Aller à…
RSS Feed

L’Algérie, l’Irak et le Liban émettent des réserves concernant la « coalition d’opposition »


La Ligue arabe (LA) a reconnu lundi soir la légitimité de la coalition nationale de l’opposition syrienne et appelé le reste des mouvements à l’intérieur du pays à la rejoindre.

Formée à Doha dans la nuit de dimanche à lundi, la «coalition nationale syrienne des forces de l’opposition et de la révolution» est considéré comme «le représentant légitime et le principal interlocuteur de la Ligue arabe», a déclaré l’organisation panarabe dans un communiqué diffusé au terme d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue organisée au Caire.

Les chefs des diplomaties arabes ont également invité «le reste des courants de l’opposition à rejoindre cette coalition pour qu’elle réunisse toutes les composantes du peuple syrien». Cependant, le chef du gouvernement qatari Hamad ben Jassem al Thani a fait savoir que deux Etats membres de la Ligue avaient refusé de reconnaître la coalition comme «représentant officiel du peuple». Dans le même temps, la chaîne égyptienne Al-Nil rapporte que l’Irak, le Liban et l’Algérie se sont abstenus de voter sur cette question.

Le quotidien égyptien Al Ahram indique pour sa part que les décisions de la Ligue arabe ne sont adoptées qu’à l’unanimité, et la Ligue n’a fait qu’inviter les organisations régionales et internationales à reconnaître la coalition «comme représentant légitime des aspirations du peuple syrien».

Medelci exprime la préoccupation de l’Algerie 
Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a exprimé hier la préoccupation profonde de l’Algérie face à la situation en Syrie qui, a-t-il dit, se dégrade du jour en jour et risque d’entraîner des conséquences graves dans toute la région».

Dans une intervention devant la réunion ministérielle de la Ligue arabe et de l’Union européenne (UE) qui se tient au Caire, M. Medelci a rappelé l’appel de l’Algérie aux gouvernements et oppositions syriens pour arrêter les hostilités, faire preuve de responsabilité et engager un dialogue pour trouver «des solutions sérieuses» à même de rétablir la stabilité en Syrie et entamer la reconstruction et l’édification du pays.

M. Medelci a appelé les parties en conflit à adhérer aux efforts de l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe en Syrie, Lakhdar Ibrahimi. Il a appelé la communauté internationale à appuyer la mission de M. Ibrahimi et donner la chance à la solution politique «qui répondra sans doute aux aspirations du peuple syrien à la paix, la sécurité, la liberté et la démocratie».

Moscou rejette les ultimatums de l’opposition armée  
Par ailleurs, Moscou a qualifié «d’inacceptables les ultimatums de l’opposition syrienne concernant la position russe sur la Syrie», a déclaré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères (MID), Alexandre Loukachevitch. «Nous considérons comme inadmissible un tel comportement de l’opposition syrienne armée intransigeante au nom de laquelle des ultimatums lugubres sont proférés.

Nous réitérons qu’il serait inacceptable de lier l’avenir de la Syrie avec ceux qui misent sur la force et des méthodes ouvertement terroristes», a souligné le diplomate. Et de rappeler que dimanche 11 novembre, le Conseil militaire présidant l’Armée syrienne libre (ASL) avait lancé sur internet un ultimatum de 72 heures aux diplomates et autres ressortissants étrangers, délai durant lequel ils doivent quitter la Syrie.

Les rebelles ont également «demandé aux pays étrangers et aux entreprises arabes et étrangères de cesser tout contact avec le gouvernement et de rapatrier leurs employés.

Au-delà de cet ultimatum, les étrangers seront considérés comme des soutiens et des complices du gouvernement de Bachar el-Assad et seront pris pour cible en tant que tels». «Par ailleurs, le porte-parole du commandement général de l’Armée syrienne libre, Fahad Al Masri, a lancé des menaces à l’endroit de la Fédération de Russie, en déclarant notamment que si la Russie ne change pas de position sur la question syrienne, elle sera considérée comme Etat ennemi», a indiqué M. Loukachevitch.

 

R.I.

LETEMPSDALGERIE.COM