Aller à…
RSS Feed

La Syrie est victorieuse… Avec ou sans soutien russe !



Akil Cheikh Hussein

Samedi 22 décembre 2012

Lorsqu’un responsable américain appelle la Syrie à jouer un rôle constructif pour une solution de la crise en Syrie, on peut avoir l’impression que celui qui lance cet appel est convaincu de la nécessité de la solution et qu’il a déjà pris l’initiative de jouer un tel rôle tout en étant prêt à respecter les revendications logiques et légales des parties concernées. Surtout à un moment où l’on entend parler d’une entente russo-américaine sur la base du document de Genève signé par le groupe des ennemis de la Syrie, y compris les Etats-Unis, document qu’ils ont trahi avant que ne sèche l’encre avec laquelle il a été écrit.

Au contraire. On se rend compte rapidement que l’appel américain suit la ligne du louvoiement et des jeux de mots qui ne changent en rien l’attitude agressive et étourdie adoptée par l’administration américaine depuis l’éclatement de la crise en Syrie, surtout depuis le moment où Hillary Clinton avait demandé aux groupes armés de ne pas renoncer à l’usage des armes.

On se rend compte donc que le rôle constructif qu’on demande à la Russie de jouer est, selon le responsable américain, de «stopper le soutien au régime d’Assad». Il va sans dire que les milieux dirigeants dans l’administration américaine pensent que le fait de stopper ce soutien aura pour conséquence immédiate la chute du régime et l’engagement de la Syrie dans les dédales du chaos, de la ruine et des souffrances démesurément plus grandes que ce qui se passe actuellement.

Ces milieux savent très bien que la démocratie, la liberté et les droits ne sont que le dernier des soucis des groupes de mercenaires et de terroristes dont les aspirations ne vont pas au-delà des gains matériels et de la satisfaction des impulsions vilaines. Ils savent très bien aussi qu’ils sont le dernier des soucis des rancuniers qui manipulent des individus naïfs et les poussent à leur perte, et qui ne comprennent de la construction des Etats et de l’application des lois autre chose que le fait de monter sur des trônes et de gouverner à la manière des rois et des sultans despotes qui ont conduit les Arabes et les Musulmans à leur situation actuelle déplorable sur tous les plans.

(Parler de la situation déplorable peut sembler étrange pour ceux qui se pensent Arabes et Musulmans et jonglent avec les milliards qu’ils volent, parce qu’ils appartiennent aux peuples, et qu’ils gaspillent pour se distraire ou pour tramer des complots. Il peut sembler étrange pour leurs agents et suivants qui, comblés de dons, ne font pas partie des gens écrasés sous le poids de la pauvreté, ceux qui n’ont de domicile fixe que dans les cimetières, ceux qui cherchent la nourriture dans les tas d’ordure).

Le fait de ridiculement croire que l’arrêt du soutien russe conduit à l’effondrement du régime syrien est devenu l’une des principales constantes dans la gestion de cette affaire par les ennemis de la Syrie. Depuis l’éclatement de la crise et dans les conditions de leur sentiment de grandeur et de gigantisme issus de l’énormité de leurs comptes bancaires, les monarques du pétrole ont toujours tenté d’acheter des positions russes ou chinoises de la même manière avec laquelle ils achètent les mercenaires et les égarés qu’ils envoient à la mort en Syrie, et de la même manière avec laquelle ils achètent des écrivains et des journalistes opportunistes.

 

Cette même misérable croyance est à la base des nouvelles et des analyses qu’on fabrique pour conclure à un changement dans la position russe, comme on l’a fait dernièrement en falsifiant des déclarations données par le vice-ministre des Affaires étrangères russes, Mikhaïl Bogdanov.

Pourtant, et en dépit de l’importance du soutien russe, soutien qu’exigent les intérêts réciproques, puisque la Russie fait partie des pays visés par les plans d’agression et d’hégémonie américaines, la Syrie d’Assad qui sait combien elle est haie par les cercles occidentales, sionistes et collaboratrices arabes, n’est pas d’une naïveté qui lui permettrait de compter exclusivement sur un tel soutien.

La Syrie d’Assad n’a jamais hésité à affronter les plans d’hégémonie même aux moments difficiles où il n’était aucunement possible de compter sur une alliance avec une puissance extérieure, comme c’était le cas lors du vieillissement et de l’effondrement de l’Union soviétique, ou à l’époque -consécutive à cet effondrement- pendant laquelle la Russie quémandait la sympathie de l’Occident.

Notamment à cette époque, la Syrie a fait face au plan infernal qui avait pour but de démanteler le Liban et de l’annexer à la caravane de Camp David-Oslo-Wadi Araba, ce plan qui l’avait contraint à signer un traité de paix en prélude à l’implantation des Palestiniens et à l’instauration d’une Autorité au Liban semblable à celle instaurée plu tard en Cisjordanie. Avec tout ce que cela signifie en matière de la liquidation de la cause palestinienne, de la destruction du Liban et de la pression sur la Syrie qui, toute seule, a continué de résister contre les traités de soumission dans lesquels ont été engagés publiquement ou secrètement tous les régimes arabes concernés.

Et notamment à cette époque, la Syrie a fourni tout le soutien aux mouvements de Résistance au Liban, en Palestine et en Irak. Elle a ainsi participé à toutes les victoires réalisées par les Résistances dans ces pays et a remplacé dans la réalité arabe la logique de la défaite par la logique de la victoire.

Une victoire qui a commencé grâce à la Syrie. Elle ne s’arrêtera pas avec la victoire de la Syrie face à la conspiration actuelle, mais elle se poursuivra jusqu’à ce que la nation arabe recouvre son unité et surtout sa dignité lapidée par les semblants d’hommes que sont ces gouverneurs et leurs suivants parmi les rancuniers et les atteints de faiblesse dans leurs âmes.

http://www.french.moqawama.org/…

Une réponse “La Syrie est victorieuse… Avec ou sans soutien russe !”

  1. Francenaldo Amorim
    décembre 23, 2012 à 2:43

    Les sionnistes d´ Israel et des Etats-Unis, savent déJá qui sans la destruction des bases milittaires et de l ´infra-structure de la Syrie, il n y aura pas de victoire, même en faisant du terrorrism ou explodant avec attantats piégés le peuple syrian. Alors la victoire du gouvernement syrian contre cette invasion au service des sionniste sera le comencement de la failite des monarchies du Golf anti-nationalists et radicalles islamics, avec l ´effndrements des écomomies de l ´Europe.