoué vaincu et a
affolé ses citoyens. »

UN ÉTAT AGISSANT COMME UN POULET SANS TÊTE.
« on a découvert que le chef de la police de Malines connaissait le lieu de la cache
d’Abdeslam, mais n’a pas jugé utile de transmettre l’information à sa hiérarchie, que des
renseignements transmis par la Turquie n’ont pas été exploités, que, selon le pré-rapport du
Comité P, les djihadistes étaient parfaitement identifiés, mais n’ont pas été surveillés faute de
moyens, que le gouvernement a enterré des rapports de la Commission pointant la sécurité
défaillante de l’aéroport et j’en passe sans doute…. Puis, la gestion ahurissante des attentats et
de la période post-attentats a confirmé que le lockdown de Bruxelles était bien la
démonstration d’un État agissant comme un poulet sans tête (…) ainsi, pourquoi avoir fermé
pendant plusieurs semaines la moitié des stations de métro à Bruxelles, stopper la circulation à
19h puis à 21h, fermer la plupart des sorties ? Des décisions délirantes : les rames étaient
bondées en fin d’après-midi, tout comme les trams et les bus, ce qui a créé des cibles
potentielles pour les terroristes. Toute l’activité de la capitale a été perturbée sans aucune
raison rationnelle. Pis : il a fallu un mois pour rouvrir l’aéroport, le poumon économique et la
vitrine internationale du pays. En fin rouvert : des files de centaines de personnes que l’on
fouille avant de les laisser entrer dans le hall d’enregistrement, là-aussi autant de cibles pour
les terroristes, des centaines de passagers qui loupent leur vol et tout le monde qui se renvoie
la balle. Et pourquoi cela ? Parce qu’un syndicat policier a exigé, en faisant grève, plus de
sécurité à l’aéroport alors qu’il ne se préoccupe pas du métro où pourtant il y a eu plus de
morts et de blessés. Et que dire des grèves de Belgocontrol ou des camionneurs, chacun
défendant son bout de gras sans se préoccuper de l’avenir du pays, sans aucun sens de l’union
nationale, de la dignité nationale.
Il devenait difficile de pas épingler la déliquescence de ce
qui fut un État (…) Qui a envie de faire la file dehors pendant plusieurs heures avant de
pouvoir prendre – ou manquer – son avion ? Brussels Airport avait l’ambition de devenir un
grand hub international, mais, à ce rythme, il deviendra vite un aéroport régional incapable de
gérer un trafic d’envergure. Autre démonstration de l’illogisme total qui préside aux décisions
de l’Etat : à Bruxelles-Midi, il n’y a plus aucun contrôle avant d’embarquer dans le Thalys,
alors que la Gare du Nord à Paris est sécurisée. Pourtant, le Thalys a échappé par miracle à un
attentat sanglant en août dernier perpétré par un terroriste, de Molenbeek comme il se doit, qui
a embarqué à Bruxelles avec ses armes. Surtout, en quoi une gare est-elle moins exposée
qu’un aéroport ? Comprenne là-aussi qui pourra. »
* Lire sur LLB :
Quatremer: « Gravement malade, la Belgique est devenue une fabrique d’irresponsables »
http://www.lalibre.be/actu/belgique/jean-quatremer-la-belgique-s-effondre-sous-les-yeux-
incredules-de-sa-population-572393b335702a22d6e14448
LA REPUBLIQUE D’EUROPE
__________________