Aller à…
RSS Feed

L’animateur d’Al Jazira ,Fayçal Kassem laisse éclater sa colère : est-ce une révolution??


Pour la première fois depuis le déclenchement de »l’insurrection » en Syrie, un animateur de renommée travaillant pour la chaine qatarie Al Jazira se révolte contre les crimes et les exactions commis par les insurgés en Syrie.Fayçal KassemDe nationalité syrienne, et originaire du gouvernorat de Souwayda, à majorité druze,  Fayçal Kassem qui anime un talk-show politique, particulièrement enflammé intitulé « A contre-courant », a laissé éclater sa colère sur son compte Facebook. Il commentait  les accrochages qui ont eu lieu depuis près d’un mois entre les deux gouvernorats de Deraa et Souwayda, au cours desquels il y a eu des tués aussi bien dans les rangs des miliciens de l’ASL et du front al-Nosra que dans les rangs des membres des comités populaire de défense.

Kassem reproche aux miliciens d’avoir, en réaction à l’arrestation de deux d’entre eux, kidnappé une trentaine d’habitants civils du gouvernorat de Sowayda, dont des enfants, des malades cardiaques et des gens atteints de cancer, et qui n’ont aucun lien avec le régime, comme il le fait remarquer.
«  Par Dieu, serait-ce un comportement révolutionnaire ? Sert-il la révolution et les révolutionnaires ? Ou alors il révolte ses sympathisants et sert le régime », s’est offusqué Kassem sur son compte.

Manifestation des cheikhs de Souwayda

Les propos de Kassem lui ont valu  un tollé de la part de ses visiteurs réguliers, habitués à ses propos de glorification de « la révolution syrienne ».

«  Tes propos sont dangereux, les gens commencent à douter de toi, fais attention à tes paroles, tu ferais mieux de suspecter le régime et non l’ASL. même s’ils ont fait ce qui tu as décrit, tu devrais les conseiller, parce que tu parais être un opposant, tu es célèbre et tes propos seront écoutés, et non de révéler au grand jour leurs exactions  comme ça .. Tu seras suspecté  jusqu’à ce que tu prouves le contraire », a menacé l’un d’entre eux.

A noter que la milice du front al-Nosra a pris d’assaut la localité natale de Kassem, Thaala, et provoqué le déplacement de ses habitants dont la famille de Kassem, avant que l’armée régulière n’intervienne et n’en chasse les miliciens.

Les 17 druzes, les 17 impies

Ce samedi, rapporte le site Syria Truth, le chef de la milice du front al-Nosrat à Hourane, le libyen Abou al-Zoubayr a refusé de libérer les 17 syriens druzes originaires de Souwayda que sa milice a enlevés, à la demande d’une délégation des habitants des Deraa (gouvernorat voisin de Souwayda) et des proches des kidnappés qui l’ont rencontré en personne. Après les avoir entendus, il les sommés de partir d’un ton menaçant:

 » Nous pouvons envoyer chaque jour une voiture piégée dans la ville de Souwayda pour la transformer en un enfer. vous n’avez pas honte de venir réclamer la libération de 17 impies », leur a t-il signifié.

Selon Syria Truth, Abou al-Zoubaïr avait, le mois dernier ,menacé les habitants des villages chrétiens de Hourane qu’il pourrait les expulser s’ils ne rejoignent pas l’insurrection, au motif d’après lui que la Syrie est devenue « la terre du jihad et du combat et non leur terre ». C’est l’opposant Haytham Manna qui a rapporté ces faits, sur la foi des habitants de la région qu’il avait rencontrés le mois passé. Syria Truth assure que 30 groupuscules ont rejoint le front al-Nosra à Hourane.

1000 chrétiens en danger

La localité de Yaacobiyyé avant la crise syrienne

Au nord-ouest de la Syrie, dans le gouvernorat d’Idleb, ce sont les chrétiens qui sont menacés. Selon le Père franciscain Francois Kossaïfi, plus d’un millier de Syriens chrétiens, catholiques et orthodoxes sont assiégés dans leur village de Yaakoubiyyé .

Selon le site Syria Truth, ce village fait partie de trois villages habités par une majorité d’origine arménienne. Ils sont l’objet d’un plan ourdi par les services de renseignements turcs avec l’aide de leurs sbires syriens, visant à vider les régions syriennes proches de la Turquie de toutes les minorités arabes, kurde et arménienne.

Dans un entretien avec l’agence du Vatican Fides , ce curé de la Paroisse Saint François à Hamra (Beyrouth) révèle que ces communautés vivent dans « des conditions lamentables et risquent l’extermination ».
Le Père Kossaïfi dit tenir ses informations des habitants du village avec qui il est en contact, ainsi que des bonnes sœurs franciscaines qui habitent toujours à Yaakoubiyyé. Assurant œuvrer pour les faire venir au Liban, il se plaint que le périple est particulièrement dangereux.

En décembre dernier, un kamikaze s’est fait exploser dans une voiture piégée dans cette localité, tuant deux de ses habitants.

Reuters : les miliciens étrangers veulent un Etat islamique

Poursuivant ses enquêtes sur les miliciens dans le nord de la Syrie, en particulier à Alep, l’agence britannique Reuters a rencontré des miliciens étrangers qui combattent dans les rangs des milices islamistes. Ils ont confié à son correspondant vouloir coute que coute instaurer un Etat islamique en Syrie, «  que les autres insurgés syriens le veuillent ou non ».

Selon l’agence, la suprématie des fondamentalistes extrémistes est très flagrante à Alep, « où on les voit souvent circuler dans les rues détruites de la ville au volant de leurs voitures avec des bannières noires frappées de slogans islamistes ».

Elle dit avoir rencontré un combattant turc, qui se fait appeler Khattab et qui combat dans les rangs de la milice « Joundallah » (soldats de Dieu). Il affiche son attachement indéfectible à l’Etat fondé sur la charia, rejette tout ce qui a trait à la démocratie et la laïcité, et menace de combattre leurs partisans  même dans les rangs des « révolutionnaires »!

Règlement de compte entre ASL et front al-Nosra

Thaer Wakkas de son vivantThaer Wakkas tué

Justement, dans ce qui semble être un règlement de compte entre les milices qui combattent en Syrie, le commandant de la brigade al-Farouk dans la ville d’Alep, Thaer Wakkas a été tué mercredi dernier, dans la localité de Sarmine à quelques kilomètres de la frontière turque.
Selon le site Arabs-Press, cet assassinat ne peut qu’être lié à celui du  président du « Conseil de consultation des Moudjahidines », proche du front al-Nosra, Abou Ahmad Chami al-Absi.

Abou Mohammad Chami al-Absi

Ce dernier qui commandait la milice de 150 hommes qui contrôle le passage frontalier de Bab el-Hawa avait été enlevé par 15 éléments de la milice al-Farouk, le mois de septembre dernier, puis poignardé mortellement, avant d’être enterré dans ses vêtements, signale le journal londonien arabophone Al-Quds al-Arabi. Depuis, des combats ont éclaté entre sa milice et l’ASL; son frère et ses hommes ont juré vengeance. Voilà que c’est fait!

Terrain

Ahmad Soufiane Rifaï

A Homs, 30 miliciens de l’ASL ont été tués dans une embuscade de l’armée régulière dans le quartier Khalidiyyé, rapporte le site Syrian Documents.
A Alep, des combats ont eu lieu entre l’armée régulière et les miliciens de l’ASL dans la localité de Khan Al-Assal.
A Lattaquié, les forces gouvernementales ont pilonné les tranchées des miliciens dans la montagne des Turcomans.
Un pilonnage similaire a également eu lieu contre les positions de l’ASL dans la localité de Lattamneh dans la province de Hama.
Du côté d’Idleb, il est question de blessés dans un bombardement des positions des miliciens dans la localité de Deir Senbel.
A Deraa, l’armée bombarde des positions de l’ASL dans la localité Basar-al-Hurr, et des combats ont lieu à l’est de la localité.
A Deir Ezzor, un chef de milice de l’ASL, Ahmad Soufiane Rifaï, a été tué lors d’ accrochages dans le quartier Houwayka.

ALMANAR