Aller à…
RSS Feed

La Syrie veut des sanctions contre Al-Nosra, « l’opposition » est dans l’embarras .


 
 
La Syrie veut des sanctions contre Al-Nosra, l'opposition dans l'embarras

La Syrie a appelé jeudi le Conseil de sécurité de l’ONU à sanctionner le Front Al-Nosra, le groupe le plus influent au sein de la « rébellion », après l’annonce officielle de son adhésion au réseau Al-Qaïda.

Saisissant l’occasion représentée par l’acte d’allégeance public d’Al-Nosra au chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri qui a appelé à l’établissement d’un Etat islamique en Syrie, le pouvoir a demander à l’ONU de classer ce groupe sur sa « liste noire » des entités et individus liés au réseau terroriste.

La demande formulée par le ministère des Affaires étrangères fait référence aux résolutions 1267 et 1989 qui prévoient des sanctions comme un gel des avoirs, une interdiction de voyager et un embargo sur les armes.

Le ministère syrien a d’ailleurs souligné dans un communiqué avoir « régulièrement averti l’ONU sur les liens entre les groupes terroristes armés et Al-Qaïda, ainsi que sur les crimes du Front al-Nosra ».

Les Affaires étrangères syriennes ont demandé au Conseil de sécurité de faire pression sur « les Etats qui soutiennent le terrorisme en Syrie pour qu’ils cessent leurs activités illégales », en référence notamment à la Turquie, à l’Arabie saoudite et au Qatar.

Ces pays sont dénoncés  par Damas  pour abriter et financer les rebelles.

Mercredi, le chef d’Al-Nosra, Abou Mohammad Al-Joulani, a confirmé publiquement l’adhésion du groupe extrémiste  à Al-Qaïda, une annonce qui a d’ailleurs plongé « l’opposition » dans l’embarras.

Les Comités locaux de coordination (LCC), se sont dits opposés « aux propos du chef d’Al-Qaïda et à son appel à établir un Etat islamique en Syrie ».

Obama débloque dix millions de dollars d’aide aux rebelles

Entre-temps, à Washington, Barack Obama a jugé jeudi que la guerre en Syrie avait atteint un point « crucial » et il a débloqué pour la « rébellion » syrienne une aide de dix millions de dollars.

Cette somme vient s’ajouter aux 117 millions de dollars d’assistance non létale fournie à la Coalition de « l’opposition syrienne », a dit Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, le cabinet de politique étrangère de la Maison Blanche.