Aller à…
RSS Feed

La Syrie et la guerre de l’information : Le syndrome irakien .


Jean Geronimo,

Syrie désinformation

« Il est inacceptable que le scénario libyen soit réédité en Syrie. » Vladimir Poutine .

La Syrie est au cœur d’une guerre d’influence héritée de la transition post-communiste du nouvel ordre international et médiatisée par des rapports de puissance. Cette guerre « tiède  » , forme actualisée et désidéologisée de la Guerre froide, opposant l’axe arabo-occidental à l’axe eurasien prend, désormais, une tournure décisive. Un point de non retour a été atteint, suite à l’islamisation croissante de « l’opposition » armée, plus ou moins prévisible et dénoncée par Moscou depuis le début du conflit. Pour V. Poutine, cette montée de l’Islam radical est allègrement alimentée par l’ingérence de puissances étrangères, n’hésitant pas à violer les règles westphaliennes de souveraineté nationale et voyant dans la crise syrienne un prétexte de revenir « dans le jeu ». La construction du point critique par la coalition arabo-occidentale, dans le but de déstabiliser lepouvoir syrien, a été jusque là méticuleusement poursuivie – par la formation, l’armement et le soutien des « rebelles » depuis l’étranger, parfois dans le cadre de « camps » installés à proximité de la frontière syrienne. Moscou redoute désormais une extension du « printemps islamique » jusqu’à sa périphérie sud.
Dans cette optique, instrumentalisée par les parties en conflit, l’information a un rôle politique clé.

Rôle politique de l’information et de son formatage de l’opinion publique

L’appel à l’aide de Damas à la Russie pour une couverture plus « objective » de l’actualité syrienne semble, de ce point de vue, logique. Il s’agit notamment d’élargir le pluralisme des sources de l’information, unilatéralement orientée jusqu’à présent contre « celui qui massacre son peuple » – selon le slogan médiatique, repris en Occident. Car, comme tout Etat témoin du « scénario » irakien de 2003 (puis libyen de 2011), la Syrie sait parfaitement qu’une stratégie de désinformation patiemment construite peut justifier une intervention militaire au nom d’une vision de la démocratie à géométrie variable et, surtout, au profit d’objectifs de puissances globales ou régionales ambitieuses, donc prédatrices.

Le mardi 23 avril 2013, le ministre syrien de l’Information, Omran Al Zohbi, en visite à Moscou, a ainsi déclaré devant les députés à la Douma (chambre basse du Parlement russe) : « Vous n’ignorez pas que des dizaines d’agences d’information et de chaînes de télévision participent à une véritable guerre de l’information contre nous. Dans le même temps, les chaînes de télévision syriennes n’ont pratiquement pas accès aux satellites » . Selon les dirigeants syriens, la désinformation médiatique internationale sur l’évolution de la crise s’insère désormais dans une stratégie plus globale de délégitimation puis de renversement du gouvernement – au risque d’une régionalisation du conflit tant redoutée par Moscou.

En fait, l’information quotidiennement diffusée sur la « révolution » syrienne est à l’origine « produite » par l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), étrange ONG basée à Londres et dirigée par un farouche opposant au président Al Assad, proche des fameux « frères musulmans ». Cette curieuse situation, politiquement très orientée, nous amène à nous interroger sur la fiabilité de cette « information » structurellement anti-Al Assad et régulièrement reprise par les médias occidentaux sans aucun contrôle. Depuis le début de cette crise, la Russie a fort justement contesté la légitimité de cette douteuse ONG comme source quasi-exclusive de l’information sur la Syrie.

Au final, cette évolution a fini par conditionner l’opinion publique occidentale contre le méchant « dictateur syrien », pour reprendre l’expression relayée par nos médias. Et une conséquence programmée de cette stratégie informationnelle a été de justifier les divers soutiens extérieurs à l’opposition « rebelle », comme étape préalable à une ingérence politico-militaire de plus en plus forte donc, à terme, potentiellement décisive. Au nom du « droit au bonheur » des peuples souverains justifiant une guerre de « libération ».  Pourtant, comme le reconnaît le président de la commission d’enquête de l’Onu sur la Syrie, Paulo Pinheiro : « La majorité des mercenaires est très loin de penser à la démocratie. Ils ont d’autres aspirations » . Fin d’un rêve…

La manipulation de l’information permet notamment de répandre des rumeurs nuisant à l’image du président Al  Assad, dont celle récurrente depuis plus de 2 ans et déjà couronnée de succès en Irak, de « l’utilisation d’armes chimiques » par le gouvernement. Pour l’Amérique d’Obama, c’est « une ligne rouge » à ne pas franchir et pour » l’opposition » anti-Al Assad, une réelle « opportunité » politique. Cet avertissement d’Obama peut, en effet, inciter « l’opposition » syrienne à mettre en œuvre une stratégie manipulatoire, destinée à persuader l’opinion publique mondiale du franchissement effectif de cette ligne interdite qui précipitera l’intervention américaine. Et ,à priori, ce scénario serait en train de se réaliser.

Par la voix du secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev, qui reconnaît à ce jour  l’absence de preuves irréfutables sur l’éventuel emploi de gaz interdits, la Russie pose la bonne question : « Vu la situation actuelle des dirigeants syriens, ont-ils ou non intérêt à utiliser cette arme ? Je pense qu’il s’agit d’une voie suicidaire et les autorités de Damas n’ont aucun intérêt à l’emprunter » . Le mardi 4 juin 2013, la Commission d’enquête sur les violations des droits de l’Homme en Syrie souligne la culpabilité partagée des deux parties au conflit dans l’emploi des armes chimiques.
Alors, qui manipule qui ? Retour, obligé, vers le passé…

La construction médiatique du « seuil critique » d’intervention

Dés septembre 2011, le site de bernard-henri lévy affirmait, sans aucune preuve rappelle l’Agence France-Presse, que « des tueurs d’Al Assad ont lancé dans la région d’Al Rastan, non loin de la ville  de Homs, des opérations aériennes avec utilisation de gaz toxiques  . Le 12 mars 2012, la menace se précise, selon le rapport annuel présenté au Sénat américain par le directeur du renseignement national, James Clapper. Ainsi, il y est indiqué que « La Syrie développe avec succès un programme de recherche sur les armes chimiques et augmente ses stocks de gaz moutarde,  sarin et  neuroplégique VX. Nous estimons que Damas possède également des bombes, des missiles et des obus d’artillerie pouvant servir de vecteurs d’armes chimiques ». Et Klapper de confirmer, à nouveau comme il y a un an, que « Les Etats-Unis et leurs alliés surveillent les stocks d’armes chimiques » redoutant, sans doute, la perte de contrôle par Damas des armes chimiques au profit des « terroristes ». Certains experts craignent également un possible emploi des armes chimiques « en dernière extrémité » par Damas. Dans tous les cas, il semble évident que l’arme chimique sera le signal déclencheur privilégié d’éventuelles frappes américaines ciblées sur le territoire syrien. En Syrie, insiste un peu plus tard le Figaro, le 22 juillet 2012, « les armes chimiques sont sous surveillance » .
On redoute alors le pire. Soit, mais pour qui ?

En décembre 2012, le fameux « OSDH » accuse legouvernement syrien d’utiliser des armes chimiques à Homs et en mars 2013 dans les environs d’Alep et de Damas . Bien que très vague, l’information est rapidement diffusée sans aucune vérification ni la moindre circinspection. Plus surprenant, les « israéliens » s’y mettent à leur tour le 15 mars 2013. Le chef du renseignement militaire « israélien », le commandant aviv kochavi, tire alors la sonnette d’alarme. Avec d’étranges certitudes et une certaine « impatience », kochavi assure que les troupes gouvernementales syriennes s’apprêtent à employer des armes chimiques contre les insurgés : « Al Assad n’a pas encore donné l’ordre approprié, mais il s’y prépare déjà » . Le 23 avril 2013, le renseignement militaire « israélien » dénonce un « passage à l’acte » du gouvernement syrien. Ainsi, selon un responsable de ce service, le général de brigade itai brun, cité par le quotidien Haaretz : « D’après ce que nous avons compris, le régime syrien a eu recours à des armes chimiques meurtrières dans un certain nombre d’incidents, il s’agit probablement du gaz sarin » . On remarquera que le discours « israélien » – à l’instar des autres discours accusateurs – s’appuie sur de pures hypothèses mais sur aucune preuve concrète. Etonnant tout de même, pour une structure de sécurité mondialement réputée…

Le 26 avril 2013, les Etats-Unis affirment (enfin !) avoir des preuves de l’usage d’armes chimiques en Syrie, selon le Washington Post se référant à une lettre de la Maison Blanche lue par le chef du Pentagone Chuck Hagel à Abu Dhabi (Emirats arabes unis). Ainsi, selon la missive, « Les Etats-Unis ont la preuve que des armes chimiques dont le gaz sarin ont été utilisées en Syrie à une faible dose ». Par précaution, la missive rappelle que ces informations doivent être vérifiées avant d’en tirer les conséquences politiques (on devine lesquelles), selon Hagel : « Nous ne sommes pas en mesure de confirmer l’origine de ces armes mais nous supposons que tout recours aux armes chimiques en Syrie provient du régime d’Al Assad (c’est une présomption de culpabilité). Nous devons disposer de l’ensemble des faits et des informations. Certaines incertitudes concernant le lieu, la nature des armes et les auteurs persistent » .Troublant aveu.

Le 10 mai 2013, après d’autres rumeurs, la Turquie entre enfin dans la ronde par l’intermédiaire de son premier ministre Recep Tayyip Erdogan, avouant détenir (encore !) la preuve de l’utilisation de gaz de combat par Damas. Dans une interview à la chaîne de télévision américaine NBC, Erdogan, omettant (volontairement ?) de citer les détails concernant le lieu et la date d’emploi de ces armes, affirme : « Des blessés, victimes d’armes chimiques, figurent parmi les personnes placées dans nos hôpitaux. Il ne fait aucun doute que le régime [de Bachar Al Assad] utilise des missiles et des gaz de combat ». Surtout, il affirme – surprenante révélation ! – que  » la ligne rouge » autorisant les Etats-Unis à intervenir pour renverser le président Assad « avait été franchie depuis longtemps  » . Tout devient clair.

Enfin, pour couronner le tout –  cela n’est pas surprenant et même plutôt « logique » – la Grande Bretagne, par l’intermédiaire de son chef de la diplomatie William Hague, a alimenté le 20 mai cette diatribe anti-Al Assad : « On voit apparaître de plus en plus de témoignages convaincants sur le fait que le régime syrien a utilisé et continue d’utiliser des armes chimiques. Nous avons des échantillons physiologiques provenant de Syrie, confirmant l’utilisation de sarin, même s’ils ne disent rien de l’ampleur de cet emploi ». Selon le diplomate, « notre supposition est que selon toute vraisemblance ces armes sont utilisées par le régime syrien » – « suppositions » régulièrement reprises par les diplomaties occidentales, dont américaine et française. Hague a, pour conclure, ajouté qu’il « n’existait aucune preuve du fait que l’opposition en utilise » . Voilà qui est dit. Pourtant, à ce jour, il n’y a toujours pas de preuve concrète et irréfutable incriminant le gouvernement syrien  mais seulement des suppositions. Comme une réactivation du « syndrome » irakien subordonné à un objectif politique latent – très inquiétant.

Face à la multiplication des accusations, O. al-Zohbi dénonce un « mensonge éhonté », destiné à faire pression sur le gouvernement syrien. Pour lui, il s’agit aussi d’une question morale et humanitaire : « la Syrie n’utilisera jamais d’armes chimiques, pas seulement parce qu’elle respecte la législation internationale et les règles de la guerre mais pour des raison de problèmes humanitaires et moraux » . La position syrienne a  le mérite d’être claire et d’intégrer un engagement moral.

Redoutant une instrumentalisation politique, Moscou a averti que ces multiples rumeurs incontrôlables ne devaient pas servir « d’alibi » pour une intervention militaire en Syrie. Pour l’émissaire du président russe au Moyen-Orient, Mikhaïl Bogdanov, cette stratégie de désinformation doit cesser : « s’il y a des preuves sérieuses sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie, il faut les montrer immédiatement et ne pas les dissimuler ». Moscou redoute une tentative de répéter le « scénario libyen ». Cela explique – en association avec la Chine – son opposition systématique aux résolutions proposées à l’ONU par la coalition arabo-occidentale. Une raison majeure est que ces résolutions sont potentiellement manipulables et donc suspectes de préparer une intervention et, dans une première étape, de chercher à créer une zone d’exclusion aérienne – prétexte à un « couloir humanitaire ».

Comme une étrange impression de « déjà vu ».
La « bombe » politique de C. Ponte, (trop) vite neutralisée…

Dans ce contexte très tendu, le 6 mai 2013 a été un véritable choc. Les rumeurs redondantes sur l’emploi « prouvé » d’armes chimiques par le « sanguinaire » Al  Assad sont alors en effet brutalement remises en cause par Carla Del Ponte , membre de la commission d’enquête indépendante de l’Onu sur les violences en Syrie. Avec un certain courage et contre le consensus médiatique, C. Ponte a même retourné l’accusation contre les vertueux « rebelles » : « Il existe des suspicions fortes et concrètes mais pas encore de preuve incontestable de l’emploi de gaz sarin sur la base de la manière dont les victimes ont été soignées ». Puis la magistrate suisse précise que « Le gaz aurait été utilisé par les « rebelles » et non par les forces gouvernementales » . Un discours cohérent, précis et nuancé – très loin des certitudes de la pensée unique – et surtout, une information plus « équilibrée ». Enfin…

Très (trop ?) vite, les conclusions de C. Ponte ont été à leur tour démenties quelques heures plus tard par la Commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie. Cette Commission précise, en effet, que son enquête « n’a pas atteint des résultats permettant de conclure que des armes chimiques ont été utilisées par les parties au conflit » . Avec une certaine légitimité, on peut se demander pourquoi l’enquête n’a pas été poursuivie ? Retour à la case départ.

En fait, on a l’impression d’un traitement à deux vitesses basées sur des rumeurs sur l’emploi d’ armes chimiques, selon qu’elles incriminent ou pas le gouvernement syrien. Les nombreuses rumeurs anti-Al Assad sur cette question n’ont presque jamais été remises en cause, alors qu’elles étaient le plus souvent appuyées sur de simples « impressions », dans une optique évidente de manipulation – en vue d’accélérer le seuil critique d’intervention. Dans le même temps, la demande de Damas (très précise, donc facilement vérifiable) adressée à l’ONU d’enquêter sur l’éventuel emploi d’armes chimiques par l’opposition, le 19 mars 2013 dans la région d’Alep, a été longtemps occultée. Cela a conduit Moscou à dénoncer un « frein » à la poursuite d’une enquête politiquement gênante. Ainsi, selon Vitali Tchourkine, délégué permanent de la Russie auprès de l’Onu : « Nous exhortons l’Onu à renoncer à toute tentative de faire traîner sous différents prétextes la demande formulée par les autorités syriennes d’enquêter sur l’utilisation éventuelle d’une arme chimique dans une banlieue d’Alep (nord de la Syrie) ». En outre, le diplomate russe a souligné que le secrétariat des Nations unies n’avait pas fait preuve « de suivi ni de transparence » lors de l’examen de cette demande  .

De manière étrange – curieuse coïncidence – les rumeurs chimiques anti-Al Assad ont repris de plus belle à l’approche de la future Conférence internationale sur la Syrie ,prévue courant juillet, et à la veille de la réunion des chefs de diplomatie de l’UE sur l’avenir de l’embargo (28/05/2013). Ainsi, par l’intermédiaire de deux de ses journalistes, le Monde du 27 mai 2013 rapporte que les forces syriennes utilisent des « gaz toxiques » aux alentours de Damas et que ces derniers en auraient, eux-mêmes, constaté les effets  . Au final, on peut penser que cette « information » a été politiquement décisive dans la mesure où, d’une part, l’Europe a décidé de lever prochainement l’embargo sur les armes et que, d’autre part, la conférence sur la Syrie  Genève 2  – porteuse d’une solution négociée, donc consensuelle – semble fragilisée, tant dans sa portée que dans sa légitimité : on ne négocie pas avec un « dictateur » qui « gaze » son peuple.

Pour cette raison, toute décision issue de cette conférence pourra être définie comme illégitime par » l’opposition » . Une véritable aubaine…

Une ligne rouge « incontestablement » franchie ?

Comme si, en dernière instance, au nom d’une présomption de culpabilité relayée par une opinion publique conditionnée et parce que de puissants intérêts sont en jeu, l’information politiquement correcte devait être consciemment orientée contre le « dictateur »Al  Assad – créant par ce biais une redoutable asymétrie. L’objectif implicite est d’accélérer son élimination et d’éviter ainsi une solution négociée, gênante pour les éléments les plus « radicaux » de « l’opposition », dont la seule chance d’accéder au pouvoir passe par une victoire militaire, c’est à dire par l’écrasement dans le sang du pouvoir et du peuple syriens – quel qu’en soit le coût. Cette hypothèse est reprise par le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov : « On a l’impression que la « Coalition nationale », et notamment ses sponsors régionaux, mettent tout en œuvre pour empêcher le lancement d’un processus politique et provoquer une intervention militaire en Syrie » .

Au regard de leur statut et à l’instar du Kosovo, les conclusions de C. Ponte sur la Syrie dépassent le stade de la simple rumeur et mériteraient d’être approfondies , d’autant plus qu’elles apportent une dose pluraliste à l’information. Le 2 juin 2013, la saisie d’un « lot de gaz toxique sarin » par l’armée syrienne lors d’une opération contre les « rebelles » dans la ville de Hama est venue renforcée les conclusions de l’experte de l’ONU. Alors pourquoi chercher à tout prix à les étouffer ?

Le mercredi 5 juin, le chef de la diplomatie française, L. Fabius porte le « coup de grâce ». Sur la base d’échantillons analysés en laboratoire, il accuse le gouvernement syrien d’avoir utilisé à plusieurs reprises du « gaz sarin » : « Nous n’avons aucun doute sur le fait que les gaz ont été utilisés . La conclusion du laboratoire est claire : il y a du gaz sarin ». Selon le responsable français, il s’agit d’une « ligne qui est franchie incontestablement ». Et la sentence, au regard des affirmations précédentes, était prévisible : « Nous discutons avec nos partenaires de ce qu’il va falloir faire et toutes les options sont sur la table » . Dont probablement l’option militaire…

Le « syndrome » irakien, au cœur d’une terrible guerre de l’information : levier d’un nouveau « soft power »

Grenoble, le 5 juin 2013

Jean Geronimo, Docteur, spécialiste de la Russie